Y-a-t-il vraiment plus de pauvres en Allemagne qu'en France ?

 |  | 658 mots
Lecture 3 min.
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, y-a-t-il vraiment plus de pauvres en Allemagne qu'en France ?

 On se souvient de la formule de Peter Hartz, l'artisan de la réforme du marché du travail allemand: « Il vaut mieux un peu de travail que pas de travail du tout ».  15 ans après ses réformes, le taux d'emploi allemand a augmenté de 10 points, tandis que celui de la France a fait du sur-place. Avec l'impact que l'on connaît sur le taux de chômage, qui aujourd'hui est à son plus bas depuis la réunification.

Le revers de la médaille de cette politique, on le connaît aussi. C'est la montée de la pauvreté, et notamment de la pauvreté au travail, liée à la montée des mini-jobs. Cette tendance a été abondamment commentée et invoquée lors de l'instauration du salaire minimum en 2015. C'est ce que restitue une donnée d'Eurostat, largement reprise par les médias. En 2014, la proportion d'employés à bas salaire (ceux dont le salaire est inférieur à 2/3 du salaire médian) était de 22,5% en Allemagne, presque un record en Europe, tandis qu'il était  de 8,8% en France. Mais il s'agit là d'une approche très parcellaire des choses. On parle là du salaire horaire brut correspond à la rémunération des salariés avant prélèvements obligatoires ou transferts sociaux. Il n'y là, donc aucun effets correctifs liés à la progressivité de l'impôt ou aux politiques sociales.

Les écarts demeurent mais sont bien moins spectaculaires, lorsque l'on opère ces calculs sur la base du revenu disponible, après impôts et transferts sociaux donc et en incluant tous les types de revenus. C'est ce que l'on appelle le taux de risque de pauvreté au travail, indicateur largement commenté lui-aussi. La part des personnes en emploi touchant moins de 60% du revenu disponible médian ressort à 7,9% en France contre 9,5% en Allemagne. L'avantage reste à la France, mais l'Allemagne n'est plus en position polaire. Cet indicateur tient compte du fait qu'il existe un certain nombre d'aides sociales accompagnant les mini-jobs, et que ces emplois sont souvent exercés en cumul d'autres emplois

Plus récemment un troisième indicateur, produit par l'OCDE, a défrayé la chronique. Il concerne lui aussi la proportion de travailleurs pauvres. Il en ressort que le taux serait de 7,1% en France, tandis qu'il ne serait que de 3,7% en Allemagne. Il a bousculé le discours selon lequel l'Allemagne payerait son faible taux de chômage par une importante précarisation. Mais nuance, l'indicateur parle de pauvreté au niveau du ménage, après redistribution, une fois que l'on intègre l'ensemble des revenus perçus au niveau d'un foyer dans lequel au moins une personne travaille. Cela montre que si la proportion de personnes travaillant à bas salaire est incontestablement plus forte en Allemagne, le risque est mutualisé au niveau du foyer.

  • 1/ Il existe une répartition des rôles au niveau du foyer, entre celui qui produit le revenu principal, est celui (le plus souvent celle), qui fournit le revenu d'appoint, souvent à temps partiel).
  • 2/ Il existe des transferts sociaux correcteurs, notamment pour les familles monoparentales, comme au Royaume-Uni notamment.
  • 3/ Le taux d'emploi, beaucoup plus élevé, permet de limiter le risque de pauvreté au niveau du foyer.

Point décisif remporté par Peter Hartz apparemment donc, puisque la diffusion des petits jobs réduirait bien le risque de pauvreté au niveau des ménages. Oui à cela près qu'il faut accepter une répartition très sexuée des rôles, de fortes dualités. Et  qu'en définitive, cette politique a aussi des effets collatéraux sur les retraités. Beaucoup de petits jobs, c'est beaucoup de petites retraites en perspective et une montée de la pauvreté dans la population toute entière. C'est encore ce que racontent les statistiques sur l'incidence de la pauvreté au niveau de la population totale jusqu'à dernière nouvelle du moins.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :