Habillement : Skin up relocalise de la Turquie à la Touraine pour fabriquer des vêtements connectés

INDRE-ET-LOIRE. Après les vêtements amincissants, le fabricant tourangeau part à l'assaut du marché du sport grand public. Un changement de stratégie qui s'accompagne de la relocalisation complète de sa production. Aussi, dans son développement commercial et marketing, il a prévu la création d’un centre de performances sportives confié à l’ancienne internationale de tennis, Laurence Bois.

3 mn

Skin up s’est recentré sur le marché du vêtement technique de sport, plus porteur que les textiles amincisseurs.
Skin up s’est recentré sur le marché du vêtement technique de sport, plus porteur que les textiles amincisseurs. (Crédits : Reuters)

Les shorts, leggings et t-shirts siglés Skin up sont en cours de référencement chez les principales enseignes sportives, Décathlon, Go sport et Intersport, et les magasins de running de centres-villes. Spécialisée au démarrage de l'activité en 2005 dans les textiles d'amincissement pour des fabricants en marque blanche, un marché jugé trop étroit, la société tourangelle s'est repositionnée pendant le premier confinement en 2020 sur les vêtements techniques sportifs.

Son objectif : diffuser ses nouvelles gammes dès cette année sous son propre label Skin up, en France mais aussi en Europe. Une campagne de communication sur les antennes de BFM et RMC accompagnera ce lancement. Pour appuyer le changement de cap, la société  se dotera à partir de septembre de la "Skinup Academy". Un nouveau centre de performances sportives qui sera axé sur les jeux de raquette, essentiellement le tennis, le Padel et le Pickleball, deux variantes de tennis "léger"  importées des Etats unis. La gestion et le développement de la nouvelle unité, construite sur un terrain de deux hectares proche des locaux actuels, sera confiée à Laurence Bois. 328e joueuse de tennis mondiale dans les années 90, la tourangelle est chargée d'animer et de coordonner une équipe de cinq salariés.

L'académie poursuivra ensuite un double objectif. Elle se posera en premier lieu en show-room grandeur nature pour la marque vis-à-vis notamment des influenceurs et des prescripteurs de vêtements sportifs. Via l'expérience utilisateurs, l'angle de la R&D figure comme seconde priorité pour Sophie Duguet, fondatrice et présidente de Skin up. Dans ce contexte, la société tourangelle intègrera au sein de l'académie un laboratoire sportif. Skin up prévoit d'ores et déjà de déposer avant l'été prochain un brevet concernant la fabrication d'un premier t-shirt connecté. Via une plateforme digitale, le vêtement permettra de relayer les informations collectées en action sportive directement sur une application.

Relocalisation de la Turquie à la Touraine

La volonté de monter en gamme et de développer l'innovation au sein de ses produits s'accompagne pour Skin up d'un projet de relocalisation complète de la production, actuellement réalisée en Turquie, à Azay-le-Rideau. Sur le même site que la future académie, un nouveau bâtiment doté d'un outil de fabrication 4.0 verra en principe le jour en 2023. A la clé, sur un total de 15 employés, la PME prévoit le recrutement de cinq collaborateurs pour en assurer le fonctionnement.

Cette intégration va aussi permettre à Skin up de diversifier son catalogue, exclusivement tourné vers le textile actuellement. La fabrication de raquettes de Pickleball est ainsi envisagée à moyen terme. Le développement commercial doit permettre à Skin up d'amortir dans un laps de temps raisonnable un investissement de quelque cinq millions consenti pour réaliser ces nouvelles installations. La société espère ainsi au moins tripler son chiffre d'affaires et doubler ses effectifs d'ici 2025 pour les porter respectivement à 15 millions d'euros et à une trentaine de salariés.

Lire aussi 9 mnTextile en Hauts-de-France : la filière se donne les moyens de renaître

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 13/01/2022 à 15:06
Signaler
il va vite delocaliser au maroc; apres, c'est sur, la turquie n'est plus le havre de paix qu'elle etait y a 10 ou 20 ans, en particulier pour le textile

à écrit le 13/01/2022 à 11:31
Signaler
Tous les sondages nous montrent que 30% des français veulent voter dan ce sens. En 2017 MLP + dupont-aignan = 26%. Si on ajoute que pour libé même ceux qui votaient Fillon étaient d'extrême droite ça donne 46% et si on ne compte que la moitié des éle...

à écrit le 13/01/2022 à 6:24
Signaler
Ca commence a sentir le sapin pour le sultan. Well done, pour ce chef d'entreprise francais. Qu'il songe a developper ses ventes sur internet vers l'etranger. En Coree, il fera un malheur.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.