Les métropoles régionales ont un rôle à jouer

 |   |  622  mots
(Crédits : DR)
Face aux mégalopoles dont le rayonnement relègue dans l'ombre tout ce qui les entoure, les métropoles de moyenne peuvent-elle survivre? Il faut imaginer des métropoles neuronales. Par François-André Allaert , professeur à Burgundy School of Business

Comme au Quatrocento où Rome, Milan et Florence s'affrontaient dans un combat sans merci, les métropoles régionales vont lutter les unes contre les autres pour la suprématie économique. Les forces en présence sur le terrain sont inégales. Les mégalopoles comme Paris, Lyon et Marseille réunissent en un lieu unique et à très grande échelle l'ensemble des secteurs d'activité économique et les sources de financement publiques et privées.

Face à ces mastodontes dont le rayonnement relègue dans l'ombre tout ce qui les entoure, les métropoles de moyenne ou petite taille peuvent-elle survivre ou sont-elles inexorablement condamnées au déclin ?

 Leur chance d'exister réside dans le fait qu'au niveau d'une région qui n'a pas été désertifiée par le centralisme de ces mégalopoles, de nombreuses villes existent autour de la métropole régionale, qui ont leur propre économie et leurs spécificités, et qui sont autant d'alliés dans cette guerre économique. Plutôt que d'imiter le modèle concentrique des mégalopoles qui ne ferait qu'épuiser le territoire dans des querelles intestines de prédominance ou de préséance, la métropole régionale de taille modeste doit être l'animatrice d'un véritable réseau de type neuronal.

 Développement en réseau neuronal

 Dans ce réseau neuronal, chaque ville avec sa spécificité devient alors un foyer d'activité qui palpite et fait circuler ses énergies humaines, techniques et financières, dans des réseaux où elle est connectée non pas à la seule métropole mais à l'ensemble des autres villes. La différence majeure entre ces deux types d'organisation est que dans le réseau neuronal, la métropole tire son énergie d'une multitude de foyers qui interagissent en permanence alors que la mégalopole exerce une force d'attraction gravitaire sur l'ensemble des énergies de sa périphérie et les englobe à la manière d'un grand trou noir.

 L'écueil que doit à tout prix éviter cette organisation est de céder à la tentation de reproduire au niveau de la métropole régionale un réseau centralisé en étoile sur le modèle français du jacobinisme centralisateur. La reproduction au niveau de la métropole régionale de ce type d'architecture, alors même que la régionalisation a été instituée pour réduire ses effets négatifs en apportant de la proximité aux décisions, voilà qui serait un paradoxe particulièrement décevant.

 Consortiums urbains compétitifs

 Dans l'architecture neuronale, c'est le réseau tout entier qui sous l'impulsion de la capitale régionale acquiert la puissance d'une mégalopole. C'est ce réseau virtuel qui lui permet d'accéder à la masse démographique et financière critique pour pouvoir assurer une offre dans tous les domaines, comme les mégalopoles. Face aux « entreprises générales » que sont les mégalopoles, les « consortiums urbains » survivront et peut-être même gagneront-ils le combat car plus réactifs et moins prisonniers d'une infrastructure lourde et ancienne.

 Ces consortiums urbains fixeront et attireront les entreprises et les compétences humaines par la diversité et la qualité de vie qu'offrent les différentes villes qui le composent, les prix des loyers, la facilité de circulation et la durée des transports, leur dynamique écologique, etc.

 A l'heure du numérique, les structures territoriales doivent aussi changer de paradigme et de même que les réseaux d'information ont balayé les bases de données centralisées, l'apparition des métropoles neuronales pourrait être l'alternative actuelle et marquer le déclin des mégalopoles telles que nous les connaissons aujourd'hui.

 Pr François-André Allaert, Professeur de marketing à Burgundy School of Business

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :