Quand Hollande oublie les règles élémentaires de la communication politique

 |   |  446  mots
(Crédits : DR)
François Hollande a une fois de plus oublié quelques règles essentielles de la communication politique, comme ne pas mépriser les événements qui surviennent. Par Florian Silnicki, expert en communication et fondateur de l'agence de communication de crise; LaFrenchCom

La communication politique est régie par quelques règles bien précises que François Hollande aurait dû suivre strictement. Ce sont souvent des principes de bon sens. L'une d'elles consiste à ne pas mépriser les événements qui surviennent.

En affirmant ce soir que « Eh bien oui ça va mieux, il y a plus de croissance, il y a moins de déficits, il y a moins d'impôts , il y a plus de compétitivité c'est-à-dire de capacités pour produire, il y a plus de marges pour les entreprises il y a aussi plus de pouvoir d'achat pour les salariés, voilà ce que j'ai fait depuis quatre ans et voilà pourquoi je vais poursuivre jusqu'au bout », François Hollande y a manqué.

 Pas convaincant

Dans un contexte où les études d'opinion nous démontrent clairement que les exigences des électeurs Français s'aiguisent et où l'indifférence à leur quotidien n'est plus acceptable, François Hollande a échoué à convaincre

 En tant que Président de la République, François Hollande aurait dû mieux mesurer que l'état de l'opinion contient toutes les germes d'une crise de défiance grave envers toute la classe politique. Dire que ça va mieux relève au mieux de l'artifice de communication. Au pire, c'est le signe du refus de voir et d'admettre à quel point le quotidien de certains français est difficile alors que le format de l'émissions se prêtait justement à davantage d'émotion et d'empathie afin de montrer aux Français qu'il comprenait mieux que personne leur réalité, leur quotidien et leurs préoccupations mais surtout qu'il en était la solution.

 La colère des téléspectateurs

L'analyse en temps réel des réactions sur les réseaux sociaux démontre que cette formule a provoqué la colère des téléspectateurs. On pourrait parler de la stratégie de l'autruche, mais la réalité est sans doute que le Président de la République semble irrémédiablement déconnecté de son opinion publique. Le président de la république risque de payer au prix fort son mépris de l'opinion. Mais l'impact de ces erreurs à répétition est plus global et plus dommageable qu'une seule embûche semée sur le chemin d'un homme politique dont tous les commentateurs n'ont pourtant eu de cesse de saluer la stratégie politique.

 A se contenter de commenter la situation, François Hollande s'est condamné à apparaitre comme un spectateur de l'action politique alors que plus que jamais il aurait du tenter d'imposer aux Français la rupture attendue dans son récit présidentiel quinquennal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :