Triomphe des populistes en Hongrie : l’Europe doit-elle réagir ?

 |  | 144 mots
[Replay 28'] La Tribune publie chaque jour des extraits issus de l'émission "28 minutes", diffusée sur Arte. Aujourd'hui, le riomphe des populistes en Hongrie

Le parti politique d'extrême droite hongrois, le Fidesz, a récolté 48,5% des voix aux élections législatives ce dimanche 8 avril plébiscitant ainsi l'actuel chef du gouvernement, Viktor Orban. Cet ancien militant démocrate, qui aspirait à voir entrer son pays dans l'Union européenne en 1989, a depuis adopté une toute autre idéologie en prônant pendant trois mandats consécutifs le modèle de la démocratie illibérale : politique économique nationaliste, discours identitaire xénophobe, condamnation du « joug » de Bruxelles... Dans un peu plus d'un an, la progression des mouvements souverainistes comme celui de M. Orban au sein de l'Union européenne pourrait faire changer la composition du Parlement de Strasbourg. L'Europe doit-elle réagir ?

Nous recevons Jean Quatremer, correspondant de Libération à Bruxelles, Laurent Jacobelli, délégué national à la communication au Front National et Anissa El Jabri, journaliste à RFI.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2018 à 9:04 :
"l’Europe doit-elle réagir ?" et l'Europe c'est qui? Angela et ses larbins?
a écrit le 12/04/2018 à 16:07 :
Le populisme n'est que le résultat du laxisme et du clientélisme dont ont fait preuve un grand nombre d'élus Européens.
Réponse de le 13/04/2018 à 12:51 :
out à fait, c'est 30 ans d'incompétence et de clientèlisme de nombreux élus
et en tête de gondole, l'ex président du parlement européen, grand pote de Macon, Martin Schulz qui a subi la correction de sa carrière aux élections allemandes et largement contesté dans son propre parti !
a écrit le 12/04/2018 à 9:10 :
L'héritage nazi européen que les politiciens et les hommes d'affaires de l'époque n'ont surtout pas voulu remettre en question nous explose en pleine figure.

Mais c'est logique, l'europe qui se fait contre ses peuples ne peut qu'attirer haine et dégout et générer du ressentiment puisque mépris permanent envers les citoyens européens.

Oui il faut réagir et très vite par un frexit, dernière solution avant "la solution finale".
a écrit le 11/04/2018 à 16:22 :
Moi aussi en 1989, j’étais un militant démocrate fasciné par l’idée européenne...
Réponse de le 12/04/2018 à 14:01 :
@Citoyen blasé - Je me suis mal exprimé. Militant moral mais jamais encarté ni sympathisant d'aucun parti. Par contre aujourd'hui à 55 ans, j'ai bien ma carte à l'UPR et je verse plus que ma cotisation. Je n'ai pas besoin de chercher une famille, vous n'imaginez pas à quel point je suis libre intellectuellement. Quant à vous, je ne vois pas comment vous pensez obtenir le frexit en restant seul dans votre coin. Hein !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :