L'administration, la nouvelle aventure entrepreneuriale ?

 |   |  1120  mots
Arno Pons est délégué général de Digital New Deal Foundation et enseignant à Sciences Po.
Arno Pons est délégué général de Digital New Deal Foundation et enseignant à Sciences Po. (Crédits : DR)
[ Et si on disruptait la fonction publique ? ] La Fondation Digital New Deal, think tank du numérique, s'attache à éclairer la société et à proposer aux décideurs des pistes concrètes pour faire face à la nouvelle donne technologique. À l'heure où Emmanuel Macron va accélérer la réforme de l'État avec la remise des propositions de la mission "Action publique 2022", la Fondation publie un nouveau rapport sur "le service public citoyen". Dans ce cadre, Arno Pons, délégué général de Digital New Deal Foundation et enseignant à Sciences Po, plaide pour moins de technocratie et pour plus de technologie dans la fonction publique, avec des agents publics intrapreneurs, acteurs de l'innovation.

Pourquoi adorons-nous des services payants d'entreprises comme Apple et maugréons-nous devant les services publics qui font pourtant bien plus dans nos vies ? N'est-il pas paradoxal d'avoir une vision négative de l'administration, alors que nous la croisons dans les moments les plus importants de nos existences ? L'éducation de nos enfants, notre santé, notre sécurité, etc. Nous croyons fermement la France capable de changer cette donne en devenant précurseur d'une nouvelle forme de politiques publiques collaboratives. Elle peut prendre le lead d'un "Public tech" en Europe, et placer le secteur institutionnel au même niveau d'innovation que les greentech ou fintech, pour en faire un levier politique d'innovation au niveau européen.

Encore faut-il que l'État, colonne vertébrale de notre société et de notre économie, sache redevenir un État stratège. L'État stratège que nous appelons de nos vœux, c'est celui qui fera bénéficier notre pays des fantastiques potentialités que recèle le numérique. L'État stratège, c'est celui qui, conscient qu'il ne peut pas tout faire, surtout dans un contexte budgétaire contraint, fera évoluer les politiques publiques afin que chaque acteur - à commencer par lui-même, mais également les collectivités territoriales, les entreprises et également les citoyens - puisse déployer toute son inventivité dans un système profondément repensé. L'État stratège, c'est celui qui, tournant le dos à la vision bonapartiste, verticale et largement autoritaire, mettra les différents acteurs en réseau et déléguera à la société civile les missions qu'il n'est plus capable d'assurer.

Pour cela, la France peut s'appuyer sur deux forces vives complémentaires déjà en place : les entreprises privées via la délégation de mission de service public et les fonctionnaires via une redéfinition de leurs prérogatives.

"Le numérique n'est pas un cheval de Troie libéral, briseur d'esprit et de service public"

Pour les premiers, l'enjeu est d'élargir le cadre de ces délégations de service de l'intérêt général aux citoyens (c'est le sens de la proposition "service public citoyen" de Paul Duan que nous publions à la Fondation Digital New Deal).

Pour les seconds, l'enjeu est de repenser en profondeur le rôle des 5,6 millions agents publics au prisme des réalités d'aujourd'hui. Ils ne seront plus, comme leur action s'y est trop longtemps vue limiter, les intermédiaires entre l'État et les citoyens-usagers. Leur rôle doit être conçu comme celui d'acteurs de l'innovation, d'intrapreneurs publics... Si elle ne prend pas conscience de ces évolutions inéluctables, la fonction publique risque d'être l'instrument de la prophétie d'Emmanuel Mounier : « La grande épreuve du siècle sera sans doute d'éviter la dictature des technocrates qui, de droite ou de gauche, oublient l'homme sous l'organisation. »

Pour bénéficier de leur entier concours à la révolution numérique, une mise à jour du logiciel administratif est donc nécessaire. C'est peu dire du statut actuel des trois fonctions publiques (État, collectivités territoriales, hôpitaux) qu'il est en retard par rapport à la révolution numérique. Dire cela n'est pas céder aux sirènes de la modernité ! Le numérique offre de formidables opportunités dès lors qu'on en appréhende le fonctionnement et en écarte les biais inhérents. Il n'est pas, comme l'est souvent taxée toute réflexion un peu disruptive sur le rôle et la place de l'État, un cheval de Troie libéral, briseur d'esprit et de service public. Au contraire, le numérique doit être vécu comme une chance, au premier rang par les agents publics eux-mêmes. Il peut permettre de renouer les liens souvent distendus avec des usagers que trop d'expériences ratées - nous avons tous connu des files d'attente interminables, des formulaires abscons ont fâchés avec leur service public.

Moins de technocrate, plus de technologie

La délégation de service public ne permettrait pas seulement de réaliser des économies potentielles, mais également de dégager des heures de travail rendues disponibles. On touche ici à un point essentiel, qui apporte d'ailleurs une réponse aux craintes exprimées par les syndicats de fonctionnaires en matière d'emploi quand il s'agit de mutation : le numérique, s'il permet d'augmenter la productivité de la gestion publique, n'est pas une fin en soi ! Son objectif n'est pas de diminuer la masse de temps de travail produit par la fonction publique, mais de la transformer afin d'améliorer le service à l'usager et l'intérêt de chaque agent public pour sa mission. Sur ce dernier point, il faut sans doute sortir des anathèmes et des visions "courtelinesques" pour regarder la réalité en face : si beaucoup d'usagers se plaignent de la lenteur et de la complexité des procédures, les agents publics chargés de les mettre en oeuvre en sont souvent tout autant les victimes ! Le numérique est donc l'opportunité de répondre à une exigence d'efficacité et de modernité dont chacun bénéficiera, le citoyen comme l'agent public.

Pour l'illustrer, prenons l'exemple cité dans ce dossier du travail effectué par Paul Duan avec son ONG Bayes Impact : une plateforme Internet accessible gratuitement, qui, grâce à un algorithme nourri notamment par les données de Pôle emploi, propose à ses utilisateurs des conseils ciblés et personnalisés en fonction de leur profil. Son but est de faciliter le parcours des chômeurs dans la recherche d'emploi, mais aussi de libérer du temps pour les conseillers de Pôle emploi afin qu'ils puissent se concentrer sur les aspects humains.

La France, en conjuguant le mot entreprendre à l'action publique, peut faire oublier le terme administrer. « Administrer un médicament », « administrer une collectivité », est-il en effet chose plus inappropriée à la complexité et aux défis de notre temps que ce verbe qui sonne aujourd'hui comme la cause des maux qu'il est pourtant supposé soigner ? Est-il verbe plus routinier, qui exprime autant le rejet du dynamisme, de la flexibilité, de l'inventivité ?

Une chose, à ce stade, nous paraît évidente : le numérique est l'occasion d'une refondation profonde de la relation contractuelle et statutaire entre les administrations publiques et ses agents, d'un New Deal comparable à ce qu'ont représenté en son temps la rédaction et la mise en oeuvre du statut de la fonction publique en 1946. Ce chemin inspiré par la nécessité de réformer en profondeur, vers lequel nous conduit la modernité, cette "force qui va" dont parlait Chateaubriand, doit être arpenté sans amertume ni reniement.

___

Retrouvez la note "Pour un service public citoyen" sur www.thedigitalnewdeal.org.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/06/2018 à 12:43 :
Pour développer le numérique il faut d'abord investir des dizaines de milliards. Donc cela coute énormément à court terme. Informatisation et économie ne vont pas ensemble, c'est ce que nous ont appris les expériences étrangères notamment au royaume uni!

Et tout comme en entreprise, c'est long (il est préférable de le faire de façon incrémentale) et couteux (surtout en formation) avec des résultats incertains. De plus, même lorsque les projets se passent bien, cela ne génère pas des économies mirobolantes même à long terme (les gains de productivité dans les services restent limités).

Promettre une révolution alors qu'on est même pas capable de financer des évolutions basiques et le renouvellement du matériel informatique obsolète, cela n'est pas très sérieux!

On ne modernise pas des organisations avec du blabla démagogique!
a écrit le 23/06/2018 à 8:29 :
En bref et de manière disruptive : les hauts fonctionnaires depuis 40 ans ont tué la neutralité de la fonction publique et son système de recrutement par concours et emploi à vie, en prétendant imposer aux politiciens de droite comme de gauche la même ligne d'action malgré la légitimité tirée de leur élection. Le slogan selon lequel "la séparation entre la droite et la gauche et la droite, c'est dépassé" cache en réalité une pensée unique anti-démocratique. La conséquence est que le recrutement des hauts fonctionnaires, et d'autres aussi, se fera désormais selon un système de partage des dépouilles, sous couvert d'introduction de contractuels justifiée par des technicités particulières (management, digitalisation, gestion...). Ce n'est qu'une question de temps. Tant pis pour eux...
a écrit le 22/06/2018 à 17:33 :
C'est beau toutes ces fondations, associations, "think tank" qui donnent leur avis... ça crée de l'emploi. Orienté et probablement bien payé, mais de l'emploi. Pour les amis. La question est : qui les finance ? Évidemment un rapide survol des membres et donateurs donne une réponse et quel est l'intérêt de tout ce beau monde... Nous arrivons dans un monde où l'avis des citoyens est méprisé mais où l'on donne bien plus d'importance à des groupes d'intérêts, les lobbys. Comme si on gardait l'image positive de la démocratie, pour le bien commun affiché, mais qu'en même temps, pour être sérieux, on s’appliquait sous couvert d'avis, à favoriser toujours la même partie de la population. Les fameux premiers de cordés puisqu'on leur a donné, imprudemment, une visibilité.
a écrit le 22/06/2018 à 9:00 :
Je trouve assez suspecte la multiplication sur la Tribune des interventions concernant le rapport de la mission CAP 22, tout en n'en donnant pas le début d'un commencement de contenu. Ca ressemble à une campagne de pub Elyséenne...

Et pour cause, comme l'a souligné le Canard Enchaîné, ce rapport a été mis sous embargo par l'Elysée parce que sa finalité est de faire réaliser 30 milliards d'économies supplémentaires sur les dépenses publiques.

Son contenu est susceptible d'allumer des dizaines d'incendies dans les fonctions publiques, les territoires et dans l'opinion publique.

Macron ne prévoit donc qu'une distillation homéopathique de ce rapport et par bribes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :