Spatial : le Cnes et la Bretagne renforcent leur partenariat dans Vigisat

 |   |  351  mots
Avec ses six satellites à haute résolution, Vigisat est l’un des principaux centres de surveillance maritime en Europe.
Avec ses six satellites à haute résolution, Vigisat est l’un des principaux centres de surveillance maritime en Europe. (Crédits : Vigisat)
Depuis dix ans, l’antenne de surveillance satellitaire Vigisat scrute les mers européennes et a détecté plus de 6.300 pollutions.

Vigisat, la station d'acquisition d'images satellites de haute résolution de CLS, a fêté ses 10 ans le mois dernier. L'occasion pour sa maison mère, le Cnes, et la Région Bretagne de poursuivre, via une convention cadre de partenariat, cette dynamique associant public et privé.

Le renouvellement du soutien régional vise entre autres à renforcer les capacités de recherche et de formation et à accélérer le développement économique de la filière des technologies spatiales et de leurs applications en Bretagne (maritime, aménagement, agriculture, énergie, environnement, cybersécurité...).

Plus de 6.300 pollutions détectées

Implantée sur le site du Technopôle Brest-Iroise, la station de surveillance maritime est adossée à un projet scientifique porté par l'école d'ingénieurs IMT Atlantique et s'est structurée autour d'un groupement d'intérêt scientifique, le GIS BreTel. En permettant à ce réseau de neuf acteurs de la communauté scientifique d'accéder aux données spatiales - dont Ifremer, Université Bretagne occidentale, Ensta Bretagne, Agrocampus Ouest -, Vigisat a accéléré la structuration de tout un écosystème régional et le développement de nouvelles méthodes de traitement de la...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :