Pas de développement durable sans mesure d'impact !

OPINION. Le monde économique est aujourd'hui appelé à placer les critères environnementaux et sociaux au cœur de ses décisions. Une telle transformation impose, en parallèle des mesures d'efficacité et de performance propres à chaque activité, de connaître les impacts environnementaux et sociaux des choix effectués par les entreprises et les administrations.
(Crédits : DR)

Un immense effort collectif est donc nécessaire pour mesurer ces impacts et disposer dans ces domaines de données fiables, intelligibles, comparables. Face aux défis environnementaux et sociaux, face à l'urgence climatique, la data est un levier majeur et indispensable pour mesurer et modéliser l'impact extra-financier d'un projet et ainsi prendre des décisions éclairées quant à sa mise en œuvre. Une approche industrielle fondée sur la donnée est un ingrédient essentiel non seulement à la mise à l'échelle du développement durable, mais également à l'efficacité et à la crédibilité de nos actions.

Nous devons tendre vers une estimation systématique et en amont, de l'impact extra financier d'un projet, y compris numérique. Une approche méthodique et la plus scientifique possible est nécessaire, appliquant si besoin divers scénarios. Tout au long du cycle de vie du projet, les calculs devraient être réactualisés. La data est ainsi la pierre angulaire d'une généralisation de prises de décisions réfléchies et éclairées.

Le budget vert, lancé en décembre 2017 sous l'égide de l'OCDE, répartit les choix budgétaires et fiscaux en trois catégories : les dépenses « vertes », « neutres » et « défavorables » en fonction de six objectifs environnementaux. Or, cette cotation repose sur la destination des dépenses et sur leurs effets supposés, pas sur une mesure complète et précise de l'impact de chaque projet. La donnée portant un potentiel inédit, toutes les parties prenantes ont intérêt à s'en saisir afin d'approfondir ce dispositif.

Pour être ambitieux mais pragmatique, il s'agirait, dans un premier temps, d'appliquer la méthode de l'empreinte carbone, qui prend en compte la globalité des émissions GES directes ou indirectes et d'élargir par la suite à des mesures d'alignement avec les accords de Paris. À terme, les autres impacts environnementaux et si possible sociaux pourront être intégrés au même titre que le coût de l'inaction, c'est-à-dire l'impact évité par la mise en œuvre du projet.

Notre recommandation s'inscrit dans le contexte d'une révolution européenne et mondiale dans le domaine du reporting RSE.  Nous sommes à la veille du dévoilement par l'EFRAG (European financial reporting advisory group) des critères standardisés dans le cadre de la nouvelle directive européenne CSRD (Corporate sustainability reporting). En parallèle, l'International Sustainability Standards Board (ISSB), qui développe les standards de durabilité facilitant le reporting extra-financier, travaille pour bâtir les indicateurs IFRS Sustainability Disclosure. La coopération de ces deux acteurs pour faciliter la mesure et la lecture de l'impact des grandes entreprises arrive à point nommé. C'est une opportunité historique pour les entreprises qui pourront précisément mesurer a priori et a posteriori l'impact de leurs projets à visée sociétale.

Dans ce domaine qui impose à tous les acteurs de nouveaux modes de pensée, de nouvelles méthodes de travail et de nouvelles normes, l'État peut jouer un rôle moteur, de chef de file pour impulser une dynamique nationale et européenne. Les estimations a posteriori, mais surtout a priori par les pouvoirs publics de l'impact réel de leurs mesures à but social ou environnemental pourront servir d'exemple et participer à la constitution d'une base de données pour que les entreprises, à leur tour, prennent ce chemin de réflexion.

Le sujet de la donnée n'est pas une question d'intendance, mais un sujet central pour l'ensemble des acteurs dont les décisions pèsent sur l'avenir de notre planète et de nos sociétés.

______

(*) Par Rim Tehraoui, chief data officer du groupe BNP Paribas, Côme Perpere, directeur du développement durable de Microsoft France et Romain Mouton, président du Cercle de Giverny.

Tribune cosignée par les membres du groupe de travail « Le rôle de la data dans l'industrialisation du développement durable » du Cercle de Giverny : Anne-Laure Calvez, directrice de l'engagement de l'entreprise d'Orano ; Carole Davies-Filleur, directrice exécutive sustainable technology France & Benelux d'Accenture ; Davide Forcella, directeur du JuST Institute ; Sylvain Guyoton, chief rating officer d'EcoVadis ; Philippe Kunter, directeur du développement durable et de la RSE de Bpifrance ; Fanny Picard, présidente d'Alter Equity ; Céline Soubranne, directrice du développement durable du groupe Axa ; Aurélie Stewart, directrice RSE d'Elior ; Lou Welgryn, présidente de Data for good.

Revivez la 1ère journée du Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 02/09/2022 à 10:21
Signaler
Réduire les impacts, c'est réduire les données reconnues néfastes, donc a éliminer et pas a négocier!

à écrit le 02/09/2022 à 8:56
Signaler
Ça va être long, espérons pas trop long quand même.

à écrit le 02/09/2022 à 8:04
Signaler
Notre pays est déjà bien trop développé, tout développement supplémentaire ne peut pas être durable

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.