A Roppenheim, les gilets jaunes rêvent d'une révolte européenne

 |   |  744  mots
Près de la frontière, les gilets jaunes alsaciens acclament le passage des camions étrangers. Opposés à la libre circulation des salariés européens, ils revendiquent le retour des contrôles à la frontière avec l'Allemagne.
Près de la frontière, les gilets jaunes alsaciens acclament le passage des camions étrangers. Opposés à la libre circulation des salariés européens, ils revendiquent le retour des contrôles à la frontière avec l'Allemagne. (Crédits : Olivier Mirguet/ La Tribune)
Les manifestants ont installé leur camp au bord de la route, à 500 mètres de la frontière allemande. Ils se disent soutenus par les travailleurs qui, chaque jour, franchissent le pont au-dessus du Rhin pour se rendre au travail. Et rêvent d'un front commun de la contestation au-delà de la frontière. Contre les taxes, les institutions et leurs représentants, et contre l'Europe.

Les pieds dans la boue, au bord de la route départementale qui relie le nord de l'Alsace à l'Allemagne, une quinzaine de manifestants revêtus de gilets jaunes se tiennent à l'abri sous une tente de fortune. Depuis le 17 novembre ils occupent le rond-point de Roppenheim et promettent de ne pas le quitter avant d'avoir obtenu des réponses à leurs revendications.

"On veut la démission de Macron", tonne Francis, un homme d'une cinquantaine d'années, revêtu ce matin d'une tenue de combat kaki. "On en a marre des privilèges de ceux qui nous gouvernent, des taxes qui n'arrêtent pas d'augmenter alors que l'ISF a été supprimé", poursuit celui qui se présente comme "un employé du secteur public". Erwan, l'un de ses compagnons, se lance dans une diatribe contre l'Europe :

"On a offert notre souveraineté à Bruxelles et ruiné notre économie pour rester tant bien que mal dans la zone Euro. Quittons cette Union européenne qui nous envoie ses travailleurs détachés pour des salaires de misère. Remettons des douaniers à la frontière"..

Situation paradoxale

Dans ce coin de France où le travail frontalier fait vivre directement plus de 60 000 personnes, une telle revendication semble paradoxale. De l'autre côté du Rhin, le Land de Bade-Wurtemberg connaît une situation de quasi-plein emploi avec 3,1 % de chômage en septembre 2018. Les Alsaciens sont bienvenus dans les entreprises allemandes en manque de main-d'œuvre, à condition d'être formés et de maîtriser la langue. Francis Martin, l'un des manifestants à Roppenheim, travaille dans une société d'ingénierie à Karlsruhe pour 2.600 euros mensuels.

"Je participe au mouvement parce que je ne veux pas que mes efforts ne servent qu'à nourrir cet État français qui me taxe toujours plus", répond-il.

Solidarité des chauffeurs espagnols, polonais, allemands

A proximité du camp des gilets jaunes, la circulation est fluide. Des Alsaciens vont et viennent en voiture individuelle, sur le chemin du travail. Des chauffeurs routiers espagnols, polonais et allemands klaxonnent au passage. "Ils ont les mêmes problèmes que nous, ils sont solidaires", conclut Francis.

Samedi dernier, une centaine de manifestants allemands sont venus grossir les rangs des Alsaciens. A pied, ils ont défilé sur la route départementale, bloquant un instant le passage de la frontière aux voitures et aux camions. Sur les réseaux sociaux, ceux de Roppenheim ont fièrement posté des images d'un embryon de contestation bi-nationale.

"La situation sociale en Allemagne n'est pas si belle qu'on le croit. Les Allemands sont en colère. Là-bas aussi, le prix de l'essence augmente. Merkel a réduit le chômage avec ses emplois à 400 euros et les réfugiés exaspèrent la population", énumère Francis.

L'intérêt du parti d'extrême-droite allemand AfD

Les arguments sont ceux de Jörg Meuthen, le co-président de l'AfD (Alternative für Deutschland), le parti d'extrême-droite qui vient de réussir une percée dans les élections régionales allemandes. Et Sahra Wagenknecht, co-présidente du groupe parlementaire Die Linke (extrême-gauche), ne dit pas autre chose :

"La France est différente, la France est toujours plus spontanée. J'aimerais que l'Allemagne proteste contre ce gouvernement pour lequel les intérêts des lobbies sont plus importants que les intérêts des gens normaux", a-t-elle déclaré cette semaine aux médias allemands.

Pour le Medef alsacien, l'impact économique reste minime

Avec ou sans front transfrontalier de la contestation, l'Alsace reste attachée à ses liens avec l'Allemagne. Sur le front de l'économie, ils ont même tendance à se renforcer. "Les jeunes veulent travailler en Allemagne, la demande est forte", confirme Martine Wonner, députée (LREM) du Bas-Rhin.

"En Alsace, on ne dramatise pas la situation des gilets jaunes", poursuit-elle, saluant le "lien social" qui s'est créé autour du mouvement. Au Medef, on reconnaît un impact minime du mouvement sur l'activité économique. "Certains commerces connaissent une baisse de leur fréquentation, parce que les Alsaciens sont prudents et ont repoussé leurs achats", analyse Olivier Klotz, son président régional.

A Roppenheim, le gigantesque centre commercial qui fait face au rond-point occupé n'a pas été bloqué. Un accord tacite a été passé avec la direction locale : les gilets jaunes pourront utiliser les sanitaires et toutes les facilités du centre, à condition de ne pas en empêcher l'accès. Jusqu'aujourd'hui, il a été respecté.

Par Olivier Mirguet,
correspondant Grand-Est et Europe pour La Tribune

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/12/2018 à 17:10 :
Regardez la photo : ce sont les retraités qui jouent à la révolution.
C'est pathétique : c'est eux qui ont le plus à perdre.
a écrit le 04/12/2018 à 12:51 :
En Allemagne il suffit de vouloir....se former....avoir un/des projets...être persévérant et on finit par percer. Réussite qui malheureusement im Frankenreich relève de l´exploit! C´était vrai hier, ca l´est aujourd´hui. Les " Elsässer " ne me contrediront certainement pas!
a écrit le 04/12/2018 à 12:35 :
Les 450€ bruts ? Ce n‘est pas le seul facteur....

- Vous avez un contrat 450€ dit minijob, vous êtes sortis des chiffres même si vous êtes toujours en recherche d‘emploi fixe et mieux payé
- Vous êtes sortis des chiffres si vous ne touchez pas d‘allocation chômage en-dessous de 55 ans
- Vous êtes sortis des chiffres si vous avez plus de 55 ans

Pour toucher le chômage en allemagne:
- il ne faut pas être propritétaire de sa voiture ou de son logement sinon on vous dit que vous avez de l‘argent, vous vendez et le tour est joué !
- n‘ayez pas d‘argent de côté, pas de compte épargne sinon vous devrez tout liquider avant. En gros, tant que vous travaillez, mieux vait avoir une partie de son capital sous le matelas que les établissements ne pourront pas suivre

Car le Pole Emploi allemand a accès à vos comptes, ils ne vous demandent pas s‘ils ont le droit, ils le font....

Voilà comment Merkel réussi à faire croire que le pays va mieux !
Réponse de le 04/12/2018 à 15:49 :
vous faites de la Desinformation !
En RFA, vous n etes pas oblige de vendre votre voiture pour toucher le chomage !
On regarde vos actifs (ie si vous etes proprietaire de votre logement ou le niveau de votre compte en banque) uniquement si vous devez HARTZ IV et donc l equivalent du RSA en France. ce qui est d ailleurs logique car si vous etes a la charge du contribuable , autant verifier que ca soit vrai et que vous ne pouvez pas payer vous meme.


PS: si vous avez une vieille voiture personne ne vous demandera de la vendre vu qu elle ne vaudra rien !
Réponse de le 04/12/2018 à 16:42 :
@inconnu: VOUS faites de la désinformation, il n‘y a plus de RDA depuis la chute du mur !!
Nous sommes en Niedersachsen et mon compagnon, allemand, sait de quoi il parle, tout comme d‘autres connaissances qui sont LAK ou intérimaires dans notre langue.
Réponse de le 04/12/2018 à 19:02 :
@reddie: il ne faut pas confondre la RFA (Bund) avec la RDA (DDR). Ayant absorbé la RDA, la RFA continue seule à exister.
a écrit le 04/12/2018 à 9:34 :
Ils sont vraiment fantastiques, ces gilets jaunes !
Mais difficile de trouver plus conservateurs.
Et ils sont tellement pratiques pour remplir les médias, qui n'ont plus besoin payer des journalistes.
a écrit le 04/12/2018 à 9:02 :
"Merkel a réduit le chômage avec ses emplois à 400 euros"

C'est marrant comme il est obligé que les gens s'énervent pour qu'une petite partie de la vérité soit enfin discutée.

Oui l'europe de l'ouest en tout cas car frappée de plein fouet par le dumping fiscal et social européen aurait de quoi se révolter. C'est d'ailleurs la seule chance que nous ayons d'entretenir une conscience européenne, contre ceux qui nous exploitent et nous tuent.

Les européistes, bons soldats aveugles du fléau néolibéral feraient mieux de se demander s'ils ne servent pas les intérêts contraires de ceux qu'ils affirment défendre. Réfléchissez pour changer svp, merci.
a écrit le 03/12/2018 à 22:17 :
c'est cocasse ces gens qui passent la frontière pour aller travailler en Allemagne et voudraient entraîner ce pays dans la chienlit française ! ce n'est pas le genre des Allemands de manifester et encore moins de tout casser ! et quant aux casseurs la Police allemande a le droit de les charger avant qu'ils n'assaillent ....tout le contraire de chez nous ou on laisse nos pauvres policiers se faire matraquer ! bzarre d'ailleurs que la presse ne soit pas venue au secours de ce pauvre policier roué de coups de pied par des gilets jaunes ( vrais ou faux ) alors qu'elle a monté en épingle l'affaire Benalla !
a écrit le 03/12/2018 à 21:27 :
Pourquoi une révolte seulement "européenne" ? Et les martiens, alors ? C'est du mépris de classe ?
Réponse de le 04/12/2018 à 12:13 :
EXCELLENT !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :