La France pèse encore lourd dans l'économie mondiale

 |  | 723 mots
Lecture 4 min.
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, la France pèse encore lourd dans l'économie mondiale

La France reste une place forte de l'économie mondiale. Sixième puissance avec une petite avance sur l'Inde, elle lutte avec le Royaume-Uni pour la cinquième place. Un rang qui devrait, d'ailleurs, bientôt lui revenir à la faveur de la chute de la livre sterling entrainée par le Brexit. Pour un pays qui rassemble moins de 1% de la population mondiale et dont le territoire représente 0,45% de la surface totale, ce n'est finalement pas si mal.

La France n'est pas le pays qui a le plus chuté

C'est certain, l'économie française a cédé du terrain. Il y a 20 ans elle se situait en 4ème position. Mais l'idée que, des économies avancées, c'est elle qui en perdu le plus est totalement fausse. En valeur absolue, ce sont le Japon et l'Allemagne qui ont le plus pali au-cours des deux dernières décennies. Ces deux puissances industrielles ont souffert de l'arrivée fracassante de la Chine sur la scène internationale. La France se situe, elle, en 4ème position des perdants.

Bien entendu, ce n'est pas le même sens de perdre un point de pourcentage quand on représente le quart du PIB mondial, comme les Etats-Unis, que lorsqu'on en rassemble seulement 5%, ce qui était le cas de la France au milieu des années 90. Mais même ainsi redressé, le déclassement de l'économie française est à relativiser.

Pourtant, le diagnostic le plus souvent posé et celui d'un pays qui tombe, voire qui sombre. Mais c'est à travers une lecture très incomplète des chiffres, une lecture le plus souvent limitée aux seules pertes de parts de marché de nos entreprises à l'extérieur.

6e plus gros exportateur

C'est vrai, la France, qui représentait encore près de 6,5% des exportations mondiales en valeur de biens et services au début des années 90, est tombée à 3,5%. En forçant le trait c'est une division par deux, même si l'hémorragie a été stoppée en fin de période. C'est vrai aussi, la France a plus perdu que les autres pays de l'OCDE.

Mais, ce n'est pas non-plus la Bérézina. Ce chiffre n'est pas très connu mais l'économie française reste la 6è puissance exportatrice mondiale. Certes, nos entreprises ne jouent pas en première division, un club très fermé constitué du trio formé par la Chine, les Etats-Unis et l'Allemagne. Mais c'est une vision trop réductrice de la puissance économique d'une nation.

4e puissance multinationale

Si la France demeure dans le haut du classement, c'est aussi parce qu'elle reste une puissance multinationale : au sommet de la hiérarchie mondiale, elle place encore 29 grands groupes dans le top 500 du classement du magazine américain Fortune en 2016, ce qui la situe entre le Japon et l'Allemagne. Mais avec une densité plus forte que les autres pays, puisqu'on dénombre un géant économique pour 2,2 millions d'habitants : c'est plus qu'aux Etats-Unis, capitale du capitalisme mondial !

Surtout, les champions français sont souvent leaders mondiaux dans leur domaine d'activité : Danone dans l'agro-alimentaire, Vinci dans le BTP, Essilor dans l'optique, les exemples ne manquent pas. Avec une caractéristique forte, à savoir que nos grands groupes produisent massivement directement à l'étranger : la production délocalisée représente 2,5 fois nos exports, contre 2,35 fois pour le Royaume-Uni, 1,45 pour l'Allemagne, 1,2 pour l'Italie, et 0,7 pour l'Espagne. Cela ne se voit pas dans la balance commerciale, mais c'est oublier qu'une partie revient sous forme de revenus et permet à la France d'éponger le déficit des transactions des biens et des services.

7e pays le plus attractif, Paris 2e pour l'implantation des sièges de multinationales

Enfin, dans le panorama mondial, la France reste attractive : selon la CNUCED, la France accueille avec près de 800 milliards de dollars sur son sol le 7ème stock mondial d'IDE entrants. Et Paris est la deuxième ville mondiale, derrière Tokyo, pour ce qui est de l'implantation de sièges sociaux de multinationales. Elle en accueille près de 500.

La France reste donc une place forte de l'économie mondiale. Bien entendu, cette position est attaquée et la politique de l'autruche serait le pire. Tout autant que nier nos atouts.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/03/2018 à 22:11 :
1 serbie
2 alicesantre voqiqe
3 roumanie
4 france
5 russie
6 esbagne
7 macrone
8 francois hollande
9 chine
10 hungerie
11 kosovo
a écrit le 27/01/2018 à 12:27 :
On sent une envie de se rassurer...
a écrit le 15/06/2017 à 15:27 :
"La France pèse encore lourd dans l'économie mondiale" soit! Mais c'est ce mot "encore" qui me gène sachant que depuis que l'on appartient a cette zone administrative qu'est l'UE de Bruxelles on l'a détruit! Mais qui est ce "on" me direz vous!
a écrit le 15/06/2017 à 12:25 :
effectivement, la France est largement créditrice en investissements étrangers (1200 Mds investis par la France chez ses partenaires contre 700 Mds investis chez nous, d'après OCDE). les revenus de ces investissements permettent de compenser en partie le déficit des échanges commerciaux. les transactions courantes étaient quasiment à l'équilibre en 2015.
on peut ajouter que la France est au top pour la R&D/innovation (classements Clarivate/Thomson Reuters, Reuters, Deloitte Tech Fast, etc...). ou que Paris est dans le top 4 des AT Kearney Global Cities et PWC Cities of Opportunity (Paris étant la seule ville dans le top 10 de neuf des dix thématiques du classement PWC).
la France est un pays qui investit : infrastructures/investissement public, R&D/connaissance, logement, entreprise, famille/fécondité, Santé, Défense, etc...
Réponse de le 15/06/2017 à 14:49 :
Merci pour ces infos qui nous permettent d'anticiper la tendance. Il reste à investir plus dans l'éducation pour permettre à la France de demeurer une grande puissance économique.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :