Supprimer l’ENA, ou tempérer le mépris d’État ?

 |   |  2034  mots
(Crédits : VINCENT KESSLER)
IDEE. Des promotions « Cyrano de Bergerac » à « Molière » en passant par « Senghor », qu’ai-je appris au cours des 20 années écoulées sur l’ENA, qui puisse contribuer à la réflexion sur sa suppression ? Par Aurélien Colson, ESSEC

Ce mardi 18 février 2020, Frédéric Thiriez a remis son rapport sur la réforme de la haute fonction publique. Le dossier, composé d'une soixantaine de pages pour 40 propositions, compte répondre aux trois priorités affichées par l'exécutif : décloisonner la haute fonction publique, diversifier son recrutement et dynamiser ses carrières.

Les auteurs proposent ainsi une refonte totale de l'institution sous sa forme actuelle. L'École nationale d'administration deviendrait alors l'École d'administration publique (EAP) et se verrait obtenir un statut d'établissement d'enseignement supérieur, placé sous l'ombrelle de l'université Paris Sciences et Lettres. Concours profondément remanié, socle commun de six mois suivi de quatre mois sur le terrain, classement de sortie supprimé, Frédéric Thiriez propose un véritable catalogue de mesures sur lesquelles l'exécutif devrait vite se pencher.

L'annonce faites par le président de la République de supprimer l'École nationale d'administration (ENA), et qui se voulait une réponse au mouvement des « gilets jaunes », avait suscité des débats houleux, entre détracteurs de l'école et partisans d'une réforme beaucoup moins radicale.

Car ce n'est pas rien d'en finir avec le dispositif instauré par l'ordonnance du 9 octobre 1945 du Gouvernement provisoire de la République française, alors présidé par le Général de Gaulle.

Son objectif était triple : sélectionner les futurs hauts fonctionnaires, les former à leurs responsabilités à venir, les affecter à leur premier poste via le classement.

Une réflexion subjective

Les observations qui suivent naissent d'une expérience directe de l'ENA sur deux décennies. J'y ai enseigné chaque année depuis 1998, devenant en 2002 le coordinateur du séminaire de « négociation dans l'administration publique » pour toute la promotion. Des promotions « Cyrano de Bergerac » à « Molière » en passant par « Senghor », qu'ai-je appris au cours des 20 années écoulées sur cette école, qui puisse contribuer à la réflexion sur sa suppression et le dispositif qui lui succédera ? Reprenons les trois fonctions de l'ENA - sélectionner, former, affecter - pour mieux souligner combien le problème se trouve, en fait, ailleurs.

Le recrutement, tout d'abord. Il ne serait pas suffisamment démocratique. L'impression de celles et ceux qui enseignent à l'ENA est assez différente : le concours interne (ouvert aux fonctionnaires ayant déjà quatre années de services) et le troisième concours (ouvert à tous ceux témoignant de huit années d'expérience dans le secteur privé ou associatif) ajoutent beaucoup de diversité aux « bêtes à concours » provenant majoritairement de Sciences Po Paris et qui, certes, dominent le concours externe.

Chaque année, j'ai rencontré dans le groupe d'élèves dont j'avais la charge des personnalités attachantes, issues de régions et de milieux diversifiés - même un ancien intermittent du spectacle - aux antipodes de la caricature du Parisien fils d'archevêque à particule.

En outre, les promotions sont internationales, accueillant un quart d'élèves étrangers. Pour avoir à de multiples reprises retrouvé ultérieurement ces élèves lors de missions à l'étranger, je mesure le rayonnement de cette école de par le monde, grâce à ses 3 500 anciens élèves étrangers.

Un manque de démocratisation général en France

En dépit de ces impressions subjectives, que disent les chiffres ? Ils démontrent un décalage entre le profil sociologique d'une promotion d'énarques et celui de la population française. Au sein de la promotion actuelle à l'ENA, « seuls 19 % des élèves ont un parent ouvrier, commerçant, employé, agriculteur, artisan ou chômeur » écrivait l'actuel directeur de l'ENA dans une tribune publiée par Le Figaro. La proportion s'inverse dans l'ensemble de la population française, où les cadres et professions intellectuelles supérieures représentent un peu moins de 20 %.

Mais un tel décalage se retrouve dans toutes les grandes écoles françaises et dans toutes les filières sélectives de l'Université ! La ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche, Frédérique Vidal, l'a souligné lors de son discours du 4 juin 2019 devant la Conférence des grandes écoles. Pourquoi reprocher aux concours d'entrée à l'ENA un manque de démocratisation qui est d'abord dû aux défauts du dispositif français d'éducation nationale et d'enseignement supérieur ?

Le manque de démocratisation du mode de recrutement à l'ENA n'est donc qu'un symptôme parmi tant d'autres, relevés par les enquêtes de l'OCDE qui démontrent que notre système est un de ceux qui réduisent le moins les inégalités de départ.

Ainsi, l'excellente mesure de dédoublement des classes de CP et de CE1 en ZEP, décidée par Jean‑Michel Blanquer, aura à terme un effet plus concret pour la démocratisation de l'accès à l'enseignement supérieur. Idem pour les dispositifs d'éducation populaire du type « Une grande école, pourquoi pas moi ? », lancés par l'ESSEC en 2002.

Une formation « obsolète », vraiment ?

Sans chercher dans cette brève contribution à cerner ce qui est nécessaire au futur haut fonctionnaire, et qui devrait constituer le cœur de sa formation, je n'évoquerai ici que de ce que les directeurs successifs de l'ENA m'ont demandé d'y coordonner, à savoir le séminaire de négociation dans l'administration publique.

En trois jours, que tâche-t-on d'apprendre au futur haut fonctionnaire ? À défendre les intérêts qui lui sont confiés par le décideur politique, et dont on espère qu'ils correspondent à l'intérêt général. À générer du consensus, chaque fois que c'est possible. À assumer dignement le dissensus, chaque fois que c'est nécessaire.

Et, pour y parvenir : à privilégier la logique de coopération et de partenariat sur celle de compétition et d'affrontement ; à valoriser la préparation en équipe plutôt que l'improvisation solitaire ; à préférer la sincérité de l'écoute aux artifices de la rhétorique ; à éviter, plus que tout, l'excès de confiance en soi - mais que peuvent ces trois jours dans tout un système ?

Le séminaire est très apprécié des promotions successives - il aurait sinon disparu depuis. Fondé sur des mises en situation inspirées de cas réels, ce séminaire a depuis 2007 été retenu pour inaugurer la scolarité de chaque promotion. Depuis 2014, une partie de la promotion choisit de le suivre en anglais - car, oui, en ce XXIe siècle, le haut fonctionnaire français est amené à négocier en anglais au cours de sa carrière.

Un classement décrié, pourquoi ?

Venons-en enfin au classement, qui détermine l'affectation au premier poste de la carrière. Pourquoi est-il tant décrié ?

Interrogé, en mars 2003, par la commission sur la réforme de l'ENA présidée par Yves-Thibault de Silguy, j'avais indiqué, paraphrasant Churchill, que « le classement est le pire des systèmes... à l'exclusion de tous les autres ».

Il a ses défauts, certes, dont la focalisation excessive des élèves sur leur notation. J'avais d'ailleurs obtenu, en 2005, que le séminaire de négociation ne soit plus noté, afin que les élèves se concentrent sur l'apprentissage d'un bagage utile sur le long terme, et non sur la perspective utilitariste d'une évaluation. Cette focalisation sur les notes incite aussi à un comportement individualiste, là où le responsable doit apprendre à coopérer pour travailler en équipe.

Mais ces défauts ne l'emportent pas sur la profonde légitimité du classement pour affecter aux meilleurs postes. Ainsi, avant-guerre, les systèmes d'entregent et d'héritage familial entachèrent trop souvent les processus de cooptation dans les corps les plus prestigieux, y compris au quai d'Orsay. Marc Bloch en donna une puissante description dans L'Etrange défaite (1946).

La « botte » une obsession à revoir

La seule critique valable du classement est que sa tête, curieusement appelée « la botte », permet l'accès direct aux grands corps de l'État, les plus prestigieux et puissants : Conseil d'État, Inspection des Finances, Cour des comptes.

Ainsi, le fait de réussir brillamment deux stages et quelques notes sur dossier dans sa prime jeunesse trace d'emblée, pour toute la vie professionnelle qui s'ensuit, une trajectoire de carrière exagérément plus favorable que celle de l'administrateur civil « de base ». Ce n'est pas sain durant la scolarité. Ce n'est pas mobilisateur après celle-ci.

L'ENA devrait déboucher sur trois corps : administrateurs civils, magistrats des chambres régionales des comptes, magistrats des tribunaux administratifs. Ce n'est qu'après une première partie de carrière, au vu des mérites concrètement illustrés durant celle-ci, que les énarques pourraient candidater à une haute juridiction (Conseil d'État et Cour des comptes) ou un corps d'inspection (finances, inspection générale de l'administration, inspection générale des affaires sociales). Cette procédure de sélection gagnerait à s'inspirer de ce qui existe déjà ailleurs dans l'État : l'École de Guerre, qui repère chaque année les meilleurs officiers destinés aux plus hauts grades.

« L'État, c'est le mépris »

Mais le problème, au fond, est ailleurs. Ou, pour être précis, après l'ENA. Il est dans ce mal français que résumait Edgar Pisani d'une formule aussi acérée que juste : « L'État, c'est le mépris ».

Le résistant, devenu le plus jeune préfet de France après-guerre, ministre des gouvernements de Charles de Gaulle puis de François Mitterrand, l'a constaté sa vie durant : « il y a quelque chose d'Ancien régime dans notre État républicain centralisé », une disposition d'esprit faite de mépris.

L'État n'écoute pas assez les corps intermédiaires, dont il se méfie depuis la loi Le Chapelier de 1791 interdisant les groupements professionnels. Les grands commis de l'État n'écoutent pas suffisamment leurs concitoyens, au point que ceux-ci les perçoivent comme volontiers méprisants. Une observation attentive m'a souvent amené à vérifier, sans pouvoir la démontrer, la règle suivante : le pouvoir d'un fonctionnaire français est inversement proportionnel à la probabilité qu'il a de croiser ses contemporains à un guichet, dans le métro, ou en faisant ses courses à l'hypermarché.

Ce mépris, on en trouve une bonne illustration dans le propos tenu par Marie-Françoise Bechtel, conseillère d'État et ancienne directrice de l'ENA de 2000 à 2002, dans Libération le 17 avril 2019, où elle déclarait :

« La localisation de [l'ENA] à Strasbourg pose problème. [...] il est discutable de former l'administration d'État dans une ville lointaine et enclavée. »

Strasbourg se situe à 1 h 46 de TGV de Paris, avec une liaison chaque heure ou presque. À ce compte-là, toute la France au sud de Lyon serait « enclavée » ! Toute la France à l'ouest de Limoges serait « lointaine » !

Faut-il rappeler à Mme Bechtel que les juges de notre pays sont formés à Bordeaux, à l'École nationale de la magistrature ? Que les cadres de la fonction publique hospitalière sont formés à Rennes, à l'EHESP (ex-ENSP) ? Que les cadres du ministère de l'Éducation nationale sont formés à Poitiers, à l'Institut des hautes études de l'éducation et de la formation ? Que même l'École polytechnique n'est plus à Paris intramuros ?

Contraindre devient de moins en moins efficace

Ces formules à l'emporte-pièce (chacun en aura d'autres exemples à l'esprit) nourrissent cette impression, chez nos concitoyens, que « l'État, c'est le mépris ». Notre passion ancienne pour l'égalité se trouve d'ailleurs renforcée par la tendance démontrée à la fin du siècle dernier par Anthony Giddens et d'autres sociologues : dans nos sociétés démocratiques, la distance hiérarchique ou symbolique entre dirigeants et dirigés devient insupportable aux seconds.

S'il est un trait commun à tous les « gilets jaunes », par-delà les contradictions de leurs revendications hétéroclites, c'est celui-là.

Dans une société qui « s'horizontalise » au détriment des normes et des injonctions volontiers verticales, contraindre devient de moins en moins efficace, convaincre de plus en plus nécessaire. Il n'est donc pas sûr que supprimer l'ENA suffise à convaincre.

The Conversation _________

Par Aurélien ColsonProfesseur de science politique et directeur de l'Institut de recherche et d'enseignement sur la négociation, ESSEC

  La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2020 à 19:29 :
Étonnement, le rapport ne donne aucune définition d'un grand corps. Il élimine des corps de catégorie A, manifestement trop petits, mais seuls 3 (IF, CE, CC) seraient "grands". le corps des Mines est donc un "petit corps" qui peut survivre tranquille alors qu'il n'y a plus de mines. Puis, le rapport survalorise dans ses annexes les ambassadeurs et préfets. A n'y rien comprendre...
Idem pour la formation. C'est pourtant simple: l'état recrute sur concours (il y a donc un avant), puis il propose une formation professionnelle (pendant) et, on l'espère, une formation continue (après).
L'état veut des magistrats, des administrateurs et des ingénieurs.
Donc, l'Etat, devrait recruter des gens qui viennent de ces trois viviers (droit, management, ingénieur). Puis, on complète (si nécessaire et donc sérieusement) leur formation en fonction des besoins (notamment les magistrats) avant de rejoindre leur affectation. Une fois affecté, on leur dispense une formation continue (tout aussi sérieuse) comme cela se fait dans le secteur privé.
Le modèle des magistrats judiciaires doit être appliqué aux magistrats administratifs et financiers. Cela permettrait aussi de faire du 3ème cycle en droit et accessoirement valoriser le modèle français au niveau européen ou international, s'il pouvait encore être valorisé face à la norme anglo-saxonne.
L'école de management public ne doit concerner que les administrateurs et les ingénieurs.
Les ingénieurs polytechniciens et les magistrats n'ont pas besoin de formation militaire.

Quant à la formation continue, le rapport est d'une écrasante médiocrité.
L'IHEST n'apparait pas comme relevant de la formation continue, mais comme un outil de formation initiale des "CDD de direction", qu'ils viennent de l'interne ou du privé.
Et on s'étonne lamentablement de ne pas savoir que faire des gens recrutés supra...S'ils doivent gérer eux-même leur carrière, ils doivent avoir droit à un compte formation. Or, rares sont les hauts fonctionnaires qui décident de leur formation continue.
A votre avis, comment sont constitués les viviers? je parie que c'est la participation à un cabinet ministériel! Inadmissible mélange des genre.
Que d'attentes pour autant de déceptions....
a écrit le 24/02/2020 à 17:45 :
Excellent article.
Il ne sera pas possible de réformer la France dans le bon sens sans faire disparaitre cette culture du mépris de la haute administration francaise.
Aussi injuste et douloureux que cela soit il va falloir punir et sanctionner cette génération.
C'est injuste car leur prédescesseurs ne l'on pas été, mais c'est le prix à payer pour redresser le pays.
Lorsqu'un conseiller du ministre de l'éductation nationale peux dire:
Si nous n'avions pas les pauvres nous aurions un bon classement PISA on se dit que quelque soit la justesse technique de l'analyse on a manqué une bonne occasion de l'expulser avec Fracas de la fonction publique pour cause de manquement à son devoir de loyauté envers le peuple francais.
Son travail est de mener les pauvres aux meilleurs standards. Sa reflexion prouve qu'il ignore son devoir, il doit être sanctionné.
C'est simple, cruel, mais necessaire.
a écrit le 24/02/2020 à 14:53 :
Un commentaire bref doit être répété pour être publié? La "disparition" de l'E.N.A. va de pair avec la "disparition" de l'Administration Française suite logique de la "disparition" de l’État...!
a écrit le 24/02/2020 à 12:22 :
Le pb en France, c'est que tout est noyaute par ces gens. D'ou le declin du pays. CQFD.
a écrit le 24/02/2020 à 8:41 :
« L'État, c'est le mépris »

Parce que l'oligarchie n'est que mépris et comme l’État appartient d'abord et avant tout à l'oligarchie l'ensemble ne peut que s'accélérer dans la médiocrité, l'incompétence et la corruption c'est mathématiques. Sans parler de l'achat de diplômes qui précipite ce système dans sa chute.

Nietzsche avait prévu, enfin du moins espérait que l'humain saurait s'y opposer ou au moins amortir les effets dévastateurs mais cela n'est pas arrivé, que de plus en plus d'Etat ne pouvait que mener à sa privatisation et donc à son déclin.
a écrit le 24/02/2020 à 7:59 :
Le problème n'est pas l'ENA, d'ailleurs fortement décriée par ses propres élèves. Le vrai problème est en amont. Le vrai problème est l'amont, qui n'est pas assez méritocratique (le bac pour tous a été une catastrophe car il ne prouve plus l'acquisition de connaissances et compétences). De ce fait les inégalités de naissance demeurent.
a écrit le 24/02/2020 à 7:53 :
Cette Madame Bechtel a une belle tête de vainqueur. Aucune administration centrale n'a vocation à demeurer indéfiniment à Paris.
a écrit le 23/02/2020 à 21:04 :
A mon avis il ne faut pas supprimer l’ENA mais plutôt le réformer :

Par exemple en faire un parcours de challenge :
Créer dans chaque villes de France , une école ENA et en fin de parcours sélectionner les «  meilleurs «  à l’ENA de Paris , comme ça la sélection sera régulée et donnera une chance à tous ceux qui veulent y adhérer .
a écrit le 23/02/2020 à 19:29 :
Je crois que ce qui est discutable n'est pas l'ENA (il est légitime de former nos fonctionnaires) mais le mode de recrutement, beaucoup trop centré sur les généralités, et pas assez dans le dur.. Sciences (Pi)po ou des ingénieurs, des docteurs de nos Universités, voilà la question. Ensuite, insupportable aujourd'hui qu'un seul diplôme donne status pour une vie entière. Dans le Monde privé, c'est tous les jours que l'on doit délivrer et s'interroger sur son efficacité et la valeur que l'on créée. L'Etat ne saurait tenir le discours du tournant du numérique, de la transition énergétique, etc.. et n'avoir que des personnes qui sont bien loin de comprendre des pans entiers de notre économie qui sont, y compris pour des professionnels du secteur, bien compliqués à suivre.. Enfin, pourquoi comparer la question de l'ENA qui ne forme que des fonctionnaires, avec la questions de l'X, dont la très grande majorité des élèves rentera dans le privé (pour mémoire, il est important que nos jeunes les plus brillants et les mieux formés aillent au charbon créer les entreprises de demain, et non rentre dans des sous-préfectures).
Réponse de le 24/02/2020 à 8:13 :
L'ENA est une école d' application recrutant au niveau master 2 donc ça n'a pas de sens de la comparer aux autres écoles qui elles délivrent le master 2. Vous avez parfaitement raison, le problème de cette école d'application est son recrutement. qui pour certains corps (ou ministères) ne sélectionne pas suffisamment sur les sciences dures. À la cour des comptes ou à l'inspection des finances, il faut des profils matheux, économistes et informaticiens et les meilleurs de l'ENSAE ou de l'ESSEC sont évidemment plus appropriés que les meilleurs de Sciences Po. De même dans le ministère d'Elisabeth Borne ou à l'industrie, il vaut mieux des ingénieurs. Ainsi le concours de l'ENA n'est pas forcément utile : retenons quelques places "dans la botte" sur les différents types de master 2 tout simplement. Le problème de la représentativité vient de l'amont et notamment des lycées : il faut détecter très tôt les meilleurs potentiels partout et les préparer spécifiquement aux concours avec des internats gratuits.
Réponse de le 24/02/2020 à 12:16 :
l'idéologie qui suppose que cela est intrinsèque a l'individu est a mon avis le meilleur moyen dans le monde mondialiser de reproduire les mêmes.

Ces écoles avaient du sens, mais aujourd'hui l'endogamie scolastique est tellement visible que finalement il suffit de voir l'état du pays pour aussi en comprendre la vacuité du fond!

Car si il existe disons " des gens avec des grandes capacités" celle ci ne se révèle pas dans un système formaté.

Vous aurez donc ceux qui aurons suivit la norme, les codes et souvent fils et filles de profs ou de gens dans le domaine.

Normalement le sens de ces écoles seraient de constater a 30 ans ce que vous avez pu faire, car imaginer que l'intelligence serait inné c'est le modèle, c'est pourquoi ils sont tous des clones!

Le fait que les anglo saxons d'un point de vue démocratique utilise les université et surtout laisse l'émergence faire, produit la capacité d'avoir les bonnes personnes aux bons endroits.

Ii c'est une aristocratie qui fait que 200 maternelles font l'ensemble de l'élite Française, c'est dire la vacuité!


Du coup la certitude empêche d'être autotélique donc hormis le statut et le pouvoir, derrière c'est le vide.

Et lorsque l'on prend un exemple du type major de promo laurent wauquiez qui lui dit du niveau.

Et comme je vois une des filles lepen, faire deux ans dans une écoles, faire une extension a Madrid, disons que cela montre la vacuité des individus et surtout le mono culturalisme qui caractérise bien les élites françaises.
a écrit le 23/02/2020 à 17:51 :
L'ENA est une école monolithique du pouvoir vertical à l'image du pouvoir absolu, détenu par quelques uns suivant une tradition jacobine qui rejette le débat au profit de la connivence d'école et de milieux sociaux. Une école qui pense que l'élitisme construit la préservation, alors qu'il ne fait qu'enfermer dans la stagnation. Les tentatives étatiques de transformation n'ont fait que renforcer cette idée que seul l'Etat peut avoir le magistère pour édifier une méthode compatible avec les objectifs qui doivent être toujours les mêmes. Rien ne doit changer pour que tout semble changer. Greffer la-dessus les intérêts des promotions successives, et on obtient le système parfait de préservation des positions acquises : L'immobilité administrative qui vise à conserver ce qui existe par crainte des aléas du changement. Aucun système ne peut changer de l'intérieur, seule la concurrence peut faire bouger les situations acquises, et malheureusement le macronisme n'est en rien différent de ses prédécesseurs.
a écrit le 23/02/2020 à 17:44 :
Il faut bien comprendre que la suppression de l'ENA est décidée car le banquier de Rotschild (président des riches) ainsi que Le Maire méprisent l'Etat. Ces deux anciens fonctionnaires exècrent la fonction publique les fonctions régaliennes. Ils haissent leurs pairs. Ils veulent éradiquer le service public au profit de leurs petits copains des lobbies financiers et des prestataires de service. Ils veulent veulent éradiquer l'Etat.
a écrit le 23/02/2020 à 17:41 :
Le problème de l'ENA n'est pas la formation de ses élèves fonctionnaires : c'est leur accès facilité aux carrières politiques, assurés qu'ils sont de pouvoir retourner dans la haute fonction publique en cas d'échec politique. Aucun salarié du privé ne possède de tel parachute doré qui garantit que rien ne change : les énarques n'apprennent pas de leurs échecs, ils n'en ont pas besoin. Un salarié du privé perd son poste, son emploi, quand il se lance dans la politique : il subit nécessairement les conséquences de ses choix. Pas un énarque : il reprend sa carrière administrative, ne se remet pas en cause et est au contraire promu au regard de son expérience politique....
a écrit le 23/02/2020 à 16:12 :
Il faudrait un tantinet remonter en arrière, lisons quelques lignes de Robert O Paxton "  La France de Vichy – Points (page 389) : " ...une partie de l'élite est sortie intacte de cinq années de vicissitudes… Les dirigeants de 45 se proposent de démocratiser le recrutement et l'avancement de ces grands commis qui auraient, dit-on, sapé la 3ième République et participé avec enthousiasme au régime autoritaire de Pétain. Pour faire œuvre durable, ils entendent attaquer le mal à la racine ; ils nationalisent donc l'école libre des Sciences politiques, la vielle pépinière de l'élite, et créent l’École nationale d'administration qui formera des couches de techniciens républicains. Or, quand elle célèbre son vingtième anniversaire l'ENA n'est tout bonnement qu'un échelon supplémentaire dans la formation élitiste traditionnelle… A la libération, dira plus tard André Passeron, on a voulu détruire les chapelles de hauts fonctionnaires, et l'on a bâti une cathédrale... ".
Je pense que nous avons suffisamment de belles universités pour assurer la formation initiale de nos élites qui devraient ensuite passer par le compagnonnage pour acquérir l'expérience et que cesse ces pantouflages et l'influence des lobbies sur les centres de décision.
a écrit le 23/02/2020 à 15:56 :
19% de l'ena : 4 millions de chomeurs, 1,3 million entreprises ou artisants. 20 millions d'employés, 450 mille agriculteurs.

20% donc de cadres qui sont 5 millions

Les deux tiers des élèves de l’École nationale d’administration sont des fils de cadres alors que les enfants d’agriculteurs, d’artisans, d’ouvriers et d’employés ne représentent que 15% des effectifs de chaque promo.

selon la Cour des comptes, 72,2 % des anciens élèves sont enfants de cadres - à titre de comparaison, la part est de 74,7 % à Polytechnique. Seuls 9,6 % sont enfants d'agriculteurs et d'artisans et 6 % enfants d'ouvriers et d'employés. Leur part était de 10 % en 1985 et elle est montée à près de 20 % en 1998.

Un statut, des devoirs, et de généreux droits. Les élèves de l'ENA sont rémunérés. En contrepartie, ils s'engagent à servir l'État pendant une durée minimum de 10 ans. Mais ils peuvent aussi prétendre… à 10 ans de mise en disponibilité, et aller exercent leurs talents dans la finance ou les grandes entreprises, sans perdre leur statut.


En fait, en plus ils sont protégés du coup normal qu'ils ne comprennent rien a ce qui se passe…..

« La proportion des anciens élèves ayant définitivement quitté le service public est limitée à 8 % »

Que les mêmes qui prônent la mobilité ne prennent aucun risque !!!

1 élève sur 2 en 2009 avait fait Sciences Po Paris (les clones quoi)

Alors malgré l'appropriation du pouvoir, nous pouvons juste constater le retard du pays sur toutes les questions économiques, politiques et social.
a écrit le 23/02/2020 à 15:23 :
Le problème n'est ni l'ENA, ni les Grandes Ecoles, mais bien les Grands Corps de l'Etat. On y rentre, par une voie ou une autre, mais on en sort jamais, sauf lors de son décès. C'est ce système qui paralyse la fonction publique, l'ENA n'étant qu'un pourvoyeur de sang frais (minoritaire par ailleurs) à une partie de ces corps.
Postes réservés, entre-soi, cooptation, castes, loges et chapelles sont les principes de fonctionnement bien établis qui permettent de garder le contrôle de l'appareil d'état, quel que soi le bord politique en place.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :