Mon DRH est une IA

 |   |  1524  mots
(Crédits : Getty Images)
IDEE. Elle me recrute. Elle gère mon contrat, mes fiches de paie et mes formations. Elle me protège du burn-out et m’empêche d’aller à la concurrence. L’intelligence artificielle surpasse-t-elle l’humain ? Par Oihab Allal-Chérif, Business Professor, Neoma Business School

Mon DRH est une IA (intelligence artificielle). Elle s'appelle Alex. Elle est asexuée. Alex n'a pas de genre, pas d'âge, pas de nationalité. Bien qu'elle connaisse ces notions, ce ne sont pas des éléments différenciant pour elle. Elle considère de la même façon les femmes et les hommes, ainsi que les personnes de tous âges et de toutes origines.

Elle n'est pas influencée par la beauté physique, la couleur de peau, le handicap, le lieu de résidence ou la religion. Toutes ces données sont ignorées par elle dans ses prises de décision. Elle ne prend pas non plus en compte le fait que depuis la création de l'entreprise, les managers ont été essentiellement des hommes blancs.

Comme DRH, l'IA Alex ne fait donc pas de discrimination, simplement car elle n'est pas programmée pour cela, ou plutôt car elle a été programmée pour ne pas le faire. L'entreprise qui a conçu Alex garantit que ses algorithmes sont exempts des biais humains et effectue des contrôles pour que le système d'apprentissage machine (machine learning) n'intègre pas d'éléments qui nuiraient à son objectivité.

Alex a été conçue par une équipe diversifiée d'ingénieurs qui lui a enseigné l'éthique, et l'a alimentée avec des expériences sociales variées et représentatives afin d'éliminer les biais algorithmiques.

« Peut-on protéger l'intelligence artificielle de nos biais ? » avec Robin Hauser (TED, février 2018).

Alex est une intelligence artificielle qui évalue les candidats et les salariés en fonction de leurs réalisations, de leurs performances, de leurs expériences, de leurs expertises et de leurs comportements professionnels. Elle prend également en compte les motivations, les ambitions et la qualité des relations internes et externes, verticales et horizontales.

Alex est la gardienne des valeurs et de la culture d'entreprise : elle s'assure que chacun des acteurs et des partenaires de l'organisation adopte des pratiques en cohérences avec elles. Bien qu'elle soit virtuelle, Alex apporte une valeur ajoutéebien réelle dans le management des ressources humaines.

Mon recrutement online

L'intelligence artificielle est particulièrement performante dans le domaine du recrutement, et elle est déjà utilisée dans les 500 plus grandes entreprises du monde pour automatiser et optimiser la sélection des candidats. Sélectionner les meilleurs talents parmi un très large choix est la partie la plus longue et la plus difficile du recrutement. Grâce à l'intelligence artificielle, c'est à la fois plus naturel, fluide et systématique. Alex et moi, nous nous sommes rencontrés sur un site de job matching, à l'image des sites de rencontre. J'ai swipé son offre d'emploi et elle a swipé mon profil.

« Comment l'intelligence artificielle change la façon dont on cherche un emploi » (CNBC, mai 2018).

Elle m'a alors contacté pour planifier avec moi des entretiens et des tests. Après plusieurs rencontres via mon smartphone, elle a analysé mes réponses, mon vocabulaire et mes micro-expressions pour les comparer aux performances des meilleurs employés de l'entreprise. Bien que ce type d'interaction avec un agent conversationnel (chatbot) puisse être déstabilisant, sans feedback et contact humain, j'étais à l'aise et j'ai réussi à valoriser mon profil. Parler devant une webcam et être convaincant face à un être virtuel n'est pas simple, mais cela peut aider les personnes timides ou angoissées comme moi.

Mes bons résultats m'ont permis de poursuivre le processus. Alex a analysé mon savoir, mon savoir-faire et mon savoir-être plus en détail afin de me mettre en compétition avec les autres candidats short-listés, de déterminer mes points forts et mes axes d'amélioration. Cela lui a permis de mettre en place mon plan d'intégration dans l'organisation. J'ai joué à des serious games (jeux sérieux) qui m'ont fait découvrir le langage et les codes organisationnels, ainsi que les différents départements et les processus métiers.

Ensuite, j'ai pu discuter avec Alex de mes objectifs professionnels, de ma vision de mon futur emploi, de mes prétentions salariales et de mes autres exigences vis-à-vis de mon employeur. Elle m'a mis en relation avec mon futur responsable hiérarchique et avec ceux qui seraient mes plus proches collaborateurs afin de mieux mesurer ma compatibilité avec mon futur environnement de travail.

« La plate-forme de job matching et de formation SkyHive » (SkyHive, février 2018).

Alex parle plusieurs langues : allemand, anglais, arabe, chinois, coréen, espagnol, français, hindi, indonésien, italien, japonais, néerlandais, portugais et russe. Elle est même capable de comprendre le langage des signes. Elle peut donc communiquer avec des talents potentiels dans la plupart des pays du monde, dans des endroits où l'entreprise n'a jamais pu recruter avant. Alex a donc une stratégie d'e-recrutement globale en fonction des différents sites de l'entreprise et de ses projets à l'international.

La gestion administrative de mon emploi

J'ai signé mon contrat intelligent et ses avenants en ligne, ce qui a facilité et accéléré mon intégration. La validation de ce contrat dématérialisé a déclenché tous mes accès informatiques et physiques grâce à la blockchain. Depuis que j'ai intégré l'entreprise, je communique régulièrement avec le chatbot piloté par Alex pour lui poser des questions sur ma paie, mes congés, ma mutuelle ou mes frais de déplacement.

L'IA contrôle tous les processus associés aux ressources humaines et peut donc toujours me répondre. En plus elle est disponible 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 sans rendez-vous. Elle accède facilement à tous les documents et aux bases de données internes et externes pour aller chercher les informations dont elle a besoin. Mes demandes d'achats, de remboursements ou de vacances sont validées par les différentes parties prenantes via un workflow sécurisé lui aussi grâce à la blockchain.

« L'assistant RH virtuel répond aux questions des employés en rapport avec les ressources humaines » (VerintTV, mars 2019).

Bien que je travaille à l'étranger, Alex utilise le bitcoin pour que mon salaire soit payé en temps et en heure dans la monnaie locale. Les paiements internationaux classiques peuvent prendre jusqu'à deux semaines et se perdent souvent en raison d'erreurs dans les données bancaires. Les frais associés sont très élevés. Grâce à la cryptomonnaie, le virement est instantané et peut être perçu sur le compte et dans la monnaie de mon choix sans aucun coût additionnel.

Avec PaymentX, une entreprise peut automatiser le paiement de ses salariés à l'international (ChronoTech, septembre 2019).

Mon expérience employé

Alex ne veut pas que je la quitte et que je rejoigne une autre organisation. Alors elle veille à ce que je me sente bien, à ce que je ne m'ennuie pas et à ce que j'évolue. Elle se préoccupe de mon apprentissage et de mon développement. Elle m'a attribué un mentor qui me coache, m'aide à surmonter les difficultés et me prévient des opportunités professionnelles. Elle a mis en place des solutions de bien-être pour que je puisse avoir des interlocuteurs dans l'entreprise vers lesquels elle m'oriente en cas de troubles liés à ma profession.

Afin d'éviter le burn-out (épuisement professionnel), le bore-out (ennui professionnel) et le brown-out (perte de sens dans le travail), l'IA Alex est capable de mieux répartir quantitativement et qualitativement le travail entre mes collègues et moi pour une meilleure équité, en adéquation avec notre situation, nos compétences et nos objectifs.

Alex affecte les missions aux personnes et aux équipes en fonction de leur probabilité de succès et de ses prédictions de réussite. Cette analyse des talents permet un management de la performance individuelle avec une vision en temps réel de la performance collective. Un suivi de mon comportement, de mes conversations, et de mon activité permet d'améliorer ma satisfaction et ma productivité.

Mon parcours de formation est adapté sur mesure à mon profil. C'est en fonction d'un diagnostic régulier et précis de mes compétences, de mon évolution et de celle de mon environnement que l'IA Alex conçoit des modules d'apprentissageadaptatifs (adaptive learning). Ces modules me proposent différents scénarios et s'adaptent à mon niveau, à ma vitesse de compréhension, à mes réactions et à mes objectifs. Ce mode de formation est plus autonome et engageant, évite la frustration, me met en confiance et me permet de progresser à mon rythme.

« Area9 : le leader de l'adaptive learning » (Area9 Lyceum, 6 février 2020).

J'ai déjà eu plusieurs DRH humains avant de rencontrer l'IA Alex. Si certains d'entre eux étaient exceptionnels, Alex les surpasse par ses performances et me donne le sentiment d'un management plus humain des ressources humaines : plus proactif, plus proche de mes préoccupations, plus équitable et plus valorisant. Je sens qu'elle est à mon service et qu'elle tient à moi ce qui m'encourage à rester dans l'entreprise et à faire de mon mieux pour lui donner satisfaction.

The Conversation _________

Par Oihab Allal-Chérif Oihab, Business Professor, Neoma Business School

  La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/02/2020 à 9:48 :
J'hésite.
Soit l'auteur de l'article est Alex qui a pris en pseudo le nom d'un professeur,
Soit la science sans conscience est maintenant enseignée dans les programmes de Néoma
Passionnant dans les deux cas.
a écrit le 24/02/2020 à 10:36 :
Joli monde où la machine dirige, décide, froidement, sans empathie, uniquement sur des données dont la source est 0 ou 1.
Cela me rappelle une série britannique, le "Prisonnier"...Je n'suis pas un numéro...Le cri du futur, "je ne suis pas un quanta".
Mais toujours poursuivi par une grosse boule blanche pour empêcher de fuir.
a écrit le 24/02/2020 à 10:18 :
ok
changeons donc le titre de l'article
' mon drh est un informaticien qui a programme un reseau de neurones recurrent pour m'embaucher sur base ' sentiment analysis', un reseau simple pour gerer mes formations, un autre pour autre chose'...........
petit probleme, mon informaticien est un bon programmeur vu qu'il est ingenieur mais ne comprend rien a ce qu'il a programme, car les maths c'est pas son truc, et encore moins le management des operations ( rh dans notre cas)
et au passage le fisc vous remercie de toutes les erreurs avec lesquelles il va vous redresser; l'urssaf vous felicite de ne pas avoir utilise le bon taux dans la fiche de paye, ce qui va vous couter une blinde, et les syndicalistes vous remercient de pouvoir vous applatir la tete et demander de l'argent tellement vous ne respectez pas le code du travail
a écrit le 24/02/2020 à 9:23 :
Même IA : ça reste du virtuel ,
Les troubles du virtuels sont plus nocifs sur le cerveau humain que relation humain- humain ( réel)
Protéger du burn-out ? Quand le cerveau humain ne comprend pas , vous savez ce qui se passe , le cerveau chauffe , chauffe ... travaille tout le temps pour trouver la solution ...

L’IA brut comme ça , ce n’est pas bien il faudrait faire de l’hybridation mi IA avec contrôle des humains.

Et pour la discrimination : ça me navre que la société de notre époque baisse les bras comme ça , sur l’échec de rendre «  les humains meilleurs «  plus humains, avec «  intégration des valeurs « 


Le problème est bien l’intégration des valeurs n’est ce pas ? D’être sincère ? D’être fidèle à soi , d’avoir des principes, ben ça se travailles ... peut être qu’il faudrait intégrer ce programme dans nos entreprises, nos écoles , nos formations , nos familles pour que demain une humanité brille par son intelligence son humanisme plus grand que jamais au-dessus de tout artifice et IA automatisé et contrôlé par un wifi sans fil ?

En tout cas je le souhaites sincèrement pour notre terre et humanité : un monde meilleur que celui qu’on est entrain de vivre.
a écrit le 24/02/2020 à 8:13 :
"Alex est la gardienne des valeurs et de la culture d'entreprise"

Alex est donc conservatrice ? Ben ça commence vraiment mal l'IA dites moi, le cerveau humain, du moins si la classe dirigeante savait le choisir, est bien plus dynamique est performant.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :