SNCF, formation : Macron veut-il court-circuiter le dialogue social ?

 |   |  117  mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, Macron veut-il court-circuiter le dialogue social ?

Statut des cheminots, politique migratoire, formation professionnelle ou encore système éducatif, Emmanuel Macron surcharge le calendrier des réformes. Sa méthode pour tenir ce rythme soutenu ? Changer les règles du dialogue social en donnant le primat au pouvoir étatique et non plus aux syndicats lorsqu'il s'agit d'enjeux nationaux. C'est d'ailleurs en suivant cette logique qu'Édouard Philippe a annoncé hier que la réforme de la SNCF sera faite par ordonnances.

Gage d'efficacité pour certains, entrave à la démocratie sociale pour d'autres ; nous en débattrons avec l'économiste Christian Saint-Étienne, la secrétaire confédérale de la CGT, Catherine Perret et le directeur de l'Institut Supérieur du Travail, Bernard Vivier.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/02/2018 à 14:40 :
"Macron veut-il court-circuiter le dialogue social ?"

Cela a déja débuté avec la loi travail ,300 réunions stériles pour noyer le poisson et aboutir au final et sans en modifier une virgule au projet initial et pour finir des ordonnances pour l'appliquer .LREM se comporte pour une direction d'entreprise ,on discute vaguement puis au final,la décision unilaterale de l'employeur s'applique.
a écrit le 28/02/2018 à 13:40 :
Tout le monde a tort. Il faut appliquer la note n°6 du CAE qui propose de répartir les charges sociales sur le travail et sur la consommation d'énergie des ménages et des entreprises, alors qu'on ne sollicite que le travail et pas l'énergie. Travail et énergie sont une même grandeur et doivent être sollicité en même temps suivant une répartition qui dépend du progrès technique. Il faut de plus compléter cette mesure par une allocation universelle pour respecter l'équité. Demandez un avis aux rédacteurs de cette note n°6. C'est urgent.
Réponse de le 28/02/2018 à 14:09 :
Suite. Je précise que cette mesure est favorable aussi au climat, et qu'elle permet de rétablir un équilibre économique avec l'Allemagne. Beaucoup d'avantages; il suffit d'accepter une augmentation du prix de l'énergie qui arrivera surement dans un proche avenir.
Réponse de le 28/02/2018 à 14:46 :
Suite. Je précise que cette mesure serait favorable à la protection du climat et rétablirait un équilibre économique avec l'Allemagne. L'augmentation du prix de l'énergie serait compensée par la baisse des prélèvements sur les salaires à niveau constant.
a écrit le 28/02/2018 à 12:40 :
les fascistes de gauche francais, qui tirent la couverture a eux et bloquent tout depuis 40 ans trouvent que ca manque de dialogue et de negociations quand ils n'ont plus le choix...........s'ils voulaient negocier, fallait le faire quand c'etait le moment!!!!!! je suggere une negociation a la polpot ou a la khmer rouge, histoire d'abreger l'histoire avec de bonnes valeurs qui n'ont rien de liberal
a écrit le 28/02/2018 à 10:31 :
Bien sûr et le dernier édito de Halimi dans le monde diplo est éloquent. C'est une technique classique inventée par Douglas je crois bien, dont le but est de précipiter les réformes afin de les imposer plus rapidement car "une cible qui bouge est plus difficile à atteindre".

Qu'est-ce que les citoyens pourraient apprendre de toutes ces techniques de manipulation et qu'est-ce que cela engendrerait comme peuple éclairé et donc qui irait de l'avant et arrêterait de s'enliser au sein de toutes ces méthodes d'abrutissement, de fabriques à opinion.

Mais bon si nous voulions une économie performante cela se saurait hein...

La médiocrité oligarchique a eu la peau du capitalisme.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :