L'Europe a besoin de politiques intelligentes pour combattre les régimes autoritaires

 |   |  981  mots
Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine durant le sommet des Brics, qui s'est tenu à Brasilia (Brésil), le 14 novembre dernier.
Le président chinois Xi Jinping et le président russe Vladimir Poutine durant le sommet des Brics, qui s'est tenu à Brasilia (Brésil), le 14 novembre dernier. (Crédits : Reuters)
OPINION. L'Union européenne est confrontée à une politique active d'influence militaire, commerciale, numérique et technologique de pays menée par des régimes autoritaires comme la Chine et la Russie. Le cas de l'Ukraine ou l'implantation de la 5G par Huawei en sont des exemples. Il est nécessaire que les démocraties libérales telles que l'UE et les États-Unis contrent cette politique en utilisant les principes de l'Etat de droit. Par Yaël Ossowski, Fred Roeder et Luca Bertoletti (*).

Pendant des décennies, la stabilité politique, la croissance économique et la paix ont été indispensables pour faire de l'Europe un continent prospère et libre.

Les institutions de l'Union européenne ainsi que les différents États membres ont été à la tête de ces efforts, en libéralisant le commerce et en ouvrant les marchés pour que les consommateurs et les citoyens soient beaucoup mieux lotis. Une coopération et des échanges accrus ont grandement amélioré la vie de millions de personnes.

Questions clés

Malgré l'ampleur de ces efforts, il reste des questions clés qui devraient tous nous préoccuper en tant que citoyens de pays démocratiques. Le spectre des régimes autoritaires est encore bien réel en Europe, comme en témoignent les mouvements militaires effrontés. Un autre exemple est les influences numériques et technologiques sophistiquées dans nos infrastructures, ainsi que nos établissements politiques.

Au Hong Kong, l'État autoritaire croissant de la Chine recourt à la violence et à l'intimidation pour réprimer des manifestations découlant d'un projet de loi sur l'extradition. L'existence de camps de rééducation chinois pour un million d'Ouïghours, la minorité musulmane, a longtemps été niée, mais elle est maintenant reconnue et couverte dans la presse grand public, comme le New York Times, après des années de campagnes menées par des groupes de défense des droits de la personne.

Les vastes capacités de surveillance de l'État chinois, bien connues de sa population nationale, commencent à avoir un impact sur les citoyens européens. Ceci est une tendance inquiétante.

Salve d'ouverture

Compte tenu de l'influence économique croissante de la Chine en Europe, ces faits doivent être revus à mesure que nous mettons en œuvre de nouvelles technologies. Le débat sur l'infrastructure 5G et Huawei n'en est que la salve d'ouverture. La protection de la vie privée des consommateurs et la sécurité des données doivent être garanties: les efforts visant à les protéger en tenant compte des préoccupations de sécurité nationale lors de l'approvisionnement en technologies clés, comme l'ont fait le Royaume-Uni, la France et l'UE avec le 5G, semblent être la meilleure approche.

Mais des politiques numériques intelligentes ne seront pas efficaces si elles ne protègent pas nos démocraties des menaces réelles.

Aux frontières de l'Union européenne, l'Ukraine se reconstruit après cinq années d'invasion, de conflit et d'affaiblissement stratégique par son puissant voisin russe. Des milliers d'Ukrainiens ont perdu la vie en défendant leur territoire, et la situation reste périlleuse alors que des millions d'anciens citoyens ukrainiens vivent maintenant derrière les frontières russes. C'est souvent oublié. Et il faut tenir compte de l'influence russe dans de nombreux grands partis politiques européens, sans parler des « socialbots » lors des élections.

40% des échanges commerciaux de l'Ukraine liés à l'UE

L'attention renouvelée accordée aux ressources énergétiques et à la position géopolitique de l'Ukraine lors des auditions de destitution du président Donald Trump ne fait qu'accentuer cette tendance, et l'on peut espérer que les pays européens resteront fermes dans leur volonté d'aider le pays qui a déjà aspiré à adhérer à l'UE. L'appui non seulement diplomatique, mais aussi commercial est essentiel à cet égard. Plus de 40 % des échanges commerciaux de l'Ukraine sont directement liés à l'UE, mais ils seront bientôt éclipsés par la Chine.

Des milliers d'entreprises européennes et américaines détiennent des intérêts stratégiques en Ukraine et encore plus d'entreprises ukrainiennes dépendent entièrement de clients européens. Ces relations doivent également persévérer, malgré les menaces de la Russie et de la Chine.

La technologie électrique ukrainienne utilisée dans les conducteurs et les allumages représente près de 285 millions d'euros de commerce avec l'Allemagne, tandis que les exportations allemandes de machines et de voitures sont essentielles pour les consommateurs ukrainiens.

Association entre Chine et Russie

Une autre de ces technologies est le catapultage des aéronefs à bord d'un porte-avions à l'aide d'un moteur à induction électromagnétique. Le président Trump a bizarrement fait sauter cette innovation en déclarant qu'il préférerait les lanceurs à vapeur, qui ont été utilisés pendant des décennies. Cependant, il semble que de nombreux pays européens, dont la France, soient enthousiastes à l'idée d'adopter la nouvelle technologie.

La Chine s'est déjà engagée à utiliser des lanceurs électromagnétiques pour ses futurs porte-avions et s'associe à la Russie pour construire la prochaine génération de navires nucléaires. Cela intervient alors que la Chine est devenue le premier partenaire commercial de l'Ukraine et qu'elle augmente ses investissements sur l'ensemble du continent.

L'Europe va-t-elle se permettre d'être concurrencée ? Quel sera l'impact d'une alliance militaire plus solide entre la Chine et la Russie sur les Européens? Seul l'avenir nous le dira, et nous espérons que nos principes démocratiques nous guideront vers la prospérité et la sécurité en même temps.

Soutien diplomatique

Ce qui reste clair, c'est que les nations européennes doivent mener des politiques intelligentes pour combattre cette montée des régimes autocratiques. Des évaluations minutieuses des importations des technologies, dont la technologie de 5G et autres, seront essentielles, de même qu'un soutien diplomatique.

Les principes démocratiques tels que l'État de droit sont extrêmement importants. Les démocraties libérales telles que l'UE et les États-Unis doivent trouver une approche commune pour protéger les citoyens de l'influence croissante d'acteurs autoritaires comme le régime communiste chinois.

C'est ainsi que nous pouvons continuer à soutenir la démocratie et la prospérité dans le monde entier.

(*) Yaël Ossowski, Fred Roeder et Luca Bertoletti sont directeurs de 21Democracy, un projet de l'agence pour le Choix du Consommateur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 0:27 :
Cet article est étonnant car a). il y a très peu de sens et aucune pensée originale, b). presque la moitié est consacrée à l'Ukraine, en plus, sans aucun esprit critique.

>Aux frontières de l'Union européenne, l'Ukraine se reconstruit après cinq années d'invasion, de conflit et d'affaiblissement stratégique par son puissant voisin russe.

Quelques détails sont oubliés. a). La reconstruction est très relative et la situation interne est peu glorieuse. Le nouveau président perd sa popularité avec une vitesse énorme, il n'a pas d'une équipe, voire pire.
b). Tout a commencé après le coup d'Etat à Maidan.
c). Certes, la Crimée a été annexée, mais la population locale était pour avec une majorité écrasante. En plus, cela a été fait avec l'accord inofficiel avec le pouvoir ukrainien (quasi-absence de résistance, majorité absolue des forces ukrainiennes ont changé le drapeau, la commission intergouvernementale à Minsk depuis 03/2014 au moins). Certes, c'est pas connu à la grande publique.
d). L'opération "antiterroriste" à l'Est a été validée avant la prise de contrôle de Slaviansk par Strelkov(Girkin), donc, cela a été contre des locaux.
e). 90+ % de ceux qui se battaient et se battent du côté des séparatistes sont des locaux.
f). Pour ce qui concerne "l'affaiblissement", en réalité, personne a fait plus pour l'Ukraine post-Maidan et son pouvoir que Poutine (reconnaissance des élections (et non-reconnaissance de celles à l'Est), recapitalisation des banques, restitution de l'armement de la Crimée, vente (voire gratuite) du pétrole, des combustibles nucléaires, des pièces détachées pour l'armement etc.).

> La Chine ... s'associe à la Russie pour construire la prochaine génération de navires nucléaires.

Bon, il faut juste rendre compte que malgré la propagande, la Russie continue de perdre ces capacités dans la production des armements. Il ne reste que très peu de domaines où la Chine peut extraire une bénéfice de telle collaboration.

P.S. Je suis très loin d'être le fan de la Russie poutinienne, plutôt bien au contraire, mais il faut écrire la vérité.
a écrit le 25/11/2019 à 21:20 :
Les régimes autoritaires sont l'avenir. La démocratie était valable dans un monde en croissance, croissance démographique, croissance économique. Cette époque est révolue. Yaël Ossowski, Fred Roeder et Luca Bertoletti : Ces trois personnes ne comprennent rien au monde actuel. Elles se croient encore au vingtième siècle.
a écrit le 25/11/2019 à 17:50 :
autoritaire ? 'c'est au mini faire respecter les lois Ce n'est pas le cas en France ou la rue gouverne, les gens du voyage s'installent ou ils veulent ,dans les banlieues les communautés font la loi les clandestins en sont arrives à manifester etc. en gros nous sommes comme en Lybie et en Irack les tribus gouvernent !!!!!!!! un peu D'AUTORITE serait la bienvenu
a écrit le 25/11/2019 à 14:53 :
C'est un article étonnant dans le fait de parler de politique intelligente, car on imagine quand même que cela doit être le cas au départ.

Du fait même de l'extrême droitisation du continent, disons que si il y avait de l'intelligence dans les choix, pas de doute que cela se constaterait !!!

Quant au fait autoritaire, nous avons un exemple en France qui dit que il ne me semble pas que la question de l'intelligence règne, mais l’intérêt des uns ou des autres.

Possible que ce mot valise (intelligente) est simplement la question de savoir si il faut faire confiance aux pays dont on tente de profiter de leurs ressources, mais ou le régime est autoritaire.

Mais expliquer que nous n'avons actuellement pas de politique autoritaire, cela montre aussi le déni de situation!
a écrit le 25/11/2019 à 14:33 :
Les vrais ennemis de la démocratie et de la liberté, dont la liberté d'opinion, ne se trouvent pas uniquement à Moscou ou à Pékin. Ils sont avant tout à Paris, Bruxelles ou Berlin notamment. En france et en europe, les politiciens parlent d'autant plus de démocratie et de liberté qu'ils les musèlent et les bafouent chaque jour davantage en lançant leurs milices à l'assaut des populations. Que ce soit le petit macron ou ses peu reluisants alter-egos européens, ils conçoivent la démocratie à coups de matraque, de tirs contre les populations, de gaz lacrymogènes et d'arrestations aussi arbitraires que brutales. Avant d'oser donner des leçons de démocratie, les macron et consorts feraient bien d'en prendre. Quand la france et l'europe ne seront plus aux mains de voyous corrompus et dictatoriaux, ils pourront commencer à émettre un avis. Avant ça... 1789 again !
a écrit le 25/11/2019 à 14:28 :
Ce ne serait pas si dangereux, surtout face à une populace en état de précarité intellectuelle et neuronale, que c'en serait risible. Depuis quand l'UE et la plupart de ses états membres, dont la france, peuvent-ils se permettre de donner des leçons de démocratie et montrer du doigt des régimes qui ne sont certainement pas plus "autoritaires" qu'eux ? Lorsque l'on voit le fonctionnement douteux, voire mafieux, d'une europe corrompue, lorsque l'on voit la manière dont certains chefs d'état européens parlent d'autant plus la démocratie qu'ils la bafouent allègrement au quotidien, lorsque l'on constate la corruption galopante (même dans les pays d'europe occidentale !), lorsque l'on doit aussi déplorer les pratiques brutales, abusives, violentes et anti-démocratiques des milices employées par les états - dont la france encore une fois - contre leurs populations (alors que ces mêmes milices - qu'elles s'appellent gendarmerie, crs, police nationale ou autre) devraient en principe être au service des populations qui les paient grassement, et non protéger outrageusement les politiciens en place, une seule constatation réaliste et honnête doit être faire : l'ue et ses états membres sont de plus en plus des régimes autoritaires et policiers, totalement liberticides, aux mains de politiciens aussi incompétents que véreux qui n'ont que leur intérêt et ceux d'une petite caste d'industriels en tête. L'ue et ses états membres, france en tête, n'ont absolument aucune leçon de démocratie à donner à quiconque. Quand on se rend compte en outre qu'un pays tel que la france est coutumier des actes terroristes - depuis l'attaque sanglante du Rainbow Warrior jusqu'à l'assassinat du Président Kadhafi, en passant par les exactions commises aujourd'hui dans le Sahel à l'encontre des populations civiles - , de quel droit ce pays ose-t-il encore émettre une quelconque opinion sur la question de "l'autoritarisme" ?
Réponse de le 25/11/2019 à 15:39 :
pour ma part je vous remercie de défendre le sahel d'où je suis. Démocratie sous qui détruit nos valeurs , on en a pas besoin. Cette posture prétentieuse qui fait de l'Afrique un étudiant éternel et l'occident qui n'a rien à recevoir de ''l'autre '' (le reste du monde)
a écrit le 25/11/2019 à 13:56 :
Je me serais arreter à "politiques intelligentes" car on en a besoin dans tous les domaines pour défendre les intérêts de l'Europe et pas seulement les intérêts de quelques-uns au sein de l'Europe.
a écrit le 25/11/2019 à 13:24 :
"... comme l'ont fait le Royaume-Uni, la France et l'UE avec le 5G, semblent être la meilleure approche." : non, la meilleure approche pour la sécurité par rapport à la 5G aurait été de l'interdire purement et simplement !!
a écrit le 25/11/2019 à 13:22 :
Si l'UE pouvait démontrait qu'elle est réellement démocratique et non pas dogmatique nous pourrions la considéré comme "libérale" (qui n'est pas une notion économique)! Mais elle ne suit que le cahier des charges signé lors des traités et impose pour ce faire, des réformes a chaque pays membre dans un but d'uniformisation!
Réponse de le 25/11/2019 à 18:14 :
@oui mais
Le libéralisme n'est peut-être pas une notion "économique", mais tous les libéraux sont des capitalistes.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :