Iran  : un Etat féminicide

 |   |  1356  mots
Gérard Vespierre.
Gérard Vespierre. (Crédits : Valérie Semensatis)
OPINION. L'immolation par le feu et le décès d'une jeune femme de 29 ans à Téhéran ont provoqué la stupeur du monde. Au XXIe siècle, on peut mourir ainsi, parce qu'un Etat refuse de laisser des femmes accéder à un stade, et assister à un match de football! Ce tragique évènement est l'occasion de se pencher plus profondément sur le sort réservé aux femmes par le régime iranien. Par Gérard Vespierre (*), chercheur associé à la FEMO, Fondation d'Etudes pour le Moyen-Orient.

Elle s'appelait Sahar Khodayari. Les femmes d'Iran ne pourront oublier son nom. Les femmes du monde entier doivent également se souvenir. Déguisée en homme parce que l'accès aux stades n'est pas autorisé aux femmes par le régime iranien religieux fondamentaliste, Sahar s'est faite arrêtée par la police le 12 mars. Son crime ? Être une femme, être une femme supportrice du Club de football de l'Esteghlal de Téhéran. Trois jours de prison, avant d'être libérée... sous caution! Elle s'est présentée la semaine dernière au tribunal de Téhéran pour être jugée. Elle aurait compris qu'elle encourait entre six mois et deux ans de prison. Elle est sortie du tribunal, et s'est immolée par le feu ce 3 septembre. Deux jours plus tard, elle décédait.

Geste de désespoir, geste de refus, geste d'appel

Désespoir de se voir séparer de sa famille et de sa fille. Geste de refus de la folie des hommes de ce régime. Geste d'appel pour que se lèvent et se mobilisent toutes celles et tous ceux qui, en Iran, et dans le monde entier, sont révulsés par de telles lois et leur application. La FIFA n'a pu rester insensible et inactive devant une telle situation. La fédération internationale a exige des autorités iraniennes - sous peine de sanctions contre la fédération de football nationale - qu'elles autorisent les femmes dans les stades de football « pour tous les matches » et sans restreindre le nombre de places mises à leur disposition.

A ce jour, le régime, pour se dédouaner, a accepté le 10 octobre, devant et sous cette contrainte, la présence de 4.500 femmes à une rencontre de l'équipe nationale iranienne. Téhéran n'a pas annoncé, jusqu'à présent, que les femmes pourront assister à l'avenir aux matchs du championnat ou à d'autres rencontres internationales en Iran.

Ce geste extrême de Sahar Khodayari est en réalité la partie tristement visible d'une situation beaucoup plus vaste et infâmante, celle de la situation des femmes sous le régime iranien actuel. Sahar est-elle la seule victime de ce régime ? Non. Depuis l'arrivée de Hassan Rohani à la présidence de la République islamique d'Iran, ce président, présenté comme modéré (!) a permis la pendaison de 94 femmes.

Au moins une femme pendue par mois

Selon l'agence de presse officielle iranienne Rokna, une femme dont le nom n'a pas été révélé a été pendue, à l'aube, le 25 août 2019 à la prison centrale de Machhad. Arasteh Ranjbar et Nazdar Vatankhah ont été pendues le 23 juillet à la prison d'Oroumieh, après 15 ans de détention. Maliheh Salehian a été pendue le 18 juillet dans la prison centrale de Mahabad. Zahra Safari Moghaddam, 43 ans, a été pendue le 17 juillet, dans la prison de Noshahr. Effroyable liste, effroyable chronologie...

En 75 mois de présidence, 94 exécutions, à ce jour. Au moins une femme par mois exécutée dans les prisons du régime fondamentaliste iranien depuis l'arrivée au pouvoir en août 2013, de ce président, présenté en France, comme modéré, par les lobbyistes du régime. Quel bilan aurait-on s'il ne l'était pas?

Il ne peut être question d'oublier dans ce macabre bilan les hommes qui ont eux aussi subi cet extrême châtiment : plusieurs centaines par an! Certains ont été exécutés au motif qu'ils étaient « ennemis de Dieu ». Fanatisme du fondamentaliste religieux!

Depuis l'arrivée d'Hassan Rohani à la présidence de la République islamique plus de 3.000 pendaisons en Iran recensées par Amnesty International. Par rapport à sa population, l'Iran est le paysqui connaît le plus grand nombre d'exécutions au monde.  Macabre record.

Les femmes iraniennes ne sont pas seulement victimes de décisions d'hommes, fondamentalistes religieux, elles sont aussi sous la coupe de leurs lois.

Lois et textes juridiques misogynes

Le texte juridique de référence pour tout Etat réside dans sa Constitution. Même si dans son article 21, la Constitution iranienne proclame : « Le gouvernement doit assurer le droit des femmes à tout égard, conformément aux critères islamiques », elle interdit cependant aux femmes de devenir président de la République ou d'être nommée juge. Ces discriminations se poursuivent naturellement aussi bien dans le Code Civil que dans le Code Pénal.

A titre d'exemple, dans le Code Civil :

Article 1210 : « L'âge de la puberté pour les garçons est de 15 ans, et de 9 ans pour les filles »

Article 1060 : « Une femme musulmane n'a pas le droit d'épouser un non-musulman. »

Article 1133 : « L'homme peut divorcer à tout moment, sans condition préalable ni légale. La femme doit être en mesure d'arguer de raisons valables pour une demande de divorce. »

A chaque moment important de sa vie, la femme ne saurait être l'égale de l'homme. Et nous retrouvons cette même discrimination dans le cadre du Code Pénal.

Dans l'article 104 : « Un mari trompé surprenant sa femme en flagrant délit d'adultère peut tuer le couple fautif sans encourir de poursuites. Ce droit n'est pas reconnu pour la femme dans la même situation. »

Le témoignage, Article 237 : « Le témoignage d'un homme vaut le témoignage de deux femmes, même dans le cas d'un meurtre prémédité. »

Le port du voile. « Les femmes mal-voilées arrêtées en flagrant délit en public encourent une peine d'emprisonnement de dix jours à deux mois et 74 coups de fouet. »

Ce ne sont là que quelques exemples, destinés à concrétiser en quelques phrases, la discrimination négative totale de la femme, dans son essence, sa vie, et ce, quelles que soient les circonstances. Face à tant d'adversité à quoi faut-il s'attendre ?

Les femmes iraniennes relèveront ce défi

Déjà en 2009, les femmes se sont levées lors de la réélection d'Ahmadinejad. Outre, là aussi, le prix du sang qu'elles ont accepté de payer, nous gardons en mémoire les photos de ces femmes, des pierres dans les mains, les lançant contre les forces de l'ordre.

Nous avons vu, et nous nous souvenons, de ces autres femmes qui, en 2018, se sont à nouveau soulevées contre ce régime. L'image de cette jeune femme, en pleine rue, juchée sur une armoire électrique, brandissant le foulard qu'elle venait d'enlever, sublime signe de libération et de soif de liberté. Nous connaissons ce mouvement du « Mercredi blanc/White Wenesday » destiné à perpétuer ce geste et à le répéter dans les villes iraniennes, malgré les grands risques de sanctions,

L'opposition à ce régime à l'intérieur et à l'extérieur de l'Iran est active. Il existe un Conseil National de la Résistance Iranienne (CNRI), dont la présidence est assurée par... une femme, élue, Maryam Radjavi. Ultime clin d'œil de l'histoire, promouvant une femme pour s'opposer au guide suprême, dans l'ultime bataille... ?

Même les femmes bi-nationales sont traquées

Ce régime est féminicide. Il traque même les femmes bi-nationales, anglaises, australiennes, françaises. Plusieurs viennent d'être arrêtées depuis quelques mois. Les motifs sont incertains ou inexistants. Ce qui est certain, par contre, c'est l'insupportable stratégie du régime de faire pression par ce lamentable moyen sur les pays concernés dans le cadre de ses négociations économiques, pétrolières, et nucléaires.

Il nous faut saluer le courage des femmes iraniennes dans leur combat contre le fondamentalisme religieux. Et nous, que faisons-nous ?

Le soulèvement des femmes iraniennes est certainement le plus grand projet de notre temps pour les militants des droits des femmes. Et nous, que faisons-nous ?

La répression dirigée contre les femmes est comme un ultime et sanglant message adressé à toute la société iranienne, par ce régime, pour tenter d'éviter que la société entière ne se soulève contre lui et ne l'emporte. Et nous, que faisons-nous ?

_______

(*) Gérard Vespierre, diplômé de l'ISC Paris, Maîtrise de gestion de Paris Dauphine, DEA de Finances, auteur du site : www.le-monde-decrypte.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/11/2019 à 11:07 :
Méfiez vous vous autres journalistes occidentaux le CNRI est une imposture il n'a aucun soutien de la part du peuple iranien, Rajavi N est pas la solution démocratique dont le peuple iranien recherche instruisez vous avant d'écrire de telles bêtises l'arrivée de son mouvement politique serait une chute encore plus profonde qu'avec le régime actuel. Ce n'est pas une démocratie ni l'arrivée de libertés fondamentales qu'elle veut instaurer mais bien un régime basé sur le socialisme islamiste.
a écrit le 22/10/2019 à 22:48 :
Très bon article mais un peut partial .
Vous parlez de l’Iran comme enfer pour les femmes mais je préfère être une femme en Iran qu’en Arabie Saoudite.
Qu’il s’agisse de droit des femmes ou la liberté de religion mais également sur tout les autres sujets de sociétés.
L’Iran, et je ne suis pa Iranien , n’est pas plus feminicide que la france est un pays d’ homicide pour les gilets jaunes .
a écrit le 22/10/2019 à 21:25 :
0n s fou il fo s'occupe de notre problème ici chomage××+++
a écrit le 22/10/2019 à 17:40 :
L'auteur oublie de parler des exécutions en Arabie Saoudite : 37 décapités en avril dernier, dont 33 chiites et 3 mineurs, soit au total une centaine à ce jour.
a écrit le 22/10/2019 à 13:25 :
Ce qui est regrettable est que les lois islamiques établies il y a 14 siècles par le prophète et ses compagnons en Arabie (actuelle Arabie saoudite) se trouvent appliquées au 21ème siècle dans certains pays musulmans. On ne peut pas s'attendre à ce que la religion évolue seule et s'adapte au temps, mais les hommes peuvent évoluer et changer leurs coutumes et habitudes ancestrales. Ceci a pu se réaliser partiellement dans certains pays à majorité musulmane comme la Turquie (si Erdogan ne change pas peu à peu les règles établies), la Tunisie, la Jordanie, le Maroc, ... Malheureusement, il existe une tendance très forte chez les musulmans de vouloir retourner périodiquement aux sources islamiques originelles, surtout chaque fois qu'ils se sentent égarés et déçus d'un monde en permanente évolution. L'exemple d'Iran, cité par l'auteur de cet article, est très caractéristique de ces pays où la progression très rapide vers la modernité des années 1970 lancée par Mohammad-Reza Chah n'a pas su résister face à la prêche des mollahs appartenant à une autre époque et soutenus par un peuple en désarroi devant une évolution sociale pour laquelle il n'avait pas été préparé. Après 40 ans, on voit une volonté farouche du peuple, surtout des femmes iraniennes, d'un retour vers une société démocratique, moderne et laïque où les droits de chacun(e) sont respectés. En effet, le droit d'entrer librement dans un stade n'est qu'un exemple parmi tant de la lutte permanente de la femme iranienne pour accéder à ses droits légitimes.
a écrit le 22/10/2019 à 12:24 :
Laissez le femmes se défendre elles même au lieu d'en faire des victimes perpétuelles! Cela ressemble a de la manipulation! Toujours diviser pour mieux asseoir son pouvoir!
a écrit le 22/10/2019 à 12:14 :
que des baratins
a écrit le 22/10/2019 à 11:53 :
"Un mari trompé surprenant sa femme en flagrant délit d'adultère peut tuer le couple fautif sans encourir de poursuites"

Une Loi ma foi plutôt égalitaire ! On est pas en Iran mais fort possible que ça passe pas ça...

Il serait bon de connaitre le nombre de femmes tuées par leurs maris dans ce pays pour voir si les exécutions d'etat au final augmentent ce phénomène, le diminuent ou bien est pareil qu'en UE.

Désolé de ne jamais me contenter des jérémiades habituelles...
Réponse de le 22/10/2019 à 12:17 :
Bonjour
Je suis d'accord avec vous. Il faut se méfier des propagandes journalières.
Réponse de le 23/10/2019 à 9:32 :
JE ne pense pas que les journalistes fassent de la propagande volontairement, loin de là,n ils sont seulement paramétrés à ça depuis belle lurette ne se posant même plus la question.

"Utilisation de la petite malhonnêteté. — La puissance de la presse consiste en ce que chaque individu qui est à son service ne se sent que très peu obligé et lié. Il dit ordinairement son opinion, mais quelquefois aussi il ne la dit pas, pour servir son parti ou la politique de son pays ou enfin soi-même. Ces petits délits de malhonnêteté ou peut-être seulement de silence malhonnête ne sont pas lourds à porter pour l’individu, mais les conséquences en sont extraordinaires, parce que ces petits délits sont commis par beaucoup de geris en même temps. Chacun d’eux se dit : « Au prix d’un si petit service, je vivrai mieux, je pourrai trouver ma subsistance ; par l’absence de tels petits scrupules, je ne me rendrai pas impossible. » Comme il paraît moralement presque indifférent d’écrire ou de ne pas écrire une ligne de plus, et encore peut-être sans signature, un homme qui possède de l’argent et de l’influence peut faire de toute opinion l’opinion publique. Celui qui sait à ce propos que la plupart des hommes sont faibles dans les plus petites choses, et qui veut atteindre par eux ses propres fins, est toujours un homme dangereux. " NIetzsche

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :