Comment limiter le réchauffement climatique à 2 degrés selon l'AIE

 |   |  382  mots
Les émissions de gaz à effet de serre issues de la production et de la consommation d'énergie sont d'un niveau deux fois plus élevé que celles issues de toutes les autres sources d'émissions confondues, selon l'AIE.
Les émissions de gaz à effet de serre issues de la production et de la consommation d'énergie sont d'un niveau "deux fois plus élevé que celles issues de toutes les autres sources d'émissions confondues", selon l'AIE. (Crédits : reuters.com)
L'Agence internationale de l'énergie a publié lundi ses propositions pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre dès 2020, préconisant notamment la suppression de certaines centrales au charbon et des subventions pour les énergies fossiles. Elle juge les contributions pour la conférence de Paris (COP21) insuffisantes.

"Agir pour lutter contre le changement climatique devra venir d'abord et essentiellement du secteur de l'énergie."

Dans un rapport spécial sur l'énergie et le changement climatique, publié lundi 15 juin, l'Agence internationale de l'énergie (AIE) a rappelé que les émissions de gaz à effet de serre issues de la production et de la consommation d'énergie sont d'un niveau "deux fois plus élevé que celles issues de toutes les autres sources d'émissions confondues". Elles représentent ainsi les deux tiers des émissions liées aux activités humaines.

Réviser les objectifs tous les 5 ans

Pour faire diminuer les émissions de gaz à effet de serre issues de l'énergie d'ici à 2020, l'Agence préconise la mise en place de plusieurs mesures:

  • Elle plaide pour augmenter l'efficacité énergétique dans l'industrie, le bâtiment et les transports;
  • Selon elle, il est important de réduire le recours aux centrales électriques au charbon les moins efficaces pour finir par interdire leur construction;
  • L'AIE estime qu'il faudra augmenter les investissements dans les énergies renouvelables de 270 milliards de dollars (241 milliards d'euros) en 2014, à 400 milliards (357 milliards d'euros) en 2030.
  • Pour ne pas encourager le recours aux énergies fossiles, l'institution préconise une suppression progressive des subventions dédiées à ces dernières pour arriver à une suppression définitive de ces aides financières en 2030.
  • Le secteur du pétrole et du gaz, qui commence à se tourner vers les énergies renouvelables, devra réduire ses émissions de méthane, selon l'AIE.
  • Enfin, pour que ces mesures permettent de limiter le réchauffement climatique à 2 degrés, l'Agence souhaite notamment que les objectifs soient révisés tous les cinq ans pour pouvoir "augmenter leurs ambitions", et que des procédures pour contrôler l'atteinte des objectifs dans le secteur de l'énergie soient mises en place.

L'AIE ne met plus de gants pour manifester son inquiétude

Mais l'AIE manifeste ouvertement son scepticisme en ce qui concerne la tenue de ces objectifs et met en garde sur le fait que "tout retard pour agir sera coûteux".

Selon l'organisation, les contributions pour la conférence de Paris (COP21) déjà publiées par un certain nombre de pays sont insuffisantes. Elles "montrent que la croissance des émissions liées au secteur énergétique va diminuer" mais seulement à partir de 2030.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2015 à 8:07 :
Le problème est avant tout économique. Il faut financer les charges sociales (les retraites) par une taxe sur l'énergie, et tout est résolu: le climat, le chomage, la croissance, les retraites....Mais surtout, dites que c'est une connerie.
Réponse de le 16/06/2015 à 9:41 :
Le problème, surtout, est que TOUT est économique... Et cela nous tuera tranquillement.
a écrit le 16/06/2015 à 1:00 :
Un très bon site pour contredire les arguments erronés du lobbying climatosceptique de la maffia des pollueurs, qui se sont largement trompés sur tous leurs pronostics depuis plus de 45 ans, et pour cause : http://www.skepticalscience.com/argument.php
a écrit le 15/06/2015 à 14:54 :
Navrant de voir tant de négationnistes du réchauffement climatique. Vos enfants et petits enfants crèveront de votre égoïsme... tout ca parce que nous sommes dans une économie libérale ou tout est permis pourvu que les riches s'enrichissent, et à n'importe quel prix ...
a écrit le 15/06/2015 à 14:43 :
Tant qu'il restera une goutte de pétrole, une once de charbon, un mètre cube de gaz, rien ne changera. On parle pour ne rien faire, ça coûte des fortunes supplémentaires pour un résultat NUL. J'en suis arrivé à la conclusion qu'il vaut mieux laisser faire et que plus vite tout sera consommé, mieux la Terre se portera. La Terre a le temps pour elle, nous certainement pas, mais vu ce que nous sommes capables de faire, que nous disparaissions ou pas, cela n'a plus grande d'importance.
a écrit le 15/06/2015 à 14:21 :
Inutile de rappeler que l'évolution du climat est chose naturelle et que son lien avec l'émission de CO2 est une hypothèse. 80% de l'effet de serre vient de l'humidité de l'air. Le CO2 est un facteur mineur parmi bien d'autres dont de nombreux gaz d'ailleurs. De plus le CO2 n'est pas un polluant. Tout cela est propagande, croyance et levier politique voire financier.
a écrit le 15/06/2015 à 10:15 :
Par méconnaissance on vous parle du CO2 qui est taxable !
Mais en réalité c'est un bienfait pour l'humanité et la végétation car sans CO2 plus de végétation. Le seul gaz a effet dit de serre (mais sans influence sur l'humanité et la terre) c'est tout simplement à 99% environ LA VAPEUR D'EAU puis comme gaz suit vaguement avec près de 1 % le CO2. D'autre part nous sommes depuis 11 ans contrairement aux dires du GIEC en période de refroidissement donc soyez un peu critiques et cessez de vous laisser endormir par des enfumeurs qui en vivent sur votre dos. Et enfin une mesure scientifique irréfutable dans l'article suivant:
http://www.enquete-debat.fr/archives/co2-et-temperature-aucun-lien-et-le-giec-le-demontre-46409
a écrit le 15/06/2015 à 10:04 :
Qu'Est-ce que l'AIE et quel est le contrôle exercé sur cette agence. encore une fois au nom de l'écologie on nous assène des vérités que nul ne peut contrôler ou contester. l'écologie c'est comme le libéralisme: there is no alternative! Pourquoi 2 degré quels sont les conséquences réelles ? On nous assène aussi des chiffres qui sortent d'on ne sait où pour nous manipuler et on ne peut ne serai-ce qu'émettre un doute sans être aussitôt affublé de tous les mots ras le bol de ces organismes qui se croient détenteur de la vérité divine alors qu'en réalité c'est un lobby comme un autre mais qui ne veut pas le reconnaître!
a écrit le 15/06/2015 à 9:22 :
Le problème posé par La Tribune est déjà résolu quand on sait que la hausse des températures n'a été que de 2/100 de degré centigrade en l'espace de 17 ans, de 1998 à 2015, tandis que les émissions de CO2 industrielles ont continué allègrement pendant toute cette période.
Ce qui démontre entre autres que le gaz carbonique n'est que très partiellement responsable de l'évolution des températures de notre planète.
Donc, au rythme actuel, les températures ne devraient guère augmenter de plus de 0,15 °C d'ici la fin du siècle.
Pas de quoi fouetter un chat.
Les prophètes de l'apocalypse thermique sont incapables d'expliquer cet immobilisme des températures, de même qu'ils ne savent pas prédire quand cette "pause" va cesser, ni même si les températures vont repartir à la hausse, ou pire, à la baisse quand elle cessera.
a écrit le 15/06/2015 à 9:17 :
"est sceptique en ce qui concerne la tenue de ces objectifs" Tu m'étonnes... Quitte à aller dans le mur, autant accélérer. Le pire est que l'on connait les raisons de la destruction de la planète, soit, nous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :