La rationalité, souvent critiquée, mais pourtant nécessaire aux progrès de l'humanité, selon Steven Pinker

CHRONIQUE DU "CONTRARIAN" OPTIMISTE. Dans son nouvel ouvrage "Rationalité" (éd. Les Arènes) (1), Steven Pinker, professeur de linguistique à l'université Harvard, montre combien la démarche rationnelle reste le meilleur moyen pour les êtres humains de faire les moins mauvais choix malgré nos passions et nos biais cognitifs.
Robert Jules

7 mn

Steven Pinker.
Steven Pinker. (Crédits : Rose Lincoln / Harvard University)

L'être humain est paradoxal. Il bénéficie d'une faculté, la pensée rationnelle, mais préfère souvent suivre ses intuitions et ses passions qui souvent le conduisent à faire de mauvais choix. Pourtant, des outils comme "la logique, la pensée critique, les probabilités, la corrélation et la causalité" à condition de les maîtriser nous permettent de mieux "ajuster nos croyances et de prendre des décisions dans un contexte de données incertaines", affirme le linguiste et cognitiviste Steven Pinker dans son nouvel ouvrage "Rationalité" (éditions Les Arènes) (1).

Loin de réduire la rationalité à une logique instrumentale désincarnée qui bannit les émotions (à l'instar du célèbre Dr Spock de la série culte "Star Trek"), ce professeur à l'université Harvard y voit davantage une "capacité d'utiliser les connaissances pour atteindre des objectifs" pour chacun de nous. Autrement dit, elle nous permet de vivre mieux, non seulement matériellement mais aussi socialement et aussi émotionnellement.

Dès lors, pourquoi ne suivons-nous pas instinctivement ces règles? A cause de nos "biais", héritage de l'évolution humaine. Pinker consacre plusieurs chapitres à explorer cet aspect. S'inscrivant dans les travaux pionniers en psychologie cognitive et en économie comportementale de Daniel Kahneman (en collaboration avec Amos Tversky), qui lui valurent le "prix Nobel" d'économie en 2002 et qu'il a synthétisé pour le grand public dans son célèbre ouvrage "Système 1/Système 2, Pinker explore à son tour longuement les biais et les sophismes auxquels les êtres humains sont sujets dans les jugements qu'ils portent sur le monde qui les entoure et les font agir.

Zone de confort cognitive

Il montre par exemple que nous préférons les informations qui renforcent nos opinions (biais de confirmation), les individus qui nous ressemblent (biais culturel), que nous rejetons les produits artificiels (biais naturaliste), etc. Plutôt que d'élargir nos connaissances par la vérification d'informations, qui remettent en cause nos certitudes (nos biais), nous préférons rester dans notre zone de confort cognitive.

Comme les grands rationalistes classiques, Descartes et Spinoza par exemple, Pinker ne rejette pas les passions, ni les coutumes, les traditions ou encore les interdits, mais il montre qu'en cas de conflit et de dilemme une approche rationnelle est le moyen d'aider à faire un choix quitte à abandonner des certitudes. Ainsi, s'il est impossible de tout vérifier, des méthodes pour faire des choix raisonnables existent comme l'approche bayésienne.

Une telle approche est une critique à peine voilée des croyances religieuses, des approches des pseudo-sciences, des superstitions ainsi que des préjugés, et d'une certaine forme de romantisme, même si sur le plan de la création artistique ce dernier a ses lettres de noblesse. Car malgré cet irrationalisme ambiant, le développement de la rationalité a permis des progrès considérables non seulement en matière de savoir - les sciences - mais aussi dans le domaine de la santé, du droit ou encore de la politique, avec l'extension des régimes démocratiques.

Loin d'être la raison technicienne et scientifique qui dominerait le monde que dénoncent certains critiques, l'adoption d'une démarche rationnelle développe au contraire un attitude d'humilité non seulement épistémique mais aussi éthique. En effet, plus nos connaissances progressent, plus nous prenons conscience de nos ignorances. C'est le contraire de l'effet gourou, dont le professeur Didier Raoult, qui ne manque jamais une occasion d'affirmer que seul lui sait faire face à des journalistes, est un bon exemple.

Les idéologies sont répétitives

Le livre de Pinker s'inscrit dans la continuité de ses deux précédents best-sellers : "La Part d'Ange en nous", une impressionnante synthèse de données qui établissait contrairement à l'opinion courante que jamais nous n'avons vécu à l'échelle de l'histoire dans un monde où le nombre de victimes tuées par violence est si faible (rapporté à la population), et "Le triomphe des Lumières", publié durant la présidence de Donald Trump, qui a vu la popularisation de la notion de "fakes news". En élargissant la focale aux domaines de la pauvreté, de l'espérance de vie, la santé, la nourriture, la richesse, les inégalités, l'environnement, la sécurité, la démocratie, la sécurité, le savoir... Pinker y montrait que, au regard de chacun de ces critères, et malgré les guerres mondiales et la colonisation, la situation s'était considérablement améliorée au cours des dernières décennies, et que la tendance se poursuit. En réalité, contrairement aux idéologies, qui sont répétitives, le progrès scientifique est cumulatif et se répand par l'échange, le commerce, l'éducation. Et s'il rend les pays riches plus riches, il rend aussi les pays pauvres moins pauvres.

Ces ouvrages ont fait l'objet de nombreuses critiques, certains lui reprochant au mieux la naïveté de son optimisme béat, au pire d'être un suppôt du capitalisme - Pinker est un libéral qui aux Etats-Unis le situe sur l'échiquier politique avec Barack Obama ou Bill Clinton -, d'autres que son approche était faussée. Il est vrai que le linguiste et cognitiviste pointait les travers de certains intellectuels qui font carrière en passant leur temps à critiquer les progrès matériels dont ils sont les premiers bénéficiaires.

Les thèses de Pinker prennent également à revers tout un discours catastrophiste - la collapsologie est à la mode - qui connaissent un certain succès, ce qui n'est pas nouveau dans l'histoire humaine, le millénarisme en est même une constante. Car Pinker - mais ses critiques l'ont-ils lu in extenso? - n'a jamais nié qu'il y avait des malheurs, des catastrophes, des problèmes graves comme le réchauffement climatique mais il soutient que les êtres humains malgré les vicissitudes essaient de résoudre les problèmes, ce qui ne se fait pas par des discours mais par des actions et des innovations concrètes. Or, nous avons tendance à oublier les progrès réalisés car ils deviennent la norme. Par exemple, la population mondiale est passée en à peine 70 ans de 2,6 milliards d'individus en 1950 à 7,8 milliards aujourd'hui tout en ayant pratiquement réduit les famines qui furent le lieu commun des siècles passés!

Repousser les limites d'un monde que nous voyons fini

Autrement dit, il faut maintenir un niveau minimum de croissance économique - avec l'inévitable utilisation de ressources naturelles qui exerce une pression sur l'environnement  - pour donner à tous des conditions minimales de vie au quotidien. Un tel processus ne va pas sans contradiction mais il voit aussi émerger des solutions rationnelles qui repoussent les limites d'un monde que nous nous représentons fini. Après tout, si l'on avait soutenu devant un théologien du XIIe siècle qu'un jour nous disposerions d'avions, il est fort possible qu'il aurait rejeté une telle idée en nous traitant d'hérétique, car il pensait sincèrement que Dieu a fait le monde tel qu'il est.

Finalement, dans le propos clair et sans jargon de "Rationalité", Pinker ne cherche pas tant à discréditer ses adversaires qu'à nous montrer que notre confiance dans "la nature des rumeurs, la sagesse populaire et la pensée complotiste" doit être interrogée pour permettre de faire "la distinction entre deux modes de croyance : la mentalité réaliste et la mentalité mythologique". Cela nous permet de "gagner en lucidité face aux vicissitudes et aux tragédies de la vie", et c'est une invitation à "raisonner collectivement pour trouver les croyances les plus défendables". Face à l'urgence que posent par exemple les conséquences du réchauffement climatique, une telle réflexion est salutaire!

______

(1) Steven Pinker "Rationalité", traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Peggy Sastre, éditions Les Arènes, 450 pages, 22,90 euros (parution le 4 novembre)

rationalité cover

Robert Jules

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 02/11/2021 à 3:18
Signaler
La rationalité oui, mais c'est surtout d'intelligence dont on a besoin pour prendre les bonnes décisions. Tant didioties sur les réseaux sociaux et les médias, Tant de raisonnements foireux de la part de nos dirigeants

à écrit le 01/11/2021 à 16:48
Signaler
Nietzsche disait que les démis vérités convainquent toujours plus que les vérités plus longues à expliquer tandis que le cerveau n'est pas fait pour cela depuis que l’homme existe ce sont les phrases courtes qui sont les plus habituelles par ailleurs...

à écrit le 01/11/2021 à 16:44
Signaler
du temps de Kant ( Kritik der reinigen Vernunft', on s'interessait a l'indee, l'intuition et le concept; depuis on a pas mal evolue dans de nombreux domaines; pour celui de la decision et de la rationalite, on a tous eu des cours de theorie de la de...

à écrit le 01/11/2021 à 13:22
Signaler
Croire qu'une pensée rationnelle soit sans erreur est absurde! Dans se genre de réflexion on va soit dans la création d'un dogme que l'on rectifie a coup de réforme, soit dans la dépression! La réalité c'est que l'on ne veut pas s'autoriser de retour...

à écrit le 01/11/2021 à 11:44
Signaler
En quoi la rationalité améliore le progrès de l'humanité ? La rationalité commanderait d'éliminer les 3/4 de l'humanité pour conserver notre niveau de vie ! On est trop nombreux par rapport aux ressources restantes... La rationalité ultime c'es...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.