« Le gouvernement est trop tatillon sur les énergies renouvelables » Robert Herrmann (Eurométropole de Strasbourg)

Le président (PS) de l'Eurométropole de Strasbourg, Robert Herrmann, défend un projet qui permettrait, pour 25 millions d'euros d'investissement, de récupérer la chaleur résiduelle d'une aciérie allemande et d'alimenter 30000 logements français.
Selon Robert Herrmann, le projet de réseau transfontalier de chaleur alimenterait jusqu'à 30.000 foyers.
Selon Robert Herrmann, le projet de réseau transfontalier de chaleur alimenterait jusqu'à 30.000 foyers. (Crédits : DR)

LA TRIBUNE - L'agglomération de Strasbourg a jeté les bases d'un réseau transfrontalier de chaleur. De quoi s'agit-il ?

ROBERT HERRMANN - Badische Stahlwerke exploite à Kehl l'une des plus grosses aciéries allemandes. Ils ne savent que faire de cette chaleur résiduelle. L'usine se trouve à quelques centaines de mètres des quartiers densément habités du nord de l'agglomération de Strasbourg. L'idée consiste à récupérer la chaleur et à aménager un caloduc [dispositif de transmission de la chaleur, Ndlr] qui passerait sous le Rhin. Nous pouvons alimenter jusqu'à 30.000 foyers avec cette énergie. Soit 45 gigawatts qui, sinon, continueront d'être perdus.

Mais le projet n'avance pas. Où sont les blocages ?

L'idée a été lancée il y a cinq ans. Nous avons signé cette année un accord de principe avec l'entreprise allemande. Il ne reste plus qu'à établir une société d'économie mixte pour permettre l'investissement. Mais pour être compétitive, cette énergie aura besoin d'un coup de pouce fiscal. Nous voulons être certains d'avoir droit à un taux de TVA réduit. Le gouvernement n'est ni pour ni contre, il ne nous répond pas ! Notre projet est pourtant conforme aux principes défendus par le traité d'Aix-la-Chapelle, signé au début de cette année entre la France et l'Allemagne. Le ministère de l'Action et des Comptes publics doit nous donner son feu vert.

> Lire aussi : le nouveau traité franco-allemand signé le 22 janvier 2019

Quel peut être le rôle de votre collectivité dans la transition énergétique ?

Avec Kehl, nous visons la neutralité carbone à l'échelle transfrontalière en 2050. La transition énergétique ne pourra réussir que si l'on change les comportements individuels et si on laisse agir les collectivités. À Strasbourg, nous essayons d'être créatifs. Nous avons déjà créé une installation pour fabriquer du gaz biométhane à partir des boues de notre station d'épuration.

> Lire aussi : convertir du fumier en gaz, le potentiel de la gazéification hydrothermale

Nous défendons un projet de géothermie profonde qui nous placerait à l'abri de toute dépendance à l'égard de nos approvisionnements en énergie. Là aussi, j'apprends que les aides à cette technologie émergente vont être coupées. Cette filière représente pourtant un potentiel évident, y compris pour la production de lithium. J'ai le sentiment que le gouvernement est beaucoup trop tatillon.

> Lire aussi : maires cherchent financements verts désespérément

Propos recueillis par Olivier Mirguet.

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 21/11/2019 à 15:07
Signaler
miam, y a bon pognon public pour les copains, et y a bon pognon ecolo a 6 mois des elections, hein pourquoi est ce que les allemands n'utilisent pas cette energie de leur cote, alors qu'ils sont largement en avance par rapport aux francais question ...

le 21/11/2019 à 20:54
Signaler
Les Allemands en avance sur la question écologique !!!??? Leurs 23 % de nucléaire sont remplacés par le lignite et leur réseau d'éoliennes tombe déjà en décrépitude ! Voir les rapports récents du "Spiegel" !!

à écrit le 21/11/2019 à 10:21
Signaler
Non, c'est juste que lorsque l'on a un ancien lobbyiste du nucléaire premier ministre, comment cela pourrait être autrement? Pour garder un état "fort" "éducateur", les nouvelles technologies ne correspondent pas a la stratégie du groupe dominant ...

à écrit le 21/11/2019 à 8:41
Signaler
Encore une société d'économie mixte, encore la nécessité de passer par les caisses publiques pour faire progresser l'économie, pour financer une bonne idée, alors que ces caisses sont pillées par les actionnaires milliardaires. Quand c'est un inv...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.