Intérim : après les leçons du Covid, la PME Artus met le cap sur sa digitalisation

INDRE-ET-LOIRE. Via l’implantation de nouvelles agences d’intérim situées dans les principales agglomérations françaises, le groupe tourangeau Artus compte sortir de son pré-carré du Grand Ouest. Pour accélérer, il compte aussi s'appuyer sur les canaux digitaux.

3 mn

Après Lille le mois prochain, Artus prévoit de s'implanter à Lyon d'ici la fin de l'année.
Après Lille le mois prochain, Artus prévoit de s'implanter à Lyon d'ici la fin de l'année. (Crédits : Pexel via Pixabay)

Porté par les postes à pourvoir rapidement dans l'après-Covid, l'intérim a connu une croissance marquante en 2021 (+18% à 20% par rapport à 2020, selon l'Observatoire de l'intérim et du recrutement). Aussi, pour les acteurs du secteur, l'heure est à l'accélération et au concept de « phygital » pour physique et digital. C'est en ce sens que s'inscrit le plan d'attaque d'Artus, la PME d'Indre-et-Loire qui a retenu les leçons de la pandémie. S'appuyant sur des agences dotées d'un rayon d'action de 200 kilomètres, et grâce aux possibilités offertes par le numérique, l'entreprise va lancer son expérimentation phygitale grandeur nature en mars à Lille. Avec elle, le recrutement d'intérimaires à distance va intégrer la dématérialisation de l'ensemble du processus.

Concrètement, Artus, créé en 1992 déploie un tout nouveau dispositif orienté trente ans après sa création vers la digitalisation : entretien avec le candidat réalisé en visioconférence, contrat de travail intégrant la signature numérique, relevés d'heures effectué sur Internet, et enfin, fiche de paie en PDF. Le premier confinement en mars 2020, qui a réduit de façon drastique les possibilités de déplacement des candidats, avait poussé le groupe à tester ce nouveau mode opératoire. Une cellule dédiée d'une dizaine de salariés, basée dans les locaux du groupe à Saint-Avertin, dans l'agglomération tourangelle, avait ainsi permis à Artus de recruter des intérimaires hors du grand Ouest, pour des entreprises des Hauts-de-France, de Champagne-Ardenne et de Rhône-Alpes. « Cette expérience de conquête de nouveaux clients à distance s'est traduite par des résultats encourageants puisque nous avons réalisé quatre millions d'euros de recettes sur cette diversification en 2021, se félicite Alexis de L'Espinay, président du groupe. Nous lui ajoutons aujourd'hui une vraie dimension de proximité avec nos futures agences phygitales ».

Après Lille le mois prochain, Artus prévoit de s'implanter à Lyon d'ici la fin de l'année. Le programme d'ouverture comprend en 2023 Reims, Marseille, Toulouse et Strasbourg. D'ici 2025, Artus envisage de réaliser 40 millions d'euros de recettes via le « phygital », sur un chiffre d'affaires prévisionnel total de 250 millions d'euros.

Agilité et sur-mesure

Après une baisse d'activité de l'ordre de 25% pour les acteurs de l'intérim en France en 2020, Artus a compensé la presque totalité de ce recul l'année dernière. La croissance annoncée de 6% pour l'économie française en 2022, notamment dans l'industrie où le groupe réalise 60% de son activité, lui laisse entrevoir des perspectives favorables sur le moyen terme. Artus est notamment présent en Centre-Val de Loire dans les secteurs de l'aéronautique, du carton et de la pharmacie. Avant l'accélération de son pan « phygital », le groupe familial avait déjà mis en œuvre une démarche agile pour se différencier des grands acteurs de l'intérim (Crit, Synergie, Actual leader group). En 2020, il avait ainsi lancé un dispositif sur-mesure à destination des métiers saisonniers comme l'ostréiculture, la viticulture ou encore le maraîchage. « Artus saisons » devrait être proposé à d'autres secteurs d'activité cette année.

Enfin, Artus continue par ailleurs à ouvrir de nouvelles agences physiques sur sa zone. Pour ses 30 années d'existence, le nombre d'implantations a franchi symboliquement la barre des 50 sites avec le renfort d'Arcachon en Gironde, de Vernon dans l'Eure et d'Avranches dans la Manche. Employant 285 collaborateurs, la PME, qui a doublé la surface de son siège en Touraine en 2021, ne cache plus son ambition de jouer, à terme, dans la cour des grands du marché intérimaire hexagonal.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.