La santé de demain passe par les réseaux de soins

Les réseaux de soins sont une vraie réponse, efficace, à l'inflation des tarifs médicaux (dépassements d'honoraires). Par Olivier Babeau, vice-président de la Fondation Concorde

4 mn

(Crédits : DR)

Au cœur du débat pour l'élection présidentielle, le rôle des organismes complémentaires (mutuelles, assurances, institution de prévoyance) fait l'objet d'une surenchère de propositions allant de leur nationalisation à leur suppression, comme si leur existence, à côté du système étatique et en partenariat avec lui, ne pouvait être qu'un pis-aller illégitime, inefficace et coûteux.

 Cette caricature nie le rôle historique des Complémentaires. Elle fait l'impasse sur les solutions indispensables qu'elles ont développées pour assurer la protection sociale de 63 millions de Français et garantir la pérennité de son financement. Certaines vérités doivent être rétablies.

 Les complémentaires santé, une solution indispensable

D'abord, le recours au privé ne signifie pas la fin du service public ! En France, beaucoup d'entreprises privées assurent des services publics dans un cadre concurrentiel ou régulé, comme la distribution de l'eau ou le ramassage des déchets, sans que cela ne conduise au cataclysme prédit par les tenants du « tout Etat ».

Ensuite, si l'État a favorisé le développement des Complémentaires (95% de la population française est désormais couverte, contre 84% en 1998), c'est bien pour assurer une couverture sociale aussi large que possible au plus grand nombre. Pour apporter un soin plus attentif à ceux qui en ont besoin, l'Assurance maladie s'est concentrée progressivement sur les affections de longue durée, qui touchent de plus en plus de Français. Conséquence de ce choix, les Complémentaires ont constitué une solution indispensable pour assurer que les ménages puissent avoir accès aux soins moins bien pris en charge par le régime général (notamment bucco-dentaires, optiques et audioprothétiques). Au total, cette alliance a permis de couvrir l'ensemble des besoins médicaux des Français.

L'inflation des dépassements d'honoraires...

En dépit de ces avancées, un réel obstacle demeure : la progression des dépassements d'honoraires et de tarifs est particulièrement élevée, notamment pour les soins courants, ce qui pèse sur les Complémentaires et contraint leur capacité de remboursement. Cette inflation a pour effet que les dépenses à la charge des patients peuvent atteindre plusieurs milliers d'euros, même après remboursement. De nombreux Français sont ainsi contraints de renoncer à se soigner.

... et son remède

Pour remédier à cette dynamique d'exclusion, les Complémentaires ont développé des réseaux de soins conventionnés, qui les associent à des professionnels de santé dans une démarche partenariale : elles négocient avec eux des tarifs raisonnables et en échange, ceux qui le souhaitent peuvent s'engager dans un exercice différent, accompagnés dans leur quotidien, bénéficiant d'une meilleure visibilité et de revenus stabilisés. Cette démarche commune est directement favorable aux patients : elle permet de leur proposer des contrats moins chers, ce qui favorise une plus grande égalité en matière de santé. Pour l'Assurance maladie, cette dynamique vertueuse est une garantie que les Français seront efficacement protégés.

Contrairement à ce que prétendent les porte-voix des lobbies, qui abritent leurs préoccupations financières derrière de faux-semblants, ces réseaux respectent la liberté de tous les acteurs du système de soins, au demeurant protégée par la loi. Les patients peuvent évidemment voir le praticien qu'ils souhaitent et souscrire à la mutuelle qu'ils veulent. Les professionnels, dont l'indépendance est protégée, restent seuls maîtres de leur exercice et seuls décisionnaires des traitements, conformément à leur déontologie.

 Un vrai besoin

Le succès des réseaux montre qu'ils répondent à un vrai besoin. Ils sont d'ailleurs déjà présents dans nos vies : en France, on en compte aujourd'hui une dizaine ; plus de 17 000 professionnels de santé ont signé un partenariat avec l'un d'eux et près de 48 millions de Français en sont bénéficiaires potentiels. Leurs effets positifs sur la régulation des dépenses de santé ont même été reconnus par des institutions comme l'Autorité de la concurrence. A l'heure où les modèles de gestion des risques sont à réinventer, cette coopération entre différents acteurs issus du public et du privé fait partie des solutions d'avenir: souhaitons que les candidats s'en saisissent au-delà des postures politiciennes, dans l'intérêt des patients !

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 18/05/2017 à 0:20
Signaler
Votre article me fait vomir du début jusqu'à la fin. Heureusement que les preux organismes complémentaires sont la pour assurer la santé des français face à ces enfoirés de médecins développant toujours plus de dépassements d'honoraires, contraignan...

à écrit le 22/02/2017 à 21:02
Signaler
Les professionnels de santé sont libres jusqu'au jours où 30 % de leur patients viennent du fameux réseau. Après la mutuelle peut décider unilatéralement d'imposer ses prix car si le praticien refuse il perd 30 % de son chiffre d'affaire et peut mett...

à écrit le 22/02/2017 à 19:03
Signaler
"Ensuite, si l'État a favorisé le développement des Complémentaires (95% de la population française est désormais couverte, contre 84% en 1998), c'est bien pour assurer une couverture sociale aussi large que possible au plus grand nombre" On croit r...

à écrit le 22/02/2017 à 14:32
Signaler
Sous le titre : " Programmes santé et présidentielles 2017: appuyez sur S" la webradio webtv indépendante AWI consultable sur www.awi1.com revenait la semaine dernière sur l'une des préoccupations majeures des Français mais aussi des professionnels...

à écrit le 22/02/2017 à 13:42
Signaler
On les voit bien venir les réseaux mutualistes avec leurs centres de santé ouverts jusqu'à 17 h avec l'impossibilité de recevoir leurs patients en urgence. Résulats : les patients déboulent en urgence dans les cabinets privés en acceptant de payer un...

le 23/02/2017 à 6:43
Signaler
Une consultante, une coach, une formatrice ou un truc comme ça en provenance du mille-feuille ( sans aucune formation académique) lance à un précaire: "Votre LACET est défait, cela veut dire que vous êtes LASSÉ de vivre. Vous avez des tendances s...

à écrit le 22/02/2017 à 13:24
Signaler
On va réduire toujours plus les possibilité de choisir son médecin pour le citoyen lambda. Par contre les dignitaires du régime se feront toujours soigner à l'hopital américain de Neuille sous une fausse identité.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.