L'appel de Jean Ziegler à "l'insurrection des consciences"

 |   |  2425  mots
Jean Ziegler.
Jean Ziegler. (Crédits : Reuters)
Le sociologue suisse est le porte-parole des plus vulnérables depuis un demi-sècle. Extrait du livre « Les murs les plus puissants tombent par leurs fissures » (L'Aube, en partenariat avec La Tribune) qui révèle les indestructibles ressorts d'un infatigable pasteur de l'humanité.

Ses responsabilités au sein de l'ONU ont fait de Jean Ziegler un observateur unique de l'état « humain » du monde. Le sociologue suisse tire de sa confrontation avec l'extrême pauvreté, avec le cynisme des mécanismes diplomatiques, avec les obscurantismes multiformes, avec le dépérissement des utopies, l'image une sombre réalité de l'âme humaine, aliénée par un capitalisme spéculatif belliciste. Lui qui « est » les yeux et la voix des plus vulnérables demeure pourtant confiant, car dans la société civile il voit, il entend poindre l'incarnation collective des aspirations individuelles, une « conscience adjugée » qui s'exprime par des luttes et des initiatives composant une fraternité de la nuit appelée à voir et à faire voir la lumière, à débarrasser la civilisation de « l'ordre cannibale » auquel elle est ligotée. Extrait du livre Les murs les plus puissants tombent par leurs fissures (L'Aube, en partenariat avec La Tribune) qui révèle les indestructibles ressorts d'un infatigable pasteur de l'humanité.

LA TRIBUNE - Vous avez sillonné le monde, vous êtes confronté à l'indicible de la guerre, de la famine, des désastres humains, de ce que l'individu a, au fond de lui, de plus barbare et de plus généreux, vous avez mené d'âpres combats politiques, institutionnels, idéologiques, littéraires en faveur de la justice. Cette expérience des âmes humaines et des systèmes - politiques, économiques, religieux - qui les façonnent, que vous invite-t-elle à penser du monde contemporain ?

JEAN ZIEGLER - Nous vivons sous un ordre absurde, et même cannibale, du monde. Karl Marx est mort, épuisé, le 14 mars 1883, dans son modeste appartement de Londres. Jusqu'à son dernier souffle, il a cru que le « couple maudit » du maître et de l'esclave allait cornaquer l'humanité pendant de nombreux siècles encore. Or, là, il s'est trompé. Le formidable emballement des révolutions industrielles, technologiques, scientifiques qui se sont succédé à un rythme inédit a potentialisé comme jamais auparavant la productivité, et c'est ainsi que pour la première fois dans l'histoire de l'homme - et cet événement est survenu au début de ce xxie siècle -, le manque objectif a disparu. Et pourtant l'horreur persiste. En témoigne le scandale le plus insupportable et le plus inacceptable de notre contemporanéité : le massacre quotidien perpétré par la faim. Près d'un milliard d'êtres humains sont en permanence sous-alimentés, et ainsi interdits d'exercer une activité, un travail, une responsabilité familiale. Et ce désastre, cet assassinat au grand jour intervient alors que l'agriculture mondiale est à même de nourrir copieusement l'humanité entière. Le problème aujourd'hui n'est plus la production insuffisante de la nourriture, mais le manque d'accès pour tous. Quelques réformes structurelles suffiraient pour mettre fin au massacre : interdiction de la spéculation boursière sur les aliments de base ; fin du dumping agricole européen sur les marchés africains ; désendettement total des pays les plus pauvres afin qu'ils puissent investir dans leur agriculture, etc.

Votre combat a en partie pour théâtre l'ONU, et notamment le Conseil des droits de l'homme, dont vous êtes vice-président du comité consultatif depuis 2009. Ces dernières décennies, les droits de certains hommes ont progressé, ceux d'une grande partie des hommes ont stagné, voire reculé. Que reste-t-il des Lumières, du Contrat social de Jean-Jacques Rousseau qui incarne le combat pour l'humanisation individuelle et collective de l'humanité ?

Jean Jaurès dit : « La route est bordée de cadavres, mais elle mène à la justice. » Incontestablement, l'humanisation de l'homme progresse. Voilà ce que mon expérience, mes observations indiquent. Mais elles enseignent aussi une autre réalité. En effet, comme l'étayaient les marxistes allemands composant l'École de Francfort dans les années cinquante, la justice fait l'objet d'une double histoire ; la première convoque une justice effectivement vécue, empiriquement vécue, la seconde recourt à l'eschatologie - l'étude de ce que la conscience revendique comme juste. Au premier niveau, celui de la justice effectivement vécue, la situation est terrible. Outre la famine, que faut-il penser de l'humanisation de l'homme lorsqu'un milliard d'êtres humains n'ont pas accès à une eau non toxique ? Lorsque la capacité des conglomérats pharmaceutiques de soigner voire d'éradiquer des maladies s'autolimite pour de basses raisons mercantiles, laissant alors les épidémies ravager les populations les plus vulnérables ? Pour les peuples du tiers-monde, la troisième guerre mondiale a bel et bien commencé. La consolidation du nombre de victimes identifiées par chacune des 23 institutions membres des Nations unies s'est élevée en 2016 à 54 millions de morts. Soit l'équivalent du nombre total des victimes militaires et civiles recensées pendant la Seconde Guerre mondiale. En d'autres termes, l'humanité du tiers-monde perd chaque année dans le silence ce que cette boucherie effroyable a infligé à l'humanité entière pendant six ans.

Pour autant, ce constat, imparable, de régression n'est pas synonyme de capitulation. L'espérance (doit) continue (r) de primer sur l'abdication...

Absolument. Mon espérance est réelle. Elle n'est nullement fondée sur un quelconque idéalisme ou de fallacieux arguments postulatoires, mais au contraire repose sur des éléments de sociologie démontrés. Parmi eux, retenons la formidable progression de ce que Theodor Adorno - philosophe et sociologue allemand [1903-1969] - nomme la « conscience adjugée » : ce que les individus considèrent individuellement « juste » se trouve un jour incarné dans une revendication collective, elle-même pierre angulaire d'un changement du monde. Voilà de quoi espérer. La problématique de la « faim dans le monde » illustre le paradigme. Dorénavant, plus personne, pas même les réactionnaires les plus obtus, n'oserait promouvoir la doctrine malthusienne de la naturalité, c'est-à-dire une gestion inhumaine de l'espérance de vie et des populations. Que la faim constitue une ignominie intolérable est définitivement admis, ancré dans les consciences citoyennes ; qu'elle persiste suscite l'indignation de la société civile, motive la colère d'une multitude de mouvements sociaux. N'est-ce pas là un progrès significatif ? La ligne de flottaison de la civilisation s'élève sans cesse. Reste l'obsession de l'incarnation. Dans quelles conditions une idée devient-elle une force matérielle ?

« Les murs les plus puissants tombent par leurs fissures », soutenez-vous avec Ernesto Che Guevara. L'espérance prend forme dans l'existence de ces fissures, et surtout dans la perspective de nouvelles fissures. Ces dernières, en repérez-vous ?

Absolument partout apparaissent de nouvelles brèches, et effectivement chacune d'elles est une raison supplémentaire d'espérer. Un phénomène planétaire inédit a surgi: la société civile. Des fronts de résistance et d'initiatives alternatives aux systèmes homogènes, aux oligarchies qui orchestrent le capitalisme financier globalisé et meurtrier, s'organisent. Une myriade de mouvements sociaux sont en marche : Greenpeace, Attac, WWF, Colibris (de Pierre Rabhi), Amnesty International, le mouvement des femmes, ou encore le mouvement paysan international Via Campesina, etc. Qu'il s'agisse de son fonctionnement, de sa puissance, de son professionnalisme, cette société civile fait d'impressionnants progrès, et la révolution technologique lui fournit des armes d'une efficacité redoutable. C'est ainsi que cette fraternité de la nuit se constitue en sujet historique autonome.

La société civile voit son rayonnement grandir proportionnellement au déclin des États, qui ne sont plus des moteurs d'espérance. Sa raison d'être ? L'impératif catégorique de Kant : « L'inhumanité infligée à un autre détruit l'humanité en moi. » « Je suis l'autre, l'autre est moi » constitue son fil conducteur, et à ce titre honore la « conscience de l'identité » consubstantielle à l'homme, mais que fragilise l'obscurantisme néolibéral. Cette folle idéologie sacralise le marché, qu'elle substitue à l'homme comme sujet de l'histoire, l'homme n'étant plus qu'un rouage, une variable, un vassal du marché. Les despotes de ce marché possèdent un pouvoir qu'aucun roi, aucun empereur dans toute l'histoire n'a jamais détenu. L'une des plus grandes conquêtes de cette absolue omnipotence est la prétendue impuissance à riposter qu'elle instille dans les consciences des peuples. Et c'est à libérer ces âmes, à les aider à s'affranchir de cette suzeraineté, à leur restituer la « conscience de l'identité » d'où découlera une politique de solidarité, de réciprocité, de complémentarité, que nous devons nous employer. Et à l'accomplissement de ce projet, la société civile contribue de manière capitale.

L'impression que donnent l'auscultation du monde mais aussi les discordes sur la réalité des maux civilisationnels est que nous ne parvenons plus à contester, à combattre ce qui doit l'être - le pronom relatif concentrant l'ensemble des questionnements de justice, d'équité, d'éthique, d'universalité. Au-delà du déficit spirituel et de l'excès mercantiliste, quelles sont les causes de notre égarement ?

La folie néolibérale, les multiples agressions perpétrées par l'oligarchie financière, la théorie justificatrice d'un ordre du monde au nom duquel l'Homme n'est plus sujet de l'histoire mais vassalisé aux ravageuses lois de la marchandisation, font leur oeuvre. Malgré cela, la « conscience de l'identité » connaît des progrès. Et même foudroyants, comme en témoignent la vitalité et la variété de la nouvelle société civile planétaire, la multiplicité des mouvements sociaux et des fronts de résistance, y compris en Occident - du parti espagnol Podemos à la France insoumise de Jean-Luc Mélenchon. La manière dont l'Indien Evo Morales, triomphalement élu depuis 2005 à la présidence de la Bolivie, est parvenu à museler l'action impérialiste, socialement dévastatrice et irresponsable en matière environnementale, de 221 sociétés internationales exploitant gaz, mines et pétrole, est exemplaire ; il a réveillé chez ses concitoyens une identité collective grâce à laquelle l'intérêt général s'est imposé et a brisé l'aliénation.

Ce qu'« est » l'humanité du XXIe siècle met-il particulièrement en péril l'universalité de l'espèce humaine, du respect et de la considération sanctuarisés de l'homme ? Si même les droits de l'homme ne sont plus un bien commun, comment peut-on fonder l'espérance d'un vivre-ensemble et d'une solidarité revitalisés ?

Certaines situations sont, objectivement, intolérables, dans le sens où elles ébranlent toutes nos convictions, même celles que l'on pensait insubmersibles. Les parents, frères, soeurs, époux, conjointes, enfants, amis des victimes des assassins du Bataclan, peut-on s'étonner qu'ils puissent considérer comme des sous-hommes, des barbares, ceux qui ont perpétré l'innommable ? Peut-on contester qu'ils puissent souhaiter pour les tortionnaires survivants une riposte d'égale horreur ? Je le comprends. Je sais, au fond de moi-même, combien l'intangibilité des droits de l'homme fait l'objet de lézardes sous le coup de l'indicible. Pour demeurer solide, pour sortir victorieux des combats intérieurs auxquels cet indicible expose, on peut se remémorer le procès de Nuremberg. Dix-neuf hauts dignitaires du IIIe Reich furent condamnés à mort ou à perpétuité, à l'issue d'une longue, minutieuse et exemplaire procédure. Plus près de nous, en Afrique du Sud, ce que la commission Réconciliation et Vérité réussit à cautériser dans les corps et les âmes des victimes de l'apartheid fut, là encore, remarquable. Dans les deux cas, le droit a triomphé, conférant aux verdicts une légitimité universelle.

Les Occidentaux étant privés d'exercer la violence par les armes, ont-ils trouvé dans le capitalisme spéculatif et, au-delà, dans l'inflammation consumériste, compétitrice, marchande, un moyen d'exercer « autrement » leur pulsion belliqueuse ?

L'étude lexicale des discours des capitalistes est révélatrice de dérives pathologiques. « Combat », « guerre », « conquête » , « victoire », « domination », « suprématie »... voilà ce qui compose leur vocabulaire, et même la Silicon Valley si souvent plébiscitée pour son supposé progressisme culturel et managérial en est le théâtre. L'« iconique » Steve Jobs n'exhortait-il pas ses salariés à se transformer en « soldats du Bien » mobilisés dans une « guerre économique mondiale » inédite ? Ces éléments de langage et de communication bellicistes convoquent les pires instincts de la nature humaine, qu'ils détournent et manipulent pour combattre, asservir, détruire. Tout concurrent est un adversaire, tout compétiteur est un rival et un obstacle qu'il faut « neutraliser. » Et « l'efficacité » du système capitaliste résulte en grande partie de cette machination rhétorique et comportementale.

« Plus l'horreur, la négation et le mépris de l'autre dominent à travers le monde, plus l'espérance, mystérieusement, grandit. » Vous le percevez, le ressentez, l'affirmez : l'insurrection collective des consciences, germe d'une révolution civilisationnelle inéluctable, semble donc bel et bien proche...

« Le révolutionnaire doit être capable d'entendre pousser l'herbe » ; « la révolution avance sur les pas d'une colombe » : ces pensées, confiées respectivement par Marx et Nietzsche - deux des plus fins observateurs du processus révolutionnaire -, invitent leurs disciples d'aujourd'hui à faire preuve d'une extraordinaire attention à chaque bruissement, à chaque opportunité de composer un peu mieux, un peu plus cette insurrection collective. Oui, « je suis l'autre, et l'autre est moi » : la conscience de cette réciprocité, elle-même constitutive de la conscience de l'identité, concentre une naturelle et formidable condamnation de tout ce que le capitalisme et le néolibéralisme charrient de maux humains : la loi du plus fort, celle de la concurrence sauvage, celle de la hiérarchie des succès, celle du classement humain selon les biens acquis, celle de l'exploitation incontrôlée des ressources naturelles, celle du massacre des espèces animales et végétales... In fine, cette conscience de la réciprocité est ce qui doit paver la marche en avant vers ladite insurrection, car de cette dernière dépendent d'abord l'émancipation, l'autonomisation, la libération de chaque conscience, puis le déploiement d'une solidarité et d'une complémentarité universelles - et non d'une égalité des hommes : celle-ci n'a d'existence que sur le fronton des établissements de la République, et pour cause, elle n'est pas compatible avec la conception singulière, une et indivisible, de chacun des 85 milliards d'êtres humains qui ont peuplé la terre depuis 2,8 millions d'années -, enfin la conscientisation d'une oeuvre collective respectueuse de l'Homme et de son environnement. « De chacun selon ses capacités, pour chacun selon ses besoins » : cette exhortation de Marx illustre parfaitement le combat politique, social, environnemental qu'il faut mener. Georges Bernanos [1888-1948] a écrit : « Dieu n'a pas d'autres mains que les nôtres ». Ou bien c'est nous qui abattrons l'ordre cannibale du monde, ou c'est personne.

Propos recueillis par Denis Lafay

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/06/2018 à 14:16 :
Simple, vrai, édifiant; à lire et à méditer
a écrit le 07/06/2018 à 12:59 :
les prédateurs de l’homme ( classement)

1) l’homme lui- même et les autres hommes
2) les moustiques
3) les requins
a écrit le 07/06/2018 à 9:48 :
LA PLANETE PEUT POUVOIR AUX BESOINS DE TOUS MAIS PAS A LA CUPIDITE DE CERTAIN ///GANDHI//
a écrit le 06/06/2018 à 14:54 :
En termes d'esbroufe moralisatrice Jean Ziegler est aux Droits de l'Homme ce que son compatriote de Jean Luc Godard est au cinéma.
https://www.unwatch.org/jean-ziegler-createur-et-recipiendaire-du-prix-mouammar-al-kadhafi-pour-les-droits-de-lhomme/
Ce prix Kadhafi des Droit de l'homme (750.000$)a été créé 6 mois après l'attentat de Lockerbie (300 morts) en 1989, et a été attribué à de humanistes tels Castro, Chavez, Louis Farrakhan, Garaudy, Mahathir et Ziegler lui-même. La tartuferie portée au niveau des beaux arts de la pantalonnade.
Réponse de le 10/06/2018 à 14:19 :
Va mourir, erreur de la nature.
a écrit le 05/06/2018 à 16:04 :
En résumant, le néolibéralisme est responsable de la faim dans le monde. Avant l’apparition du capitalisme et de la démocratie tout allait bien. Il n'y a plus qu'en France qu'on peut lire ce genre de fadaise, accompagnée bien sûr d'une ode à Che Guevara, qui avait le mérite de mettre une balle dans la tête à chaque Cubain qui prononçait le mot Démocratie.
a écrit le 05/06/2018 à 13:04 :
Ziegler, l’homme qui a fait obtenir sa thèse à Tarid Ramadan, alors que l’Universite de Genève l’avait refusée, en agitant la théorie du complot. Le fondateur de l’islamo-gauchisme !
Denis Lafay pourrait quand même enquêter un peu plus sur celui qu’il interroge en le paraphrasant.
Cet article est de la pure propagande d’extreme Gauche, qui vise à faire passer un vieux marxiste qui a toujours grassement vécu du système qu’il dénonce pour un humaniste. C’est une honte.
Le sujet de la pauvreté mérite mieux que ce galimatias idéologique.
a écrit le 05/06/2018 à 12:44 :
JZ est un idéologue complètement dépassé qui a cumulé une série de bévues monumentales et aujourd'hui a l'aube du Gâtisme. En 1991, il saluait la chute de Siad Barré en Somalie et l'aube d'un nouvel avenir dans ce pays libéré des colonialismes.
On voit le résultat aujourd'hui. En 1995, il avait soutenu la campagne pour la libération
de l'Erythrée de la domination coloniale de l'Ethiopie. On sait ce qu'est devenue l'Erythrée sous ses "libérateurs" ! Et bien sur en 2011, il a glorifié l'indépendance du Sud-Soudan. Un pays ou aujourd'hui les enfants meurent de faim dans une guerre inter-ethnique. M. Ziegler aurait du un peu se préoccuper de la qualité de la formation et de la gouvernance des nouvelles "élites" Africaines et de l'utilisation des milliards d'aide accordée à ces pays depuis 50 ans. Et si les Africaines ( excisées, analphabétisées, marièes de force,...) avaient moins de 8,7 enfants, le problème de la faim serait mieux maitrisé !
a écrit le 04/06/2018 à 22:34 :
les murs même fissurés enferment, si ils tombent , ils seront reconstruits plus forts et plus haut.
l’enjeu pour l’humanité est ailleurs.
j’adhère totalement à la phrase :
« je suis l’autre et l’autre est moi »
a écrit le 04/06/2018 à 20:28 :
Jean Ziegler est un vieux gauchiste tendance Mélenchon. . Il cherche à paraître savant en faisant des citations vides et prétentieuses:" L'impératif catégorique de Kant : L'inhumanité infligée à un autre détruit l'humanité en moi. » et bla bla bla .En Suisse, qui est un pays raisonnable, personne ne l'écoute.
a écrit le 04/06/2018 à 19:39 :
je suis etone de l optimiste de certain intervenent, ceux que personne n avais prevus c est la demograhie galopante nous seront 9 milliards avant 2050 , notre capacite a fournir a tous du bien etre s amenuise, LA TERRE S EPUISE ; comment les sociologues les philosophes les politiques de droite ou de gauche vont resoudre le probleme SANS FAIRE DE NOUVELLES GUERRES ?VASTE DEBAT CAR JE NE CROIE PAS A UNE VIE SUR UNE AUTRE PLANETE???. /// LES HOMMES SONT DES INSECTES SE DEVORANT LES UNS LES AUTRES SUR UN PETIT ATOME DE BOUE ///VOLTAIRE///
a écrit le 04/06/2018 à 16:18 :
Son ouvrage le plus intéressant est certainement "RETOURNEZ LES FUSILS ! Choisir son camp". Compte-rendu de lecture sur le blog de la Bibliothèque Fahrenheit 451 : https://bibliothequefahrenheit.blogspot.com/2016/09/retournez-les-fusils-choisir-son-camp.html#more
a écrit le 04/06/2018 à 7:58 :
Qui peut dire que le monde est pire qu'avant..? La faim dans le monde est quasi un concept du XXième siècle (i reste bien sûr des situations très difficiles dans certaines zones), la technologie arrive de manière quasi immédiate dans l'ensemble du Monde (des zones jadis isolées -certaines parties de la Chine- sont plus avancées en tech que certaines régions des USA), et les soins ont aussi progressé. M.Ziegler lui n'a pas bougé dans sa tête (un attéré dont l'impact pratique est nul et qui ne fait plus rêver que certains insoumis..).
a écrit le 03/06/2018 à 21:12 :
C'est facile de l'incriminé. Je trouve un homme très averti qui sait lire le monde.
a écrit le 03/06/2018 à 19:29 :
C'est tellement facile de le traiter de démagogue . Ca prend. 5 ou 6. secondes . Et toutes les 6 secondes un enfant de plus de trois ans meurt de faim ou de malnutrition .
a écrit le 03/06/2018 à 17:27 :
Nul n'est prophète en son pays. Les Suisses sont bien contents de nous refourguer leur "sociologue" anarchiste bien-pensant, moralisateur commode, intellectuellement satisfaisant pour la france gauchiste, et invité idéal pour france inter.
La réalité du communisme: 100 millions de morts. Et de l'anarchie: Rien, sinon la destruction.
Réponse de le 03/06/2018 à 21:28 :
bonjour, il me semble qu il y a une confusion dans votre discours, jamais cet homme n a proposé le communisme (vous devriez lire avec plus d'attention, même si ces idées ne vous plaisent pas) d'autre part en ce qui concerne l'anarchie c'est tout d'abord une philosophie vers le possible d'une autre direction à construire (vous faites référence aux nihilistes qui n'ont jamais été qu une infime partie des anars et ne peuvent les représenter). Vous conviendrez avec moi que l'impossible d aujourd'hui est bien souvent le présent de demain. Cordialement
a écrit le 03/06/2018 à 14:57 :
Cet homme aura toute sa vie cherché à détruire mais n'a jamais rien proposé comme construction. Il vend ses bouquins dans l'air du temps en faisant de la morale dans les médias. Il est ce qu'il dénonce. Ce genre d'esprit démagogue a toujours provoqué des catastrophes.
a écrit le 03/06/2018 à 13:39 :
combien gagne cet abbe pierre, cette mere theresa qui met sa vie au service des apuvres......... faut arreter d'encencer ces gens qui in fine ne defendent que leur bifteck, c'est pas des anges.........
au passage chaque fois qu'un ideologue d'ultragauche arrive quelque part, la misere atteint des sommets inedits!
des massacres de polpot a la misere venezuelienne en 2018, la liste est longue des bienfaits du communisme bienpensant sorti des bureaux...........
faut relire les livres d'henri troyat, c'est dit avec bcp de classe et de limpidite
Réponse de le 04/06/2018 à 17:11 :
@churchill : +1000, il est connu. C'est le charlatan des pauvres depuis toujours !! C'est assez moche de faire son beurre sur la misère, supposée, ou manipulée !!
a écrit le 03/06/2018 à 9:31 :
Il est sans doute nécessaire du point de vue des puissants de ne pas désespérer le peuple, comme il ne fallait pas désespérer "Billancourt" mais au bout du bout, dans ce monde féodal où règne la loi du plus fort, du plus agressif, c'est bien un holocauste qui nous est promis.

Précision : L'eschatologie n'est pas " l'étude de ce que la conscience revendique comme juste" mais "L'étude des choses ultimes."
Réponse de le 03/06/2018 à 20:27 :
Peut être que ce sociologue fait référence non pas à la fin des temps au sens étymologique, mais d’un point de vue religieux ou théologique. Si l’on lit la définition Wiki, cela pourrait être une référence à l’après, chaque religion ayant son post mortem, son salut et son enfer, ou son Armageddon. Du point de vue catholique on trouve des analyses : https://www.persee.fr/doc/rscir_0035-2217_1984_num_58_1_3006

En tous cas du point de vue sociologique et humanitaire, étant donné que Jean Ziegler a travaillé sur le dossier de l’alimentation et de la malnutrition, de ce point de vue ses propos semblent justifiés.
Au niveau des solutions cela semble politiquement utopique, mais si rien n’est fait cela risque de devenir l’enfer sur terre et c’est déjà le cas pour beaucoup. Alors qu’une grande partie des problèmes pourraient être résolus simplement par une meilleure répartition des ressources ou par la réduction des gaspillages. L’absurde étant atteint quand on fait usage de cultures non pas pour nourrir les populations mais pour faire rouler des voitures.
Cela prouve que dans certains domaines on a déjà atteint les limites de l’incohérence. Une forme d’eschatologie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :