SenCité, pour révéler le quotient émotionnel de la ville

OPINION. En 2050, 80% de la population mondiale vivra en ville ! Si on a beaucoup développé le quotient intellectuel de la ville « smart », on a complètement négligé son quotient émotionnel, sa « sencité ». Par Olivia Cuir, Fondatrice et Directrice Générale Esprit des Sens et Directrice Lyon Design et Jean-Louis Fréchin, designer, architecte et directeur de Nodesign.

4 mn

(Crédits : DR)

Tout commence par le bon sens : le développement d'une ville est intimement lié à ses usages. Les expériences émotionnelles et le ressenti des citadins sont les clés du mieux vivre en ville, bien au-delà de la notion de smart-city. Selon moi, la ville de demain dépasse largement sa conversion technologique. Elle doit intégrer, dans son évolution, un supplément d'âme, une intelligence émotionnelle, qui fait la distinction entre le simple aménagement fonctionnel et le nouvel art de vivre.

En somme, la ville doit être regardée comme un organisme vivant qui évolue en permanence pour croitre. La condition de sa survie est d'offrir une « qualité de ville » à ses habitants pour les retenir et les encourager à l'aimer, la développer. C'est forte de cette conviction que j'ai imaginé SenCité, un acronyme inspiré du latin sensa, les sentiments, et de civitas, la ville. SenCité, c'est la ville tout à la fois intelligente (smart) et sensible, qui appelle les émotions et les sensations.

 Une nouvelle nature urbaine

L'objectif de SenCité est donc de remettre en ville de l'espace en ville et du baume dans les cœurs. Il faut déverrouiller le carcan qui fait subir la ville à ses habitants, pour au contraire leur faire vivre pleinement avec fierté leur statut de citadins.

Le nouvel art de ville est cette acceptation d'un environnement urbain comme un espace naturel avec sa somptuosité, son élégance et sa beauté. Un bâtiment spectaculaire, un agencement de parc harmonieux, une mise en lumière d'une rue la nuit, etc. La ville devient un espace de sensations. La jungle urbaine se taille progressivement en jardin pour nourrir les sens.

SenCité est la négation d'une ville artificielle, essayant de copier maladroitement la Nature, et un adoubement de la ville élégante, sensorielle et agréable avec sa personnalité propre. Sa vocation serait de repenser la ville comme un nouvel espace naturel, "une nouvelle nature urbaine" sans nostalgie ni regret d'un paradis perdu, sans illusion sur la perfection naturelle ni culpabilité́ sur l'impact de l'Homme sur son environnement.  Elle se concentre sur l'approche sensorielle et émotionnelle de la ville. Elle veut apporter des réponses à l'expérience individuelle et collective de la ville sous tous ses aspects : éclairage, végétalisation, eau, jeu, revêtements des sols et surfaces, gestion des flux, des déchets, des approvisionnements...

L'espace urbain devient un prolongement de l'espace privé, un terrain d'impression et d'expression pour ses habitants.

Un excellent exemple du modèle de SenCité - révélateur de l'Energie humaine qui pousse à construire et reconstruire - est l'aventure de Roubaix. Cette ville du nord de la France avait perdu de sa superbe après la fermeture de ses usines, il y a plus de 40 ans. Aujourd'hui, la commune adopte le renouveau du « made in France » et renoue avec son histoire et son héritage textile en multipliant les initiatives durables et écologiques. En pleine réinvention, Roubaix souhaite ainsi devenir une référence en matière de mode écoresponsable et innovante. Cela n'est pas le fruit d'une stratégie politique de la ville mais d'une réaction des habitants qui ont fait évoluer leurs espaces urbains (tiers-lieu notamment) et leurs habitudes, notamment de travail.

La démarche SenCité intègre également une dimension d'apprentissage de la citoyenneté dans ses dimensions de civilité et de propreté.

Respecter les différents environnements urbains mondiaux - métropole, ville, village, au centre ou à la périphérie - est une condition de l'art de ville. Promouvoir des méthodes de gestion de déchets et de recyclage urbain fait partie des missions de SenCité car si dans la Nature, le recyclage est naturel (pourrissement et dispersion), dans la ville, c'est l'intervention humaine qui permet la gestion des externalités. La ville devient un organisme apprenant.

Maître et possesseur de la nature

Avec des bâtiments responsables de 40% de nos émissions de CO2, il devient urgent d'agir à tous les niveaux de notre vie quotidienne. Pour réussir, l'écologie ne peut plus s'incarner dans des slogans, des totems ou des peurs hors de la complexité et l'interdépendance des réalités sociales, scientifique, et économiques, mais également dans le design.

Nous devons donc désormais lutter pour changer nos manière de vivre. Dans cette nature humaine inédite, nous devons inventer des symbioses entre l'homme, l'environnement et la technologie en redonnant systématiquement ce que nous prenons à la nature. Ces ambitions ne sont pas une opportunité de plus, mais la condition de la survie de notre milieu. Nous devons pour cela imaginer de nouveaux cadres de vie et réparer ce qui peut l'être. C'est une voie de raison qu'il s'agit d'inventer dans un temps long - qui n'est ni celui des politiques ni celui de nos vies humaines. La question qui se pose à nous est alors celle du désir, de vivre ensemble de manière raisonnée et sensible, en accord avec notre environnement, et non plus en « maître et possesseur de la nature ».

Avec SenCité, nous proposons donc de repartir des usages de la ville et de donner des repères dans l'environnement urbain. SenCité agirait comme un révélateur des atouts sensoriels de la ville en respectant ses racines mais en osant les transgresser pour réussir le défi de demain : « mieux vivre en ville ».

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 26/01/2022 à 10:09
Signaler
La ville n'est une nécessitée que si et seulement si le monde du travail est en périphérie, toute concentration est polluante et source de violence ce qui ne lui présage pas de continuer, dans l'avenir, a être un rêve!

à écrit le 26/01/2022 à 9:43
Signaler
Bonjour, Merci pour votre article sur ce sujet très intéressant, mais Roubaix avec la vision que nous avons pu en avoir dimanche dernier sur M6, est-elle vraiment l'exemple idéal de "Mieux vivre en ville" et de "commune qui renoue avec son histoire" ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.