Les électrotechnologies peuvent répondre à l’urgence climatique

 |  | 622 mots
Gilles Schnepp, le président de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication)
Gilles Schnepp, le président de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication) (Crédits : FIEEC)
Pour accélérer la transition de notre économie vers un modèle moins gourmand en carbone et plus compétitif, le développement des électrotechnologies est essentiel. Par Gilles Schnepp, le président de la FIEEC (Fédération des Industries Electriques, Electroniques et de Communication).

La lutte contre le réchauffement climatique est un enjeu majeur. Plus que jamais, il est urgent de mettre en œuvre toutes les solutions disponibles pour enclencher une dynamique de croissance tout en assurant de façon pérenne la réduction nécessaire des émissions de gaz à effet de serre. Ce sera l'objectif majeur de la grande conférence COP 21 de cette fin d'année à Paris.

La réussite d'une transition vers une économie bas-carbone ne pourra se faire sans une maitrise efficace de la consommation d'énergie de toutes les activités humaines. Dans ce contexte, les industries électriques, électroniques et de communication jouent un rôle majeur et déploient des solutions favorisant des économies substantielles dans l'ensemble des secteurs de notre économie.


Améliorer la qualité des services urbains

Voici quelques exemples de technologies innovantes, à portée de main, qui font la chance et la fierté de notre pays, en comptant dans ses rangs des industries de premier plan. Au niveau des infrastructures énergétiques et numériques, l'enjeu est de rendre les réseaux plus intelligents afin d'intégrer la production croissante d'énergies renouvelables, mais aussi de gérer, en temps réel, la distribution et la consommation d'énergie, grâce à la remontée d'informations et de données depuis l'usager jusqu'aux organes de pilotage.

La smart city, ou « ville intelligente », utilise ces technologies pour améliorer la gestion et la qualité des services urbains. Par une meilleure utilisation de l'ensemble des flux - organisation des secours, optimisation de la mobilité et du trafic routier, éclairage public, ramassage des déchets, ... - ces produits et solutions réduisent l'impact environnemental de chacune de ces activités. A titre d'illustration, le secteur des transports couvre, à lui seul, 32% de la consommation d'énergie (1).

Avec 44% des consommations d'énergie (2), le secteur du bâtiment constitue également un gisement majeur d'économie. Le recours aux électrotechnologies, dans les domaines résidentiel, tertiaire ou industriel, permet ainsi aux usagers de maitriser leur consommation d'énergie tout en alliant confort, sécurité, maintien à domicile et bien-être. Autoproduction et stockage de l'énergie, éco-conception, mutualisation des équipements... autant de solutions qui permettent de combiner enjeux environnementaux et nouveaux usages.

Un savoir faire internationalement reconnu

L'excellence de nos industries repose ainsi un savoir-faire internationalement reconnu. Celles-ci représentent une chance pour notre pays. Tout en accompagnant l'évolution de notre économie vers un modèle bas-carbone, ces industries génèrent de la richesse et peuvent contribuer à la création de près de 50.000 emplois sur notre territoire à l'horizon 2020 (3). Fortement exportatrice et à très forte valeur ajoutée technologique, cette filière constitue également une priorité stratégique de souveraineté nationale ainsi qu'une voie de développement, vers des marchés porteurs à long terme.

Pour encourager l'usage de telles technologies, la Fédération des Industries Electriques,
Electroniques et de Communication (FIEEC) a donc souhaité réunir l'ensemble de la profession autour d'engagements communs dans la perspective de la COP 21. La mise en place d'un Forum valorisant les technologies et solutions disponibles et matures, le lancement d'un Observatoire de l'efficacité énergétique dans le domaine du bâtiment, ou encore l'adaptation des formations aux besoins de demain sont autant de propositions concrètes pour aller vers un modèle économique plus sobre en carbone

Notre pays a tous les atouts pour devenir un fer de lance de la transition vers une économie bas-carbone, agissant en faveur tout à la fois du climat et de la compétitivité de notre économie. Les solutions technologiques sont à notre disposition : utilisons-les sans tarder !

 (1) Panorama énergies-climat 2014, Ministère de l'Ecologie, du développement durable  et de l'énergie

(2) Ibid

(3) Les industries électrotechnologiques au service de la société, FIEEC

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :