Pétrole  : la Russie a-t-elle tout prévu ?

 |   |  1369  mots
Gérard Vespierre.
Gérard Vespierre. (Crédits : Valérie Semensatis)
ANALYSE. La Russie a initié en 2016 une nouvelle stratégie, une alliance avec l'OPEP, dans le cadre d'un OPEP+. Cette stratégie a vécu le 6 mars. En se désolidarisant, le Kremlin crée un nouveau rapport de forces dans le marché pétrolier. La réaction saoudienne a entraîné un effondrement des prix. L'impact s'ébauche sur l'économie russe. La Russie a-t-elle évalué la diversité des conséquences ? Par Gérard Vespierre (*) président de Strategic Conseils.

Depuis 2016, la stratégie russe  a consisté à accompagner l'OPEP, dans le cadre d'un OPEP+, en acceptant et suivant la réduction de production, de façon coordonnée. Cette stratégie offrait l'avantage de maintenir les cours et les revenus. Il convient en effet de préciser que le pourcentage de hausse des prix se révélait être 2 à 3 fois supérieur au pourcentage de baisse des volumes. Ce solde positif des pourcentages constituait donc une hausse de revenus pour les producteurs. Le refus russe d'accompagner cette fois l'OPEP dans une réduction concertée de la production de 1,5 million de barils par jour, suite à la contraction de la consommation pétrolière chinoise, constitue la raison première de la présente descente des prix. Cette stratégie russe était destinée à provoquer un excès d'offre et en conséquence une baisse mondiale des prix. L'objectif clairement exprimé est de mettre en difficulté, et même de sortir du marché, les producteurs américains de pétrole de schiste, dont les coûts de production seraient supérieurs au coût de production russe.

La nouvelle stratégie russe

Cette stratégie serait issue d'une double frustration. Premièrement, celle directe et géographiquement proche, de voir les Etats-Unis agir contre l'alimentation de l'Allemagne en gaz russe, en s'opposant par des sanctions au gazoduc Nord Stream 2. La deuxième frustration est celle de voir, depuis 2010, la progression de la part de marché américaine, au détriment des autres principaux producteurs et exportateurs de pétrole dont la Russie. Depuis cette date, les Etats-Unis, grâce au pétrole de schiste, ont pratiquement doublé leur part en obtenant 14% du marché mondial.

Ce revirement stratégique russe serait le fruit de l'analyse et de l'influence du président du géant pétrolier russe Rosneft, Igor Setchine. Ce dernier est un proche de Vladimir Poutine depuis leur rencontre dans les services de la mairie de Saint-Pétersbourg en 1990. Dans son ascension, Vladimir Poutine a toujours gardé Igor Setchine proche de lui. D'abord dans l'administration présidentielle, puis quand il devint Premier ministre de 2008 à 2012, au point de le nommer Vice-Premier ministre ! Redevenu Président, il permit à son ami de prendre la présidence de la première firme pétrolière du pays! Donc deux très proches amis de... 30 ans ! Rien ne prédisposait ce professeur de français et de portugais, à gérer de telles responsabilités.

La réponse de l'OPEP

Face au changement de cap de Moscou, la réponse de Riyad ne s'est pas fait attendre. Les Saoudiens ont su interpréter très tôt l'attitude russe et donc s'y préparer. C'est pour cela que quelques heures seulement après le refus de Moscou, ils ont annoncé leur propre stratégie. Elle a surpris à la fois par sa vitesse, son changement de cap et son ampleur. Les Saoudiens, après avoir plaidé la réduction des volumes pour une remontée des cours, annoncent une baisse immédiate de leur prix, de 4 à 10 dollars le baril, et une hausse de 25% de leur production à partir du 1er avril.

Quelques jours plus tard, c'est au tour des Emirats Arables Unis et du Koweït d'annoncer une hausse prochaine de leur production, d'un million de barils par jour. L'Arabie Saoudite annonce même être disposée à ajouter un million de barils par jour, en plus de sa hausse de production de 25%.

Deux autres membres de l'OPEP, l'Irak et le Nigéria, n'ont pas voulu être en reste et ont annoncé qu'ils allaient également augmenter leur production.

En moins d'une semaine, nous sommes ainsi passés d'une situation d'affrontement stratégique entre Moscou et Riyad à une guerre entre l'OPEP et la Russie. La visite du roi Salmane à Moscou et celle de Vladimir Poutine à Riyad pourraient devenir de très lointains souvenirs de l'influence russe au Moyen-Orient.

Les conséquences sur l'économie russe

Le ministre russe de l'Energie a pris la précaution de confirmer que le budget russe 2020 a été construit sur la base d'un baril à 42 dollars. Cette donnée peut paraître étonnante car les cours du brut se sont respectivement établis en moyenne à 69 et 65 dollars pour les années écoulées, 2018 et 2019. Dès lors, il est paradoxal de prévoir, sur ces bases, un prix futur inférieur de... 38%, surtout après que le président Poutine ait annoncé que l'objectif de sa présidence serait d'augmenter la croissance de l'économie russe, donc d'effectuer des investissements supplémentaires....

Quoi qu'il en soit, ce seuil de 42 dollars est maintenant enfoncé de 17% avec le cours de 35 dollars de vendredi dernier. Les annonces de l'OPEP font même craindre pour avril une situation bien plus difficile. Que vont faire les dirigeants du Kremlin dans les prochaines semaines ?

En attendant les futures décisions, les décisions passées commencent à impacter l'économie de la Russie. Voici les principaux paramètres comparatifs :

Evolution des valorisations PETROLIERES du 1er janvier au 13 mars

  • Cours du Brent : de 66,23 dollars à 34,97 dollars : - 47%
  • Cours Exxon Mobil : de 71 dollars à 38 dollars : - 46%
  • Cours Rosneft : de 457 roubles à 266 roubles : - 42%
  • Cours ARAMCO : de 35,15 à 28,7 Riyals saoudiens : -18%

Evolution des valorisations BOURSIERES du 1er janvier au 13 mars

  • Indice Dow Jones ; de 28868 à 23.185 : - 20%
  • Indice RTS Moscou : de 1.564 à 992 : - 36%

Evolution des valorisations MONETAIRES du 1er janvier au 13 mars

  • Cours Dollar/Euro : de 0,895 à 0,901 : +0,7%
  • Cours Dollar/Rouble : de 61,7 à 72,6 : 20%

Du descriptif ci-dessus, on perçoit immédiatement que les impacts directs sur les sociétés leaders américaines ou russes du secteur pétrolier sont équivalents et en relation avec les 47% de chute du baril. Il est à noter que la cotation d'ARAMCO est moitié moins impactée.

Par contre, on constate que les impacts sur la valorisation boursière et les taux de change sont fort différents entre les Etats-Unis et la Russie. La Bourse de Moscou, et donc la valorisation des entreprises russes, est pratiquement deux fois plus impactée. Le dollar reste stable par rapport à l'euro, mais le rouble décroche de façon significative et perd 20% par rapport au dollar, en 10 semaines.

Payées en dollar ou en euro, les sociétés pétrolières russes pourraient théoriquement obtenir un revenu monétaire supplémentaire grâce à la dévaluation du rouble. Mais la baisse du prix du baril étant supérieure à la baisse du rouble, leur revenus en rouble, sur la période, va en réalité diminuer.

La décision stratégique russe destinée à fortement perturber les producteurs américains de pétrole de schiste pourrait donc, in fine, créer une situation systémique très négative pour la Russie. La forte dévalorisation des entreprises cotées impacte leur ratio d'endettement. La chute de 20% du rouble va conduire à une hausse proportionnelle du prix de tous les produits importés. L'inflation venait d'être réduite à un niveau de 3%-4%. Elle va malheureusement repartir. En outre, n'oublions pas que le taux de la Banque centrale russe, régulièrement abaissé depuis 2 ans, se situe encore à 6%.

Tous ces paramètres sont à l'opposé de ceux nécessaires à une politique de croissance et donc d'investissement promise par le pouvoir politique russe. Les réalités économiques ont la vie dure.

De plus, l'administration américaine et les producteurs de pétrole de schiste ne vont pas rester inactifs. Ils ont déjà su résister à la même stratégie d'écroulement des prix provoquée par l'ouverture des vannes, menée par l'Arabie Saoudite dès 2015. Ils ont vécu avec un baril à 27 dollars, le 20 janvier 2016. Et les producteurs de pétrole de schiste sont toujours là.

Russes et Saoudiens conduiront-ils le prix du baril plus bas, plus longtemps, en adoptant non pas une stratégie de la terre, mais du baril "brulé" ? Et cela, en accompagnement d'une pandémie mondiale!

On constate déjà le coût de cette stratégie qui, si elle se radicalisait, pèserait encore davantage sur l'économie russe. Le Kremlin, rationnel dans ses calculs de risque, se départira-t-il de cette rationalité ?

_________

(*) Gérard Vespierre, diplômé de l'ISC Paris, Maîtrise de gestion, DEA de finances, Paris Dauphine. Auteur du site www.le-monde-decrypte.com

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2020 à 21:58 :
Oui oui oui, avec un prix d'extraction à 20$ par baril, la Russie a encore de la marge...
Poutine est bien du genre à ne pas réfléchir avant d'engager une action de cette envergure...
a écrit le 19/03/2020 à 18:22 :
Cet homme est diplomé de l'ISC et il n'a rien compris à la flottaison/dévaluation du rouble.
Et il ne s'est pas non plus aperçu que les "sanctions" européennes ont coûté largement autant à "l'Europe" qu'à la Russie, qui en a profité pour relancer des productions locales, notamment agricoles.
a écrit le 19/03/2020 à 9:16 :
Ils ont survécu à un baril de 27 dollars le 20 janvier 2016. Et n'allez nulle part.+ + + + Ha ha ha. Ils ont connu une chute momentanée à 27, et le nombre de plates-formes pétrolières aux États-Unis a diminué de moitié. Ensuite, les prix ont augmenté et le nombre de tours a augmenté à nouveau. Ce qui se passera avec une chute prolongée, personne ne le sait. Et en plus des États-Unis, il y a d'autres pays producteurs à coût élevé qui attendent la faillite. Par Exemple, Le Canada.
a écrit le 19/03/2020 à 9:09 :
L'analyse dans l'article est déséquilibrée, ne reflète pas la situation dans son ensemble. Le prix du pétrole prévu dans le budget de l'Arabie saoudite n'est pas pris en compte, et il est de 80 dollars le baril! En Russie, l a part des revenu s pétrolier s es t seulement d e 11%, et les saoudien s de 99%, mais l'auteur de l'article tente de convaincre que la Russie souffrira, mais les schistes américains, où la rentabilité de la production de pétrole de schiste commence à partir de 60 dollars, ne souffrira pas, mais les saoudiens ne se souviennent pas du tout, nous verron s En passant, le chiffre d'affaires des marchandises dans les ports américains, a chuté de 25%, j'espère que c'est au moins quelqu'un qui dit quelque chose?
Réponse de le 19/03/2020 à 17:31 :
Pardon mais bous dites vraiment n'importe quoi, le budget saoudien est calculé avec un baril à 40$, moitié moins que ce que vous dites. l'hydrocarbure fait 35% des revenues de l'Etat en Russie et 85% en Arabie-Saoudite...
Il y a un souci avec les chiffres il semble.
a écrit le 18/03/2020 à 16:11 :
J'ai pris note de votre article et vous livre mes suspicions sur le Covid 19.
L'an dernier les Russes ont vendu leurs bons du trésor US pour acheter de l'Or.
Un haut dirigeant chinois a dénoncé récemment une possible intervention US pour développer le Covid. Or le marché mondial est dominé par les USA et la Chine.
Les Russes ont été les 1er à fermer leurs frontières. La pandémie s'étend au Monde.
Les économies s'arrêtent. Les Russes rompent leur accord avec l'Opep pour toucher les producteurs US de gaz de shiste. Les Russes sont sous embargo de l' UE. La crise s'étend. Pensez-vous que les Chinois et Japonais vont persister à financer la dette faramineuse des USA à des taux négatifs alors qu'ils sont en extrême récession !!! A qui donc profiterait le crime de cette crise internationale ??? C'est mon opinion.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :