Samsic : un siège social à EuroRennes pour accroître l'attractivité bretonne

 |   |  843  mots
Futur siège Samsic, à EuroRennes.
Futur siège Samsic, à EuroRennes. (Crédits : Rennes Métropole)
En 2023, le groupe Samsic, fleuron breton et leader européen des services aux entreprises, emménagera dans son nouveau siège social d’EuroRennes, le quartier entièrement remodelé autour de la gare de Rennes. Associé au promoteur Bâti Armor, Samsic s'est engagé dans un programme immobilier de 30.000 m² et de 120 millions d'euros d’investissement. Ce projet porteur d’une grande ambition architecturale vise à accroître l’attractivité du cœur de métropole et celle du territoire breton dans son ensemble. Cinq cabinet d’architectes sont en lice.

C'est un des projets d'envergure qui doit marquer le coeur de Rennes. Le groupe Samsic, leader européen des services aux entreprises (maintenance, recrutement, sécurité aéroportuaire...) présent dans 25 pays et fleuron de l'économie locale, occupera fin 2023 deux immeubles, soit la moitié d'un programme immobilier de 30.000 m² à EuroRennes. Composé de cinq bâtiments dont une tour signal de 26 étages, ce projet urbain est de ceux qui vont contribuer à remodeler en quartier d'affaires et en lieu de vie toute la zone de la gare, de part et d'autre de l'axe ferroviaire.

Entamée avec la construction du nouveau pôle d'échanges multimodal (PEM), et la mise en route des premiers ensembles d'immeubles, la mutation du quartier de la gare vise à créer un poumon économique de centre ville. À terme, cet équivalent d'Euralille ou d'Euratlantique à Bordeaux, abritera 1.430 nouveaux logements pour 3.000 habitants, 30.000 m² de commerces et services, et 125.000 m² de bureaux.

--

Futur siège Samsic à EuroRennes

(Futur siège Samsic, à EuroRennes. Crédits : Rennes Métropole)

--

Être attractif pour recruter

Pour Samsic, qui affiche une forte croissance depuis 10 ans, l'installation à EuroRennes de son nouveau siège pour la France et l'Europe se veut symbolique de l'ancrage du groupe en Bretagne. Tout en conservant ses locaux actuels de Cesson-Sévigné, le groupe présidé par Christian Roulleau, se rapprochera quand même de Paris, à 1h30 en LGV. Seront déplacés à EuroRennes, une partie du backoffice ainsi que des activités nouvelles, telles que Samsic Innovation et Technologie qui imaginera, avec l'aide de startups, les métiers de demain.

« Nous avions le choix entre transférer une partie du siège à Rennes ou à Paris, où nous disposons déjà du 50e étage de la Tour Maine Montparnasse. Une rencontre décisive avec les élus rennais nous a convaincu de rester en Bretagne, car, comme d'autres entrepreneurs bretons tels que Louis Le Duff (Brioche Doré, Del Arte), nous sommes très attachés à notre région et à Rennes », explique Thierry Geffroy, PDG de Samsic RH et successeur annoncé de Christian Roulleau en 2020.

Et d'ajouter :

« Notre groupe grandit encore (2.2 milliards d'euros en 2018, 80.000 salariés, 2,5 milliards d'euros fin 2019, 90.000 salariés), et nous annoncerons en janvier le rachat de deux nouvelles entreprises de services en France et en Grande-Bretagne. En maintenant notre siège à Rennes, nous faisons aussi le choix de continuer de nous déployer à l'international tout en nous revendiquant comme un acteur économique majeur en Bretagne, dont EuroRennes sera la porte d'entrée. »

Un projet architectural, cinq agences internationales en lice

Alors que le groupe reconnaît la difficulté parfois de recruter des salariés, cette future zone se veut high-tech et innovante. Le projet lui-même, situé sur les îlots Féval et Blériot de la Zac EuroRennes jouxtant la gare, s'annonce comme un projet architectural de grande envergure, ouvrant des perspectives de développement pour la ville.

Alors que Territoires publics fait office d'aménageur, il est d'ailleurs fortement soutenu par la Ville de Rennes et par Rennes Métropole. En septembre dernier, la maire Nathalie Appéré et le président de la métropole Emmanuel Couet se tenaient au côté de Christian Roulleau pour annoncer ce projet. Et c'est ensemble qu'ils ont sélectionné, parmi 84 candidatures, les cinq équipes d'architectes d'envergure internationale (*) qui plancheront dessus. Ces agences disposent de trois mois pour approfondir leurs propositions. Les lauréats seront connus en avril 2019, pour un démarrage des travaux fin 2020 et une livraison en 2023-2024.

« Nous avons envie d'être surpris. Il n'était pas question que ce programme ne ressemble à rien, nous souhaitons laisser une trace sur un environnement réussi, qui fait rimer audace visuelle et mixité sociale. Les plus jeunes de nos récents ou futurs collaborateurs ont l'habitude des grandes villes et de la densification. EuroRennes sera un vrai un lieu de vie », ajoute Thierry Geffroy.

Mixité des usages

Outre une ouverture sur la ville et une ambition architecturale de très haut niveau, les promoteurs et le groupe Samsic revendiquent la mixité des usages et la mixité fonctionnelle du futur ensemble, avec des logements en accession sociale, des logements libres, des commerces en rez-de-chaussée et des services.

Le programme comprendra notamment une maison de l'emploi du groupe Samsic, un hôtel, un restaurant avec terrasse panoramique, une galerie d'art, une crèche. Certains collaborateurs de Samsic ou des clients auront accès à des logements réservés par le groupe. La tour signal sera un élément essentiel de ce complexe : elle abritera des bureaux mais aussi 180 logements sur 25 niveaux dont 15% en accession sociale.

« Ces 40 dernières années, en dehors du Grand Paris, seule une poignée de territoires ont engagé la construction d'immeubles de grande hauteur » fait valoir Rennes Métropole. Le projet de Samsic intervient près de 50 ans après la construction, controversée dans les années 70, des tours Les Horizons et de la tour de l'Eperon. Pour l'ensemble des acteurs du projet, rendre le territoire attractif c'est aussi renouveler son architecture urbaine.

___

Par Pascale Paoli-Lebailly,
correspondante pour La Tribune en Bretagne

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2018 à 13:08 :
Comme d habitude nous les petit salarié ont ce brosse. Ont a même pas un prime de participation, prime de 13 ème mois, rien, et ces gens là ose nous dire qu il font des millions de bénéfices.c est vraiment d'un importe quoi.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :