Pourquoi la fibre en bois « made in Touraine » a le vent en poupe

INDRE-ET-LOIRE. La Fibrerie de Touraine, spécialisée dans l’emballage à partir de fibre de bois, investira cinq millions d’euros en 2023 pour muscler son appareil de production. Parmi ses moteurs, une directive européenne prévoit l'interdiction des emballages en plastique pour le conditionnement de 80 types de fruits et légumes en 2026. Un tremplin pour l'acteur tourangeau.
D’ici 2026, le conditionnement des fruits et légumes avec des fibres synthétiques sera prohibé au sein des 27 membres de l’Union européenne. Un boulevard en France pour la fibre naturelle de bois fabriquées made in Touraine.
D’ici 2026, le conditionnement des fruits et légumes avec des fibres synthétiques sera prohibé au sein des 27 membres de l’Union européenne. Un "boulevard" en France pour la fibre naturelle de bois fabriquées made in Touraine. (Crédits : DR)

La Fibrerie de Touraine a lancé un immense chantier de construction et de rénovation de son usine basée à Couesmes dans le nord-est de l'Indre et Loire. Actuellement installée sur une surface de 1.300 m2, la société triplera ainsi la superficie de ses bâtiments pour atteindre 4.000 m2. Elle en profitera pour installer de nouvelles machines défibreuses de bois, en l'occurrence des coiffes de peuplier et d'épicéa. Deux nouvelles lignes de production de tapis de fibres de bois seront également ajoutées à la chaine actuelle. En sortiront des tapis de fonds de cagettes de fruits et légumes, mais aussi de nouveaux produits d'emballage.

La mise en service de ce dispositif industriel ultra-moderne est prévue avant l'été 2023. Il représentera au total un investissement de cinq millions d'euros sous forme d'emprunt bancaire et de crédit-bail immobilier. La Fibrerie de Touraine bénéficiera dans ce cadre d'une subvention de 450.000 euros émanant de l'Union européenne. La directive prise par la Commission de Bruxelles et validée en janvier dernier par les 27 états membres, prévoit en effet l'interdiction des emballages en plastique pour le conditionnement de 80 types de fruits et légumes en 2026. Un tremplin pour l'acteur tourangeau.

Fondées en 1938 et reprise en 2021 par Thierry Nourdin, la Fibrerie de Touraine emploie 10 salariés et constitue l'une des dernières manufactures de fibre de bois en France.  Elles étaient encore une vingtaine dans les années 90. La société, qui prévoit cette année un chiffre d'affaires de 2,2 millions d'euros, réalise 70% de ses recettes dans l'emballage alimentaire pour le conditionnement des fruits et légumes. A ce titre, elle compte parmi ses clients notamment les deux principales coopératives maraichères de l'Ouest de la France, Prince de Bretagne ainsi que Saveol, toutes les deux basés dans le Finistère.

La fibre de bois est également utilisée par cinq autres filières distinctes. Les parcs animaliers et les zoos, mais aussi l'élevage, s'en servent comme litières pour certaines espèces dont les singes. L'ostréiculture garnit également ses bourriches et les fleuristes réalisent leur décoration grâce à la fibre de bois. Outre l'amortissement des chocs dans le transport et la prolongation de la vie des fruits, cette matière a en effet pour avantage de présenter un visuel à la fois naturel et qualitatif aux consommateurs.

Futur marché viticole

Le contexte règlementaire et climatique, très favorable aux produits éco-responsables, pousse d'une part la Fibrerie de Touraine à renforcer sa production à destination de ses quelque 700 clients. De 10 millions de pièces annuellement, elle devrait doubler à l'horizon 2023-2024. La montée en puissance de l'outil industriel permettra parallèlement à l'entreprise d'accroître et de diversifier son offre. Une des nouvelles lignes sera ainsi réservée à la fabrication d'emballages en oeno-fibre pour le conditionnement du vin. La Fibrerie de Touraine, qui développe déjà une gamme à destination des viticulteurs, lancera l'année prochaine un package complet mixant caisses en bois ou en carton et fibre de bois. L'entreprise tourangelle le présentera au salon Wine Paris en février 2023.

Marché à fort potentiel, le vin doit contribuer d'ici cinq ans à hauteur d'un million d'euros dans les recettes de la fibrerie. Elle envisage par ailleurs de lancer de nouvelles gammes notamment pour les réseaux de distribution logistique, dont le conditionnement est gros consommateur de polystyrène.

Enfin, le e-commerce, en croissance à deux chiffres tous les ans, constitue une autre cible prioritaire de la Fibrerie de Touraine qui prévoit de doubler son chiffre d'affaires d'ici 2027 à 4,5 millions d'euros.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 04/11/2022 à 17:19
Signaler
"interdiction des emballages en plastique pour le conditionnement de 80 types de fruits et légumes en 2026" C'est bien mais c'est beaucoup trop long et à la portée beaucoup trop limitée tandis que la plupart des industriels abusent massivement des em...

à écrit le 04/11/2022 à 16:22
Signaler
"fonds de cagettes de fruits et légumes" qui servent plusieurs fois ? C'est pas parce que c'est en bois que ça ne doit servir qu'une fois et être incinéré (cycle du carbone mais un arbre met du temps à absorber tout le CO2 émis, 20 ans ?). Un sac en ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.