La formation professionnelle, un enjeu stratégique pour la France

 |   |  1140  mots
(Crédits : Pixabay)
La récente réforme du Compte Personnel de Formation (CPF) et l'investissement du gouvernement dans l'Intelligence Artificielle représentent une avancée réelle. Mais, au vu de la complexité et de l'ampleur des défis à relever, le chemin vers le changement reste encore long. Par Jeff Maggioncalda, CEO de Coursera.

La France connaît une période de transition économique, et prépare un avenir marqué par de profondes mutations. L'informatique de pointe, la data-science, la robotique et les médias sociaux impactent progressivement la nature des emplois. Un point notable qui amène les entreprises à faire appel à une nouvelle main-d'œuvre qualifiée pour dynamiser l'économie française. La récente réforme du Compte Personnel de Formation (CPF) et l'investissement du gouvernement dans l'Intelligence Artificielle représentent déjà une avancée réelle. Mais, au vu de la complexité et de l'ampleur des défis à relever, le chemin vers le changement reste encore long.
 
Selon le rapport établi par le Forum Économique Mondial sur le « capital humain », la France arrive seulement à la 25e position, derrière l'Amérique du Nord et ses homologues d'Europe de l'Ouest comme la Norvège, la Finlande et l'Allemagne. Un classement qui montre que l'hexagone n'a pas suffisamment tiré profit de son capital humain pour réaliser pleinement le potentiel économique de sa population. Le constat est d'autant plus inquiétant si l'on s'intéresse à la formation. Là encore, le pays prend du retard : seulement 45,1 % de la main-d'œuvre au total est formée en France. La Finlande, le Danemark et les Pays-Bas atteignent les 75 %, devant l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Israël avec 60 %, d'après un classement OCDE.

Bien que le chômage connaisse une baisse de 0,9 % à l'heure actuelle selon les derniers chiffres publiés par le Ministère du Travail, le fossé des compétences numériques s'élargit, avec pas moins de 200 000 à 330 000 emplois non pourvus l'année dernière. La plupart des secteurs se montrent frileux face à l'automatisation. Selon une étude réalisée par le cabinet McKinsey, 43 % des emplois qualifiés français peuvent être automatisables en déployant les technologies dont l'on dispose — ce qui impacterait 9,7 millions d'employés.
 
Les secteurs de l'éducation et du travail sont en pleine convergence, et leurs avenirs respectifs dépendent de transformations majeures. La technologie évolue rapidement, aussi, le développement des compétences doit faire partie intégrante du mode de vie de chacun. Avec la réforme du CPF, le gouvernement français permet aux salariés de bénéficier d'un apprentissage personnalisé et flexible tout au long de leurs carrières. La suppression des 24 heures de formation par an et la mise en place d'une allocation de 500 et 800 euros (pour les salariés non qualifiés) pour la formation pourraient inévitablement changer la donne, en permettant aux employés de faire leurs propres choix d'évolution.

Former les talents de demain

Dans le cadre des 150 heures de formation requises par la réforme du CFP, la formation en ligne apparaît comme une solution efficace pour aider les employés à développer leurs compétences.
La flexibilité arrive en tête de liste des avantages qu'offrent les cours en ligne : en effet, les employés peuvent visionner des conférences et faire leurs exercices pendant leur temps libre, plutôt que de prendre des semaines de congés. Ces apprenants peuvent dorénavant accéder à des contenus en ligne de qualité liés à des secteurs porteurs comme l'Intelligence Artificielle et la data-science, ce qui leur permet de faire bon usage de leur allocation CPF.

L'évolution des compétences : un enjeu stratégique pour les entreprises

La transformation digitale impacte des secteurs clés de l'économie française comme la banque, la finance, l'assurance et les télécommunications. Conscients des changements en cours, ces domaines s'intéressent de près à la reconversion via la formation pour préparer les salariés aux nouveaux enjeux.
Dernièrement, le groupe d'assurances AXA a offert à ses employés les dernières compétences commerciales et techniques nécessaires pour réussir dans un secteur en pleine mutation, grâce au e-learning. De même, L'Oréal a utilisé la formation en ligne pour faire bénéficier à chacun de ses employés d'un accès à des contenus de qualité. Les deux entreprises ont cherché à favoriser des procédés d'auto-apprentissage au sein de leurs organisations. De plus en plus, les employeurs en France veulent transformer la formation en entreprise : plus qu'un besoin de conformité, elle devient un réel outil pour atteindre plus de souplesse tout en renforçant les talents.

La formation en ligne présente des bénéfices pour les entreprises de toute taille, ce qui les pousse davantage à investir dans le développement des compétences de leurs employés. Les PME, qui représentent plus de la moitié du salariat en France, ont tout à y gagner. Elles peuvent à présent en effet accéder à un apprentissage de qualité, en évitant les frais de gestion habituels.

Repenser la conception et la mise en place des programmes universitaires

L'année dernière, HEC a lancé le Master « Innovation et Entrepreneurship », un programme international développé spécifiquement pour les apprenants en ligne. Bien que le programme soit entièrement disponible en ligne, et non sur le campus, il conserve les mêmes avantages que les programmes traditionnels d'HEC, où les étudiants sont encadrés par des chefs d'entreprise et formés par les meilleurs professionnels. Ils reçoivent un diplôme reconnu à l'échelle internationale. Aujourd'hui, les étudiants souhaitent des unités d'apprentissage plus générales et pertinentes, mais avec une certaine souplesse. De quoi inspirer les universités françaises dans leur conception et mise en œuvre des programmes.

L'Intelligence Artificielle dans la formation

L'intelligence artificielle est au cœur des débats sur les transformations économiques et sociales en France, notamment suite à la publication du rapport Viliani. Face à la montée en puissance de cette technologie, le pays doit se munir d'un vivier de talents qualifiés pour appréhender son insertion dans l'économie.
 
Bien que l'IA dans la formation soit une priorité pour le gouvernement, une approche supplémentaire combinant la formation en présentiel et la formation en ligne serait un excellent moyen d'accélérer la recherche de talents en IA. Dans les cours traditionnels en groupe, une plateforme d'apprentissage personnalisée regroupant des cours de chercheurs français spécialisés en IA et reconnus mondialement, comme Yann Le Cun, peut être mise en place. La constitution de cette communauté française d'experts en Intelligence Artificielle pourrait considérablement développer l'essor de la formation en IA.
 
Promesse de campagne d'Emmanuel Macron, la France comme « start-up nation » fait son chemin. Les récents plans exposés par le gouvernement dressent déjà le tableau d'une France audacieuse, innovante et à la pointe de la technologie. Dans un contexte de transformation numérique, le succès des entreprises et du changement réside dans la mise en place d'un bassin de talents qualifiés et réactifs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/05/2018 à 7:57 :
La formation en ligne ne résoudra pas tous les problèmes des adultes comme des enfants. Apprendre est (aussi) un acte social et seul derrière une machine on apprend moins bien qu'en groupe avec d'autres humains. Même si la machine peut aider pour apprendre il faut du temps, de la motivation, de la persévérance et une bonne idée de ce qu'on veut faire avec les nouveaux apprentissages. C'est loin d'être la norme professionnelle en France où plus de 60 % des salariés estiment que leurs compétences relèvent de leur employeur ou de l'Etat mais pas d'eux-mêmes

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :