La relocalisation, nouveau cheval de bataille de la Région Centre

 |  | 1131 mots
-30%, baisse de l'activité subie en moyenne au cours de la période de confinement par la filières majeures de la région.
-30%, baisse de l'activité subie en moyenne au cours de la période de confinement par la filières majeures de la région. (Crédits : Ville de Tours)
FACE A LA CRISE. Transformer la crise sanitaire en une opportunité de développement économique pour le territoire. Tel est le crédo de la région CentreVal de Loire qui a lancé dès mai une stratégie de relocalisation industrielle pour ses principales filières. Afin d'être suivie d'effets, cette politique volontariste devra passer outre les freins réglementaires et convaincre l'État de l'accompagner.

Conduit par Dev'up, un audit des entreprises du territoire concernant leurs projets de développement, spécifiquement centré sur la sous-traitance, démarrera dès cet été. Pour réaliser cette photographie, l'agence de développement économique de la région s'est concentrée sur ses filières majeures, notamment la santé, la cosmétique, l'automobile, ou encore l'agroalimentaire et l'aéronautique. Toutes ont subi une baisse d'activité de 30 à 40% en moyenne pendant le confinement.

Cette enquête de plusieurs mois qui concernera plusieurs centaines d'entreprises aura un double objectif : évaluer leurs besoins à court et à moyen terme, pour ensuite raccourcir la chaîne de valeur grâce à la relocalisation de certains sous-traitants.

Bien en amont du déconfinement le 11 mai, le ton avait été donné par François Bonneau. Pour le président (PS) de la collectivité régionale, il était nécessaire de panser les plaies économiques provoquées par le confinement, mais surtout de massifier durablement l'écosystème par filière. L'un des enseignements majeurs de la crise du COVID-19 est bien d'avoir révélé la forte dépendance de pans industriels stratégiques vis-à-vis de la sous-traitance internationale.

Illustration des risques encourus : le défaut de production de masques en tissu et de blouses de protection dans le Centre-Val de Loire (mais aussi à l'échelle de l'Hexagone), que la...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/08/2020 à 18:53 :
Si la relocalisation consiste à transférer la fabrication en France par de la main d'oeuvre détachée, voir même étrangère, je ne vois pas l'intérêt. La France qui prospérait sur le haut de gamme n'a aucune chance dans le low-cost "Fabriqué en France par de la main d'oeuvre bon marché".
a écrit le 10/08/2020 à 5:39 :
Relocaliser pour etre assomme d'impots, de taxes et autres inventions d'enarques, non merci.
a écrit le 09/08/2020 à 19:36 :
Bonjour ici c'est Gbenou Abraham,je suis béninois ,j'ai fait les études en agriculture ,j'ai des projets en agriculture que je peux réaliser si et seulement si j'ai de l'argent, mais j'ai pas,,,si vous acceptez qu'ont produits des produits agricoles pour envoyer dans les pays qui ont besoin de ces produits agricoles,et la ce n'est plus mon projet,, mais ce sera un projet a vous et moi,si vous voulez que j'envoie la photo de pièces je suis prêt,par ailleurs je vous assure que sa peut aider non seulement moi , mais en plus les frères et sœurs qui ont fait l'agriculture et il sont a la maison,, merci bien pour votre considération
a écrit le 08/08/2020 à 7:29 :
la décentralisation ne sera effective
que le jour ou le corps préfectoral sera dissous
les régions doivent être dirigé par un élu
et non de paris voir modèle helvétique ou germanique
ou le dialogue est constant
au contraire de la France ou chaque élu veut sa chapelle

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :