Quel est le véritable coût du gaz russe bon marché ?

 |   |  1072  mots
Le président russe Vladimir Poutine et l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, aujourd'hui président du comité des actionnaires de Nord Stream AG, le 2 octobre à Moscou, lors du Forum international de la semaine de l'énergie.
Le président russe Vladimir Poutine et l'ancien chancelier allemand Gerhard Schröder, aujourd'hui président du comité des actionnaires de Nord Stream AG, le 2 octobre à Moscou, lors du Forum international de la semaine de l'énergie. (Crédits : Reuters)
Peu de gens en Occident pensent à l'éthique et au prix réel de l'achat de combustibles fossiles à la Russie de Vladimir Poutine. Le projet Nord Stream 2, un gazoduc reliant la Russie à l'Allemagne, montre qui paie réellement le prix du gaz russe bon marché. Par Evguenia Tchirikova, militante écologiste russe, qui a reçu en 2012 le Prix Goldman pour l'environnement, pour son combat en faveur de la préservation de la forêt de Khimki face à l'Autoroute Moscou-Saint-Pétersbourg.

Commençons par le lieu où le gaz est extrait : dans la péninsule de Yamal. C'est là que sera produit le gaz du gazoduc Nord Stream 2. A l'origine, Yamal n'appartenait pas à la Russie. L'Empire russe a commencé la colonisation de Yamal au XVIe siècle. La couronne russe s'intéressait surtout à la richesse des fourrures, qui étaient vendues à l'Europe. Un tiers du Trésor public de l'Etat russe a été alimenté par la vente de fourrures à l'Ouest. Pour ce faire, des terres ont été saisies. Les peuples autochtones de Yamal ont résisté à la colonisation et, en réaction, les colonialistes les ont brutalement tués.

Mandalada

Avec l'avènement du pouvoir soviétique, les peuples autochtones ont été séparés de leurs enfants et de leurs rennes par la force. Les peuples autochtones ont organisé la Mandalada, un mouvement de sauvegarde de leur mode de vie traditionnel. Après une résistance acharnée, les participants de la Mandalada ont été arrêtés.

La découverte de gisements de pétrole et de gaz dans la péninsule de Yamal, qui promettait la prospérité de la région, n'a pas amélioré, mais plutôt aggravé la situation. Gazprom continue à s'emparer des terres des peuples indigènes de Yamal, essayant d'en extraire encore plus de gaz. En conséquence, la population locale se retrouve sans pâturage pour les rennes. Pour les peuples indigènes de Yamal, peu de choses ont changé depuis le XVIe siècle : l'empire leur a pris des fourrures pour les vendre à l'Ouest. Maintenant, l'empire leur prend du pétrole et du gaz pour le vendre à l'Occident. La part du lion des recettes fiscales provenant de la vente des combustibles fossiles ne reste pas dans le Yamal, mais est envoyé à Moscou.

Brûlage à la torche

L'un des graves problèmes climatiques du Yamal est le brûlage à la torche. C'est barbare et c'est du gaspillage. En raison des imperfections du procédé, le gaz est simplement brûlé et libéré dans l'atmosphère, ce qui augmente les émissions de gaz à effet de serre. Selon la Banque mondiale, la Russie est le leader mondial de la production d'émissions provenant des torchères de gaz. En 2018, la Russie représentait près de 21,3 % du torchage mondial de gaz.

Dans la péninsule de Yamal, il y a environ 1.500 torchères de ce type. Gazprom pollue systématiquement l'atmosphère avec des gaz à effet de serre. En 2015, le bureau du procureur local de Yamal a multiplié par six les émissions de méthane et par 37 celles de noir de carbone.

Deuxième producteur de gaz à effet de serre

Les autorités russes ne luttent pas contre les crimes environnementaux de Gazprom. Les amendes et les avertissements que le bureau du procureur de Yamal impose à Gazprom n'affectent pas le comportement de cette société. Selon les chercheurs du Carbon Disclosure Project (CDP), Gazprom est le deuxième producteur de gaz à effet de serre sur la planète.

Les droits des populations finno-ougriennes autochtones ayant été violés lors de la construction du Nord Stream 2. Le gazoduc détruisant les terres indigènes finno-ougriennes et la réserve de Kurgalsky, abritant des plantes, des mousses et des espèces d'oiseaux rares.

Nord Stream 2 AG, l'entreprise à l'origine du projet, a caché la véritable valeur de la réserve de Kurgalsky. Ni lors des auditions publiques sur le projet en Russie et dans d'autres pays, ni dans le rapport Espoo de la société, les conséquences réelles de la construction du gazoduc sur cette réserve naturelle n'ont été évoquées. Greenpeace Autriche a obtenu des comptes rendus secrets de réunions entre le gouvernement russe, Nord Stream 2 AG et Gazprom, au cours desquelles ils ont discuté des modifications de la législation environnementale. Les travaux d'arpentage ont commencé illégalement, sans aucun permis, dans la réserve de Kurgalsky. À la suite de cette intrusion dans un écosystème unique, des centaines de plantes rares ont été détruites.

Méthode de construction par microtunnelage

Un deux poids, deux mesures a été appliqué pour décider du tracé du gazoduc en Allemagne et en Russie. En Allemagne, où la valeur du territoire côtier est inférieure à celle de la réserve de Kurgalsky, Nord Stream 2 AG considère néanmoins qu'il est possible d'utiliser une méthode de construction par microtunnelage. En Russie, dans des conditions similaires et avec la valeur incomparablement plus élevée de la Réserve de Kurgalsky, la "méthode traditionnelle de construction avec une tranchée ouverte d'une largeur de 85 m" a été adoptée. Cette méthode a un impact négatif sur l'écosystème de la réserve de Kurgalsky.

Le Nord Stream 2 viole les droits des Russes. Le fait est qu'après avoir vendu du gaz russe à l'Occident, il s'avère qu'il n'y en a pas assez pour répondre aux besoins des Russes. Les programmes de gazéification ont été réduits : 30 % des Russes vivent dans des maisons sans gaz.

Recours au charbon

Les autorités russes résolvent ce problème interne d'approvisionnement énergétique de la manière la plus nocive possible pour l'environnement : elles utilisent du charbon à la place du gaz. L'exploitation des centrales au charbon, qui ne sont pas équipées de filtres d'épuration modernes, provoque de véritables catastrophes environnementales. Par exemple, à Krasnoïarsk, les habitants sont souvent témoins de l'effet "ciel noir" causé par la poussière de charbon finement divisée.

Grâce au projet Nord Stream 2, les Européens recevront moins de gaz polluant. Tandis que les Russes s'étoufferont avec de la poussière de charbon, les peuples indigènes de Yamal continueront à souffrir de la combustion du gaz par Gazprom et seront privés des meilleurs pâturages, et la réserve unique de Kurgalsky souffrira gravement. Avec les produits de la vente des combustibles fossiles, le régime de Poutine est capable de réaliser ses ambitions politiques archaïques, de mener des répressions politiques, de s'emparer des territoires des États voisins, de soudoyer les hommes politiques occidentaux et de produire de la propagande. De toute évidence, sans la demande de gaz russe, le plan de Poutine ne fonctionnera tout simplement pas.

Les Européens sont-ils d'accord avec cette réalité et avec le prix du gaz russe "bon marché" ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/10/2019 à 10:38 :
Une nouvelle fois, ce n'est qu'individuellement qu'on peut faire quelque chose à propos de l'énergie, et ça passe par une réduction de la consommation.
" La meilleure énergie, la moins chère et la moins polluante est celle qu'on ne consomme pas".
A chacun de faire un effort pour trouver ses propres gisements d'économie.
a écrit le 10/10/2019 à 9:00 :
"Les Européens sont-ils d'accord avec cette réalité et avec le prix du gaz russe "bon marché" ? "

Les européens non mais l'oligarchie européenne qui a créé le consortium européen financier ne l'a fait que pour ses intérêts et par ailleurs son mode de fonctionnement anti-démocratique se passe complètement de l'avis de ses citoyens.

Donc on est contre mais ils s'en tapent comme d'habitude, au mieux ils feront parler une commissaire européenne outrée de ces pratiques et... c'est tout.

L'argent a ses raisons que la raison ignore !
a écrit le 10/10/2019 à 0:56 :
Le gaz made in USA serait donc meilleur ? Il est vrai que les américains n'ont jamais tué qui que se soit ni détruit aucun sol n'est-ce pas !
Qu'a t'elle à nous vendre l'écolo décorée ? Des éoliennes qui tournent à intermittence je parie ! Des éoliennes comme en Allemagne, où lorsque le vent s'emballe, les éoliennes s'emballent, et l'Allemagne se bat pour écouler son surplus dans les pays avoisinants. Puis, lorsque le vent tombe, l'électricité disparait, et alors il faut mettre en route les centrales à charbon.

Le monde de l'énergie n'a jamais été bien propre, qu'il soit russe, américain ou autres !
Réponse de le 10/10/2019 à 9:02 :
"Le gaz made in USA serait donc meilleur ?"

Amis de la pensée binaire et de la peine à penser bonjour !

On ne te dit pas ça camarade Chantal, on te dit juste que l'exploitation russe est pourrie cela ne veut pas dire que celle des usa est clean !

Ah les trolls s'ils étaient un peu plus fins au moins... -_-
a écrit le 09/10/2019 à 15:35 :
cela est loin , tres loin....et personne ne veut voir, cela fait prenser aux difficulter de nos agriculteurs on leur imposent des regles strictes sur les epandages phytosanitaires et les soins de leurs betes et pendant ce temps on ouvre le marché européen a l amerique du sud et le canada , ce sera open bar pour les cereales ogm et desherbées au glyphosate a des doses 4 a 5 fois plus elevées qu en europe voir plus! et pour les produits carnés ce sera nourries massivement aux antibiotiques et aux hormones de croissances, mais ca se passe loin , tres loin.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :