Location inversée : comment LocService mise sur l'innovation

 |   |  1029  mots
(Crédits : Reuters)
Ouvert à Vannes au temps du Minitel, le service de location inversée LocService a migré sur internet en 2005. Depuis, cette TPE à l'esprit startup, innove pour attirer la communauté de bailleurs et accroître le nombre d'utilisateurs en recherche d'un logement. En trois ans, la société de location et colocation entre particuliers a doublé son chiffre d'affaires, passant de 1 à 2 millions d'euros, avec seulement cinq salariés. Après le coaching virtuel et la géolocalisation des recherches, elle développe la recherche vocale et les chabots.

C'est en mettant en location un studio à Nantes que l'idée de LocService est née. Le marché immobilier était moins tendu qu'aujourd'hui, mais les demandes ont afflué sans correspondre forcément à l'offre. Richard Horbette, le propriétaire du studio, entrepreneur dans le domaine des télécoms, a donc imaginé "la mise en relation inversée" : le locataire publie une annonce sur sa recherche, et c'est le propriétaire qui répond lorsqu'une demande semble lui correspondre.

Lancé à Vannes en 1997 avec les moyens du bord, le service, édité par la société GoBoCom, a bien fonctionné d'emblée : les profils des locataires potentiels étaient alors adressés une fois par mois par fax. Mais le décollage réel remonte à 2005, lorsque la société prend le virage d'internet et commence à se structurer.

Depuis, le site LocService.fr ne cesse d'innover pour accroître et fidéliser sa base d'utilisateurs (1,34 million depuis 2005 ) et sa communauté de bailleurs qui a franchi la barre des 200.000 inscrits. Entre 2014 et 2018, cette micro société de 5 personnes a doublé son chiffre d'affaires, passant de 1,062 million d'euros à 2 millions d'euros - elle affiche ainsi 100% de croissance en quatre ans, et une forte rentabilité.

300.000 biens, mais aucune offre d'agences immobilières

Sur l'exercice 2018-2019, LocService a pour objectif de dépasser les 2,5 millions d'euros de chiffre d'affaires. Comme se plaît à remarquer Richard Horbette, sa société avance « dans l'esprit d'une startup, mais sans les levées de fonds ».

« Nous n'avons pas réalisé de levée de fonds ni d'emprunt, mais nous avons le même esprit de créativité », explique Richard Horbette qui, en 13 ans, a investi 4,3 millions d'euros dans son entreprise ainsi que dans la promotion du service sur Google ou dans l'écosystème Criteo.

« L'accès au service est gratuit pour le propriétaire, le locataire paie quant à lui une seule fois 19 euros (pour les étudiants) ou 24 euros. Nous ne faisons pas de location de vacances de type Airbnb, nous ne proposons pas les offres d'agences immobilières, le locataire est contacté directement par les propriétaires et ne paie pas de frais d'agence. Le propriétaire évite les appels des professionnels, et est informé par mail des locataires potentiels dont il peut consulter les candidatures. Notre base augmente de 3.000 nouvelles locations par mois. Sur une base de 300.000 biens, 38.870 sont actuellement disponibles et nous allons prochainement passer les 40.000 logements.»

Coach virtuel d'aide à la location, outil de recherche géolocalisée...

Le fonds de commerce de LocService, ce sont en effet les 55% de particuliers détenteurs de biens qui ne passent pas par des agences, et qui représentent un potentiel de 1,4 million de propriétaires. Près de 15% d'entre eux sont déjà clients, mais la société souhaite atteindre le chiffre de 20% en s'adaptant aux nouveaux usages et en fournissant un maximum de services additionnels. En décembre dernier, la société a lancé la septième version de son site afin de répondre aux usages des internautes sur mobile et tablette. En 2017, il a enregistré 14,25 millions de visites soit une progression annuelle de 27%.

Pour se distinguer de la flottille de sites qui proposent un service immobilier entre particuliers, LocService a lancé en 2013 un coach virtuel d'aide à la location (voir ci-dessous), qui fait l'objet d'un dépôt à l'INPI. Il accompagne et conseille le locataire dans sa recherche, fournit des statistiques de prix et demandes, propose des alternatives.

---

LocService, location inversée, Richard Horbette, Pascale Paoli-Lebailly,

[>>cliquer sur l'image pour l'agrandir]

En 2017, la société a aussi imaginé l'outil de recherche géolocalisée, GéoLocService (voir illustration ci-dessous). Disponible pour les villes de Paris, Lyon et Marseille, il permet une recherche en fonction des lignes de transports en commun (tram, RER, métro) et des temps de trajets. Un service de colocation a été ajouté en juillet 2015.

« Pour rester devant, il faut constamment innover. Nous avons déjà été copiés, mais ça n'a pas marché », ajoute le gérant de l'entreprise. « En amont et en aval, nous donnons un maximum d'aide au locataire en enrichissant l'environnement lié à un déménagement. Nous allons mettre en place un système de conciergerie. Pour les propriétaires, nous avons signé avec Nexity pour de l'assistance aux bailleurs. Sur 2018, nous travaillons sur la recherche vocale, via les enceintes Alexa et Google Home, ainsi que sur les chatbots. »

LocService, location inversée, Richard Horbette, Pascale Paoli-Lebailly,

[>>cliquer sur l'image pour l'agrandir]

Partenariats avec Orange, France Télévisions, Action Logement...

Via LocService.pro, la société multiplie aussi les partenariats avec des grands groupes pour leurs salariés et leurs cadres. Elle travaille avec le Fastt, dédié au logement des intérimaires, avec des grands comptes comme Orange, la SNCF, la BNP ou encore France Télévisions et, depuis 2017, avec Action Logement.

L'acteur de l'économie sociale et solidaire souhaitait élargir son offre de logements dans le parc locatif privé. Ces partenariats professionnels représentent 10 % du chiffre d'affaires de l'entreprise.

Petites surfaces et logements étudiants

Si LocService s'adresse à tous et recense des biens partout en France (sauf Dom-Tom et Corse), certains profils intéressent plus particulièrement les propriétaires. La location à des étudiants représente par exemple 30% de l'activité de l'entreprise. Cela a un impact sur le parc de logements proposés. 40% d'entre eux sont constitués de chambres, studios et de T1. Majoritairement, le parc offre des petites surfaces adaptées aux jeunes actifs. 35% sont loués meublés.

L'activité de LocService est en outre calquée sur la demande locative dans les zones tendues où le logement social et intermédiaire est insuffisant. L'an passé, 20% des locations ont été réalisées en Ile-de-France, dont 39% en grande couronne. La concurrence d'Airbnb se fait notamment sentir sur les quartiers centraux de Paris.

Actionnaire à 100% de son entreprise, Richard Horbette explique la réussite de son projet par l'agilité et la créativité de son équipe. Composée d'un community manager, d'un développeur, d'un chef de projet et deux personnes chargées de suivre le site et de répondre rapidement aux mails, elle est intéressée aux résultats au même titre que son dirigeant.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly, 
correspondante de La Tribune pour la région Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :