DeepTech : Ektah développe un spray pour lutter contre l’obésité

Vaporiser des leurres lipides sur la langue pour diminuer l’envie de gras. Et si la solution pour lutter contre le fléau de l’obésité, résidait dans cette innovation de rupture ? Après une expérimentation réussie sur les souris, la start-up Ektah- créée en 2021 - lance une étude clinique chez l’homme. La commercialisation est prévue pour 2025.

4 mn

(Crédits : EDOUARD BARRA)

Pourquoi lorsqu'un Français mange du curry vert en Thaïlande, il peut difficilement supporter toutes les saveurs qui explosent en bouche alors que le Thaïlandais donnera l'impression de déguster une soupe au potiron ? Parce que les récepteurs gustatifs du Thaïlandais ont changé de sensibilité. Ce dernier peut ainsi manger des aliments très pimentés. Pour les obèses, c'est le même processus qui s'opère. Après plus de quinze années de travaux issus de l'Université de Bourgogne, le professeur Naïm Khan - prix de l'académie de médecine 2020 - a démontré que chez les personnes obèses, les récepteurs gustatifs dysfonctionnaient. « Ce sont les seuils de détection lipidiques qui ne sont plus les mêmes. Souvent, les personnes obèses ont eu un apport lipidique trop important. Elles n'ont plus cette capacité à ressentir les lipides quand elles sont ingérées, donc elles doivent manger plus pour avoir le même sentiment de satiété », explique Xavier Boidevezi, directeur général d'EktaH.

Une innovation de rupture à la fois sur l'usage et sur la molécule biosourcée

Actuellement, il existe trois possibilités pour combattre l'obésité : les régimes personnalisés qui ne fonctionnent pas - et cela se comprend si on suit le raisonnement du professeur Naïm Khan, à savoir que si les récepteurs gustatifs dysfonctionnent, la sensation de satiété ne sera jamais satisfaite-, les médicaments qui sont aujourd'hui interdits en Europe et la chirurgie qui traite les obésités morbides ou sévères.

L'invention du professeur Naïm Khan est une solution simple - qui allie santé et plaisir - qui n'existe pas encore sur le marché. Il suffirait de tapisser la langue de quelques gouttes de spray de leurres lipides - qui donneront cette sensation de manger du gras, sans apport caloriques - cinq minutes avant la prise alimentaire pour envoyer un message au cerveau d'un début de satiété. « L'une des forces du spray est que la personne qui l'utilise peut ensuite manger normalement. Cela évite l'effet « yoyo » des régimes », souligne Xavier Boidevezi.

Quant à la molécule biosourcée inventée par le professeur Naïm Khan, c'est aussi une innovation de rupture car c'est la première fois qu'une molécule peut traiter en amont une personne en surpoids ou obèse afin qu'elle retrouve un poids de forme rapidement. « Les leurres lipidiques biosourcés que nous avons développés diminuent la prise alimentaire lipidique et, par conséquent, l'obésité chez la souris obèse » précise le professeur Naïm Khan, également co-fondateur et conseiller scientifique d'EktaH. « La R&D d'EktaH travaille déjà sur des leurres lipidiques d'origine végétale qui seront encore plus puissants pour activer les récepteurs gustatifs lipidiques et diminuer l'incidence de l'obésité », poursuit-il. À noter que ces molécules ne pourront pas traiter une personne en bonne santé qui souhaite simplement maigrir car son récepteur lipidique fonctionne normalement. Cela évitera les dérives des régimes. « Nous devrions proposer deux produits en parallèle sur le marché : un complément alimentaire, pour le surpoids, et un dispositif médical, pour l'obésité », confie Xavier Boidevezi.

Un marché immense avec 1,9 milliard d'êtres humains en surpoids dans le monde

Commercialisée sous forme de dispositif médical, l'invention du professeur Naïm Khan n'a pas l'obligation de passer tous les tests réglementaires imposés aux médicaments. Ce qui laisse envisager une commercialisation pour 2025, une fois l'étude clinique chez l'homme validée. Avec 1,5 milliard d'êtres humains en surpoids sur la planète, le potentiel est immense. « Nous allons démarrer avec le marché européen, en France et en Allemagne, car nous connaissons mieux les rouages, mais très vite, nous construirons une équipe aux Etats-Unis, car c'est le premier marché mondial avec 185 millions de personnes obèses, ainsi que le Canada (18 millions de personnes obèses, soit 35 % de la population) et le Mexique -70 millions de personnes obèses, soit 40% de la population en surpoids », précise Xavier Boidevezi. Le troisième marché à court terme pourrait être les Pays du Golfe avec l'Arabie saoudite, l'Iran et l'Irak. Enfin, le Brésil devrait être un relais de croissance intéressant, puis l'Inde et la Chine où l'obésité infantile se développe fortement.

Les chercheurs Amira Sayed et Aziz Hichami sont aussi associés à cette deeptech soutenu par BPI France, et les quatre cofondateurs viennent d'accueillir trois nouveaux actionnaires : le professeur de nutrition Pierre Dechelotte, l'investisseur saoudien Mohamed Nabil Al Midani et la Société d'Accélération du Transfert de Technologies, SAYENS.  Cette dernière détient 12 % du capital, et a financé la maturation. La Satt Sayens a accordé à Ektah, la licence exclusive sur les deux brevets internationaux. L'investissement total s'élève à environ un million d'euros, dont 200.000 euros de subventions. La start-up ambitionne une levée de fonds en equity de deux millions d'euros et un million d'euros en diminutif avec BPI France pour financer le lancement de l'étude clinique ainsi que cinq recrutements pour fin 2022.

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.