Tours ville verte... si la métropole l’accepte

 |   |  384  mots
Emmanuel Denis a été élu notamment grâce à une abstention record de 65% à Tours, soit 6 points de plus que la moyenne nationale. En cause, l'absence de mobilisation des électeurs de droite et du centre. Le maire qu'ils avaient élu élu en 2015, Serge Babary, a en effet rejoint le Sénat en 2017 et confié les clés de la ville à son premier adjoint, Christophe Bouchet. Une trahison pour de nombreux tourangeaux.
Emmanuel Denis a été élu notamment grâce à une abstention record de 65% à Tours, soit 6 points de plus que la moyenne nationale. En cause, l'absence de mobilisation des électeurs de droite et du centre. Le maire qu'ils avaient élu élu en 2015, Serge Babary, a en effet rejoint le Sénat en 2017 et confié les clés de la ville à son premier adjoint, Christophe Bouchet. Une trahison pour de nombreux tourangeaux. (Crédits : Reuters)
Le futur maire de Tours, l’écologiste Emmanuel Denis, devra pouvoir compter sur un président plus consensuel que le républicain Philippe Briand à la tête de la métropole tourangelle pour mettre en œuvre son programme économique.

Après la victoire sans appel dimanche soir de la liste EELV-Gauche avec près de 55% des suffrages contre 45% pour le maire sortant UDC, Christophe Bouchet, l'élection vendredi 3 juillet du nouveau conseil municipal sera une formalité. Celle du conseil métropolitain le 17 juillet, qui coordonne dans les faits la politique économique des 22 communes de l'agglomération tourangelle, y compris Tours, risque d'être en revanche moins aisée. La métropole est...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :