L’avenir de l’investissement est durable

 |   |  1168  mots
Philipp Hildebrand, Vice-président de BlackRock et Brian Deese, responsable mondial de l'investissement durable du gérant d'actifs.
Philipp Hildebrand, Vice-président de BlackRock et Brian Deese, responsable mondial de l'investissement durable du gérant d'actifs. (Crédits : DR)
OPINION. Longtemps a prévalu une vision selon laquelle l'investissement durable signifiait échanger du rendement financier contre des valeurs morales. Mais aujourd'hui, les indices à label développement durable présentent des caractéristiques de risque et de rendement semblables à celles des indices de référence traditionnels, et les considérations liées au développement durable peuvent être à l'origine de décisions d'investissement fructueuses. Par Philipp Hildebrand, vice-président de BlackRock et Brian Deese, responsable mondial de l'investissement durable du gérant d'actifs.

L'Europe est depuis toujours à l'avant-garde de la finance durable, ouvrant la voie en exigeant à la fois de meilleurs instruments d'investissement durable et des pratiques plus durables de la part des entreprises elles-mêmes. Et pendant de nombreuses années, ces changements ont eu lieu malgré une vision répandue selon laquelle l'investissement durable signifiait échanger du rendement contre des valeurs. Cela s'explique en partie par le fait que les investisseurs manquaient de données et d'un cadre d'analyse permettant de faire des considérations liées au développement durable un avantage plutôt qu'un handicap.

Ce n'est pas plus le cas. Aujourd'hui, les considérations liées au développement durable ne se limitent pas à respecter les valeurs des investisseurs - elles peuvent être à l'origine de décisions d'investissement fructueuses. Lorsqu'elles sont mesurées avec des données sur l'impact environnemental et social et sur la qualité de la gouvernance (souvent rassemblées sous le sigle ESG), elles peuvent avoir un impact significatif sur la performance de l'investissement. C'est pour cette raison que BlackRock intègre les données ESG dans ses systèmes de gestion des risques et encourage ses gérants de portefeuilles à les intégrer à leurs processus d'investissement.

La nécessité d'exploiter les données ESG

En fait, les données ESG devraient faire partie des processus d'investissement de n'importe quel gestionnaire d'actifs important. De la même manière que beaucoup d'investisseurs quantitatifs explorent les possibilités qu'offrent le big data et le machine learning pour développer de nouveaux moyens de battre le marché, les investisseurs ont besoin d'exploiter les données ESG, traditionnelles et plus récentes, pour gérer les risques et optimiser les rendements.

Dans une étude publiée récemment par BlackRock, nous avons montré que les indices à label développement durable - qui permettent aux investisseurs d'investir dans des entreprises mieux notées en ESG et non pas simplement d'exclure des secteurs ou des expositions - présentent des caractéristiques de risque et de rendement semblables à celles des indices de référence traditionnels.

Nous avons procédé à une comparaison entre la performance des indices traditionnels et celle des indices ESG--, indices ESG ne comportant pas de filtre d'exclusion et optimisés pour augmenter les scores ESG tout en se rapprochant de la performance des indices traditionnels. Selon notre analyse, les rendements totaux annualisés des indices ESG depuis 2012 correspondent à ceux des indices traditionnels ou les dépassent, à la fois sur les marchés développés et les marchés émergents, à volatilité comparable. Sur les marchés émergents, où la protection des actionnaires, la gestion des ressources naturelles et les relations de travail peuvent avoir un impact significatif sur la performance, nous avons montré que les indices ESG sont capables de surperformer les indices traditionnels.

Atténuer les risques associés à la transition énergétique

Les informations tirées des données sur la durabilité peuvent également être incontournables afin de prendre des décisions d'investissement axées sur la recherche d'alpha. Notre recherche montre que les entreprises mondiales qui réduisent le plus leur empreinte carbone chaque année - mesurée par les émissions de carbone annuelles divisées par les ventes - ont une meilleure performance que les entreprises à la traîne dans ce domaine. Ce résultat est valable même au-delà des industries et des services à forte empreinte carbone. Ce ne sont pas les niveaux d'émissions absolus mais la performance relative et le taux de variation des émissions qui importent le plus pour les résultats et la performance financière à venir . Cette découverte, parmi d'autres, sur la manière dont les entreprises gèrent leurs ressources et investissent dans des technologies à faible émission de carbone, aide BlackRock à développer une nouvelle approche en matière d'investissement prêt pour la transition énergétique, fondée sur l'identification des entreprises les mieux placées pour saisir les opportunités et atténuer les risques associés à la transition mondiale vers la décarbonisation.

La conviction en matière d'investissement portée par des informations sur la durabilité signifie également que nous pouvons introduire l'investissement durable en tant qu'élément constitutif de notre portefeuille standard. Jusqu'à présent, la part des investissements durables était principalement constituée d'options niches qui ne pouvaient pas être utilisées pour constituer un portefeuille standard. Les investisseurs reconnaissent de plus en plus que les choix concernant la répartition d'actifs et la construction du portefeuille sont les facteurs clés qui ont un impact sur la performance à long terme d'un investissement.

Avec ces avancées en matière d'investissements, les données doivent désormais être examinées minutieusement. Alors que la disponibilité des données ESG progresse tant en quantité qu'en qualité, des problèmes subsistent. Différents fournisseurs de données pondèrent différemment ces données financières et peuvent tirer des conclusions hétérogènes sur le score ESG d'une même entreprise. Comme pour tout élément d'investissement plus mature, il est important que les investisseurs soient informés et comprennent les sources des données. Comprendre comment et pourquoi un score ESG peut affecter les rendements est essentiel. Tous les investisseurs tireraient bénéfice d'une coordination mondiale accrue sur l'évaluation des critères ESG afin de fournir des normes de marché plus systémiques.

Vers des normes de plus en plus qualitatives

Les professionnels de l'investissement doivent progresser sur des normes de plus en plus qualitatives. En effet, les propriétaires d'actifs sont souvent en avance sur les gestionnaires d'actifs en termes d'exigence en matière d'investissement durable. Dans le même temps, les investisseurs institutionnels - fonds de pension, fondations, fonds de dotation et fonds souverains - exigent davantage des gestionnaires d'actifs avec lesquels ils travaillent. En Europe, les propriétaires d'actifs exigent des réponses détaillées aux demandes d'informations sur la manière dont les gestionnaires d'actifs intègrent l'analyse ESG dans leurs processus d'investissement. En se concentrant sur les moyens de parvenir à des résultats durables et à une performance financière ajustée aux risques, les propriétaires et les gestionnaires d'actifs peuvent, ensemble, être un catalyseur de changement positif.

La demande en investissements durables augmentera rapidement durant la prochaine décennie. Les actifs se déplacent vers ces stratégies avec un taux de croissance annuel de plus de 20%. Les Millennials hériteront de 24 000 milliards de dollars de richesses au cours des 15 prochaines années - le plus important transfert de richesse de l'histoire. Cette génération a deux fois plus de probabilité que les précédentes d'investir dans des entreprises ou des fonds qui visent des objectifs sociaux ou environnementaux.

L'investissement durable a atteint un point d'inflexion. Les propriétaires d'actifs demandent plus et les meilleurs gestionnaires en font plus. L'avenir de l'investissement - tout comme l'avenir de la planète - dépendra de notre capacité à adopter une approche plus durable.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2019 à 11:13 :
En effet dans "acheter moins et acheter mieux" il y a du profit à se faire puisque au final nouvelle économie à générer mais nos actionnaires milliardaires sont ils capables de quitter le "acheter beaucoup de mauvaise qualité" qui leur fait rentrer autant d'argent ?

PLus on possède et plus on est possédé les gars, ne l'oubliait pas.
Réponse de le 28/03/2019 à 11:39 :
Ouais, moi aussi l'investissement du rable j'en ai plein le dos
Réponse de le 28/03/2019 à 11:55 :
Hé oui mon pauvre ami, la technique de la carotte et du bâton ça use...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :