Pour un « Web du débat public »

OPINION. Parce qu'un impensable, la guerre aux portes de l'Europe, ne doit pas chasser un impensé, la fragilité démocratique. Une démocratie, premier et dernier rempart contre la barbarie, qui chaque jour pourtant se fissure davantage, au cœur même de nos nations occidentales.
(Crédits : DR)

Bien loin des dictatures et des « démocratures », ce sont bien nos systèmes démocratiques représentatifs eux-mêmes qui sont en souffrance : crise de confiance des citoyens, crise de représentation, crise de la liberté d'expression, crise du dialogue social... Et en surplomb de cette « thrombose des crises » ? Une véritable crise cognitive bien plus profonde, qui fragilise considérablement le débat public et l'expression citoyenne.

Au cœur des tensions figure le plus large et le plus accessible espace d'échanges et d'interactions contemporain : l'Internet. Fake news, cyber-attaques, manipulation des consciences, exploitation des données personnelles ont été depuis plusieurs années les points d'attention des politiques et des législateurs, nationaux et européens. Nous gardons en mémoire les scandales Cambridge Analytica, le révisionnisme de certains médias russes, les manipulations d'information pré-Brexit, et faisons tous les jours l'expérience de l'ultra-contagion des théories complotistes, de l'extrême viralité d'une infox ou de l'hostilité d'une bulle filtrante sur les réseaux sociaux.

Toutefois, on est en droit de se demander si ce risque d'abus n'est pas l'arbre qui cache la forêt. Car au fond, ni les médias conventionnels (dictature de l'immédiateté, concentration et propriété des médias), ni les réseaux sociaux (bulles communautaristes, infox), ni l'Internet et ses moteurs de recherche (oligarchie des sites référencés par le moteur de recherche de Google sur un modèle « winner takes all ») ne réussissent à restituer au citoyen, sur un sujet social ou sociétal, une information neutre et exploitable dans toute sa complexité. Pour le dire autrement, nos systèmes d'information publics ne permettent pas l'éclosion apaisée, chez nos concitoyens, d'une conscience politique.

La démocratie a besoin d'un nouveau mode d'organisation des savoirs, qui appelle à une réarchitecture de la manière dont les citoyens s'informent et débattent sur le Web, afin d'évoluer vers un "Web du débat public". Un cœur de services Web qui permettraient de donner accès à l'ensemble des contributions formelles (faits vérifiés) et informelles (opinions) existantes sur un thème politique donné. Qui proposeraient une base de données unifiée du débat d'intérêt général étiquetant et catégorisant la plupart des contenus. Qui feraient émerger du sens à partir de cette masse immense de contributions et les restitueraient à travers un langage commun (thématiques, préoccupations, solutions, arguments). Un cœur de services Web, pour conclure, qui mettraient à disposition des citoyens, des corps intermédiaires, des élus et des médias une représentation intelligible des idées et des rapports de forces en présence.

Ce cœur de services Web n'est pas né

Le Web que l'on connaît - celui des GAFAM - n'a pas été conçu selon ces grands principes, il répond à d'autres objectifs, essentiellement lucratifs. Il est même démontré que le Web favorise aujourd'hui les contenus conservateurs ! Nous plaidons donc pour la création d'un ensemble de services Web alternatifs, dont les technologies clés doivent permettre de soutenir a minima 5 objectifs (d'autres apparaîtront au fil de l'eau) :

  • Objectif 1 : mieux s'informer

Il s'agit d'inventer le système d'étiquetage de l'information et de restitution des requêtes faites au moteur de recherche via une représentation cartographique des résultats : mettre en place un étiquetage de l'information tenant compte de ses biais et de ses éléments "nutritifs" (émotions, faits scientifiques...) sur le modèle des mentions obligatoires sur une étiquette alimentaire, développer une cartographie des liens listés par le moteur de réponse pour mettre en perspective les différentes dimensions d'un sujet complexe en insistant sur les relations entre les sources remontées (ex : arborescence de type Mind Map).

  • Objectif 2 : mieux contribuer

Il s'agit de reconcevoir les interfaces utilisateurs pour la délibération et la décision collectives : respecter une politique stricte en matière d'interfaces fondée sur des principes communs d'expérience utilisateur (accessibilité, inclusion, ergonomie...), favoriser des interfaces respectant la nuance et la complexité de l'information (principe de complexité minimale), faciliter les échanges d'arguments, promouvoir la coexistence de points de vue distincts et complémentaires (contrairement aux bulles filtrantes des réseaux sociaux) sur le modèle notamment du Web des controverses, mesurer les rapports de forces en présence, quantifier les opinions.

  • Objectif 3 : mieux bâtir

Il s'agit de permettre la catégorisation et la capitalisation des résultats de tous les contenus générés par l'utilisateur dans un débat public afin de mettre un terme à l'amnésie numérique qui rend immédiatement obsolètes la plupart des contributions citoyennes : systématiser l'open data automatique des données brutes liées aux contenus citoyens, systématiser l'open data des données « analysées » par les algorithmes, favoriser la multiplicité des référentiels sur une même problématique (comme il devrait exister plusieurs couches de lecture de Wikipedia : la couche du Wikipedia des jeunes, celle des seniors, celle de telle ou telle culture, etc., mettant en exergue les points communs et les différences), permettre la portabilité des référentiels (ex : le référentiel du Grand Débat - 700 propositions - ou le référentiel de la Convention Citoyenne pour le Climat - 149 mesures - devront pouvoir être utilisés comme référentiels de départ pour toute nouvelle consultation citoyenne en ligne sur un thème cohérent avec ces 2 grandes consultations).

  • Objectif 4 : donner confiance

Il s'agit de créer un Web basé sur la confiance algorithmique : favoriser les algorithmes explicables (ceux dont les règles sont établies par des humains et dont les résultats sont donc intelligibles), assurer une double transparence algorithmique (transparence sur les instructions données aux algorithmes et sur leurs effets déclarés), permettre la liberté de choix des algorithmes par les utilisateurs, garantir la propriété intellectuelle des données personnelles.

  • Objectif 5 : mieux apprendre

Il s'agit de permettre l'émergence d'une démocratie de la compétence en associant la production de contenus générés par le citoyen à la mutualisation des compétences par les pairs : identifier des « experts profanes », consolider les connaissances informelles, favoriser les échanges au sein de communautés d'intérêt, imaginer un CV démocratique, un passeport citoyen ou l'obtention de crédits certifiés par une école ou une université.

Faire advenir un Web du débat public, c'est répondre a minima à ces 5 objectifs correspondant aux « essentiels » d'une agora numérique. Ce projet ne peut être laissé aux mains de la seule civic tech française (une dizaine d'acteurs représentant en 2022 moins de 20M€ de revenus cumulés) et devrait faire l'objet d'un véritable plan d'excellence nationale, de même ambition que le plan IA ou le plan Hydrogène.

C'est pourquoi un Plan Démocratie doit être lancé par l'État, visant à faire émerger une filière d'excellence française autour de l'émergence de ce cœur renouvelé de services Web, alternatif aux GAFAM et répondant à l'objectif d'éclairer le citoyen dans ses choix démocratiques. Cette filière d'excellence a vocation à faire émerger les technologies critiques qui sous-tendent les 5 objectifs cités, et favoriseront ainsi la consultation, la co-construction, la co-décision et la co-action citoyennes.

Dans l'esprit d'un Internet des Lumières, ces technologies essentielles sont des communs numériques, transverses et agnostiques des plateformes qui les utiliseront. Elles ont vocation à irriguer les espaces numériques d'expression citoyenne existants ou à venir (consultations, enquêtes, débats, forums, pétitions, votes, projets, etc.) et représentent un bien commun à protéger pour assurer notre vivre-ensemble. Toute plateforme, privée, associative ou publique (y compris les médias) pourrait puiser dans cette architecture de technologies clés par le biais d'API (système ouvert).

Une telle filière industrielle doit être soutenue en fonds propres et en capacités de financement permettant à moyen terme l'émergence de licornes françaises de la démocratie, ayant vocation à monter des alliances européennes et internationales, à exporter le savoir-faire hexagonal et à défendre notre exception culturelle - à l'ère du numérique - auprès de l'ensemble des démocraties libérales dans le monde. Nous plaidons pour l'hypothèse d'une intégration de ce plan Démocratie au sein de France 2030, opéré par le Secrétariat général pour l'investissement (SGPI). Un plan de 500 millions d'euros d'investissement peut être fixé comme un objectif à la hauteur des ambitions de la création de ce Web du débat public, décentralisé, transparent, humaniste, porteur et défenseur de nos valeurs.

_________

Co-auteurs :

  • Frank Escoubès, Co-fondateur bluenove, co-auteur de « La démocratie, autrement » (Ed. de l'Observatoire, 2021)
  • Arno Pons, Délégué Général Digital New Deal Foundation
  • Gilles Proriol, Fondateur Cognito, co-auteur de « La démocratie, autrement » (Ed. de l'Observatoire, 2021)

Co-signataires :

  • Alicia Combaz, Co-fondatrice de Make.org
  • Louis Daillencourt, Directeur Général Novoville
  • Axel Dauchez, Co-Fondateur de Make.org
  • Julie de Pimodan, Co-fondatrice de Fluicity
  • Isabelle Djian, CEO & Co-Fondatrice VoxNation
  • Adrien Duguet, Co-fondateur Citipo
  • Cyril Lage, Fondateur Parlement et Citoyens / Cap Collectif
  • Pierre Levy, Philosophe, sociologue et chercheur en sciences de l'information et de la communication
  • Clément Mabi, Maître de Conférences Université de technologie de Compiègne
  • Chloé Pahud, Fondatrice de Civocracy
  • Benoît Raphael, Fondateur Flint Media
  • Mathieu Souquière, Expert associé auprès de la Fondation Jean Jaurès
  • Benoît Thieulin, Entrepreneur du numérique, ancien Président du Conseil National du Numérique

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/06/2022 à 9:16
Signaler
Le système d'auto gestion kurde ne se repose pas sur internet, je pense que cela reste plus sage. Par ailleurs il faudrait d'abord et avant tout un internet 100% libre et public d'abord et avant tout, le système marchand étant déjà une manipulation e...

à écrit le 03/06/2022 à 16:58
Signaler
Vous avez enfin compris ce que l'on cherche a nous interdire et maintenant vous souhaitez la canaliser au profit d'intermédiaires!

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.