L’économie italienne est aussi malade de ses élites

ANALYSE. Le modèle économique de la péninsule, dont la solvabilité inquiète aujourd’hui les marchés, freine la méritocratie, l’innovation et la croissance. Par André Tiran, Université Lumière Lyon 2
Mario Draghi, Président du Conseil des ministres d'Italie, et ses ministres savent que le pays jouera une bonne partie de sa crédibilité en Europe sur la conduite des travaux et le respect des échéances.
Mario Draghi, Président du Conseil des ministres d'Italie, et ses ministres savent que le pays jouera une bonne partie de sa crédibilité en Europe sur la conduite des travaux et le respect des échéances. (Crédits : Reuters)

C'est l'une des conséquences du premier relèvement des taux directeurs de la banque centrale européenne (BCE) depuis une décennie, annoncé le 9 juin dernier : le taux obligataire italien à 10 ans a bondi à plus de 4 %, soit environ un point et demi de plus qu'un mois plus tôt. Cette hausse subite a réactivé la peur du « spread », à savoir l'écart des taux auxquels se financent les différents pays de la zone euro qui avait conduit à la crise de 2011. Si bien que la BCE s'est réunie en urgence, le 15 juin, pour annoncer la mise en place d'un « nouvel outil anti-fragmentation », sans donner plus de précision. Cette communication a rassuré les marchés en contribuant à resserrer le « spread », mais le taux obligataire italien restait encore à des niveaux élevés une semaine plus tard (3,70 le lundi 20 juin) illustrant les inquiétudes marchés quant à la solvabilité du pays.

À près de 156 % du PIB, l'endettement public italien est près de deux fois plus lourd que celui de la moyenne des pays de la zone euro. La dette pèse sur l'économie pour trois raisons. La première raison est liée à la politique anticyclique : il devient impossible de recourir à des manœuvres de déficit budgétaire pour stimuler la croissance des revenus. Les deux autres raisons sont structurelles. Un excédent primaire élevé oblige (à dépenses égales) à maintenir un prélèvement fiscal élevé et déprime donc le rendement net du capital investi.

000

D'autres facteurs entravent la croissance italienne : une économie souterraine qui perdure, de fortes disparités socio-économiques territoriales entre le Nord et le Sud, des mécanismes de décision complexes ou encore l'inefficience de l'État. Comme l'a montré une étude récente comparative de France Stratégie, l'Italie est, avec le Japon, un des pays les moins administrés du monde, autrement dit un des pays où l'emploi public est le plus faible.

« Absence de méritocratie »

Plus largement, une étude de 2014, mise à jour en octobre 2017, signée par deux économistes, Bruno Pellegrino, de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA) et Luigi Zingales, de l'université de Chicago, a mis en avant « l'absence de méritocratie comme principale cause du problème de productivité en Italie ». Pour les deux auteurs, la gestion des firmes italiennes repose principalement sur un modèle fondé sur la loyauté plutôt que sur le mérite.

Ici, loyauté signifie clientélisme, copinage et prévalence des arrangements de famille ou de clan (avec une réalité variable du Nord au Sud). Ces 20 dernières années, les entreprises italiennes ont massivement sous-investi : le volume de leur investissement n'a progressé que de 40 % contre 90 % en France et en Allemagne et 150 % en Espagne. La crainte de se développer principalement parce que les actionnaires redoutent de perdre le contrôle de l'entreprise reste très présente dans le pays.

Les grands groupes restent eux protégés par un capital verrouillé, familial et des participations croisées, bénéficiant du soutien direct ou indirect de l'État grâce à la dépense publique et à des dévaluations régulières. En outre, les corporations du pays sont nombreuses, puissantes et courtisées : des chauffeurs de taxi aux contrôleurs aériens, de nombreux secteurs de l'administration publique aux camionneurs, des notaires aux producteurs de lait en passant par les agents immobiliers. Ajoutons-y la recherche de rente dans des secteurs protégés : la construction ou les services publics privatisés (électricité, téléphonie, autoroutes) ; l'évitement de la concurrence globale, sur les marchés internationaux ; le refus de se focaliser sur des secteurs émergents nouveaux et risqués (bio-ingénierie, industrie de l'hydrogène), etc.

La crise de l'économie italienne est donc également une crise des élites italiennes. Autrement dit, la grande difficulté pour sortir l'économie italienne de sa situation réside dans le fait que les cadres organisateurs du pays sont conditionnés par la rente et la loyauté, à l'opposé de l'innovation et du mérite qui favorisent la croissance.

L'économie italienne a d'ailleurs davantage souffert en 2020 que la moyenne des pays de la zone euro (-9 % contre -6 %). Les pertes ont été conséquentes, notamment dans le tourisme (-60 % de touristes étrangers en 2020, revenus passés de 44 à 17 milliards), un secteur qui encore en 2019 représentait le 13 % du PIB italien. La récession a toutefois pu être relativement contenue par la résilience de l'industrie.

000

L'Italie conserve en effet une base industrielle bien plus importante que celle de la France : la deuxième en Europe après celle de l'Allemagne. La péninsule a ainsi conservé des qualifications et des savoir-faire importants. L'Italie reste un pays d'entreprise, qui peut se targuer de compter de nombreuses sociétés de premier plan dans le monde entier. Mais le système ne fonctionne plus et a un besoin urgent de renouvellement.

Effondrement démographique

Or, l'Italie reste aujourd'hui prisonnière de son déclin démographique. La natalité du pays s'est effondrée avec une population qui est passée sous la barre des 59 millions d'habitants, avec moins de 400 000 naissances par an. Si rien n'est fait, la péninsule perdra entre 5 et 8 millions d'habitants d'ici 2050.

Sur près de 59 millions d'habitants, 10,5 millions ont moins de vingt ans, tandis que près de 20 millions ont 60 ans ou plus. Un peu plus de la moitié de la population seulement (52 %) sera bientôt en âge de travailler, tandis que 32 % aura cessé toute activité. L'âge moyen, en augmentation rapide, est de 45,7 ans (+2,3 ans depuis 2010). L'âge médian - le plus élevé de l'Union européenne - est de 43,1 ans, 23 % des Italiens ayant 65 ans et plus. Ce vieillissement pèsera sur la compétitivité et la soutenabilité des finances publiques.

000

L'un des aspects qui suscitent le plus de préoccupations est le nombre de jeunes de 15 à 29 ans faisant partie de la catégorie NEET (Not in Education, Employment or Training). Ce groupe représente en Italie désormais 2,1 millions de personnes, soit une augmentation de presque 100 000 par rapport à 2019, ce qui équivaut à 23 % de la population de cette tranche d'âge et constitue le pire résultat de tous les pays de l'Union européenne (moyenne UE : 14 %).

Dans ce contexte, l'Italie est la principale bénéficiaire, avec l'Espagne, du plan de relance européen post-Covid Next Generation. Des 807 milliards d'euros mobilisés par l'Union européenne pour les années 2021-2027, plus de 190 sont destinés à l'Italie, dont 65 sous la forme de subventions (le reste sous forme de prêts), soit l'équivalent de près de 11 % du PIB réparti sur sept ans.

Cependant, ces dernières années, les administrations centrales et régionales n'ont pas utilisé tous les fonds européens à disposition pour l'investissement public en raison de la préparation déficiente des projets et de la lenteur de leur exécution. Des centaines de millions d'euros n'ont ainsi pas été mobilisés, en particulier dans le sud de l'Italie, faute de capacité à concevoir et à gérer des projets.

Aujourd'hui encore, l'Italie éprouve des difficultés mêmes à trouver des projets à financer. Le président du Conseil, Mario Draghi, et ses ministres savent que le pays jouera une bonne partie de sa crédibilité en Europe sur la conduite des travaux et le respect des échéances. En outre, ils sont conscients du fait que - à moyen terme - la mise en œuvre rapide et effective des réformes structurelles sera la seule garantie de crédibilité afin d'attirer des investissements étrangers et éviter une envolée des « spread », qui avaient contribué au déclenchement de la crise de la zone euro en 2011.

_______

Par André Tiran, Professeur émérite de sciences économiques, Université Lumière Lyon 2

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 1
à écrit le 29/06/2022 à 10:07
Signaler
Difficile de distinguer un pays de cette trop vieille europe, le fait qu'en France on nous l'ai imposé tandis que le peuple français l'avait refusé par référendum expose que le problème est par delà même le principe de la corruption.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.