Maires cherchent financements verts désespérément

 |   |  1082  mots
Malgré toutes les bonnes volontés locales et la vague écologiste qui se profile aux prochaines élections municipales, les communes peinent encore à financer seules les transformations nécessaires pour la transition écologique.
Malgré toutes les bonnes volontés locales et la vague écologiste qui se profile aux prochaines élections municipales, les communes peinent encore à financer seules les transformations nécessaires pour la transition écologique. (Crédits : SIPA)
Pressés d'accélérer la transition écologique, les élus locaux doivent jongler entre prêts bancaires, subventions de l'État et apports d'autres collectivités pour mener à bien leurs projets.

« La transition écologique est une priorité pour tous les élus locaux, une tendance lourde, assure François Baroin. Je ne connais pas un maire qui ne place pas la protection environnementale au coin de la rue, en priorité pour son prochain mandat. C'est une affaire de long terme. » À la veille du congrès annuel de l'association des maires de France (AMF), qui se tient du 19 au 21 novembre à Paris, son président l'assure :« L'évolution de la société est si forte » qu'il relève de la « responsabilité » des élus d'être « aux avant-postes ».

Lire aussi : 85% des Français mettent l'environnement au coeur des municipales

Malgré toutes les bonnes volontés locales et la vague écologiste qui se profile aux prochaines élections municipales, les communes peinent encore à financer seules cette transformation. Pour mener à bien leurs projets, elles doivent donc jongler entre des prêts bancaires, des subventions de l'État et des financements d'autres collectivités territoriales.

Exemple à Tramayes, petite commune d'un millier d'habitants située à 100 kilomètres au nord de Lyon, en Saône-et-Loire. Sur les 2,59 millions d'euros qu'a coûtés la rénovation de l'école, la municipalité n'a apporté...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/11/2019 à 16:07 :
Dans ma région beaucoup de maires futés ont résolu le problème en donnant le feu vert à tous les projets éoliens qui se présentaient. Ils ont saccagé de très beaux paysage de collines avec des machines qui atteignent maintenant 180 mètres de hauteur en bout de pâles, pollué de manière irréversible des terrains agricoles et des forêts avec des dizaines de milliers de mètres cube de béton armé et illuminé les nuits des riverains comme des arbres de Noël.
Dans ce contexte, la transition dite 'verte' est effectivement une aubaine pour les finances de quelques communes et communautés de communes et surtout pour la prospérité de quelques promoteurs opportunistes à défaut de l’être pour l’environnement de nos campagnes.
a écrit le 20/11/2019 à 13:47 :
Les Maires cherchent de l'argent. Je rigole doucement. Qu'ils commencent pas cesser de subventionner les associations telles que celles: Du fil d'argent, de la petite ourse, du bonnet bleu, du bonnet blanc, du petit cheval rose etc........ Associations qui ne servent à rien et dont certains profitent pour se créer un emploi.
a écrit le 19/11/2019 à 10:51 :
Il y a beaucoup à faire : mon début de carrière a démarré avec une expertise des finances de l'Est parisien, surendettées après leur investissement au travers de sociétés mixtes dans la géothermie pour le chauffage collectif. C'était après le 2d choc pétrolier ; l'intention était louable. La crise financière de ces communes est venue au croisement de 3 facteurs : un manque de compétence pour le montage économique du projet, avec un prix de vente de la thermie adossé au prix du pétrole tandis que les coûts d'investissement en étaient indépendants (scénario en cas de baisse du prix du pétrole ?). 2d écueil, un monopole des organismes bancaires spécialisés pour le financement des collectivités ; Le prêt principal de la Caisse des dépots portait intérêt au taux de 18 %, celui de la CAECL, au taux de 24 %. Même à l'époque, ces taux étaient très supérieurs aux taux accessibles sur le marché. Le 3ème ecueil a été la désinflation menée tambour battant par le Gouvernement qui a rendu les taux d'intérêt des emprunts insupportables (on est passé de taux d'inflation de 10 / 12 % à moins de 5 % en quelques années, vers 1985).
Le recours à l'emprunt pour financer une transition "verte" répond à première vue à la logique de préparation de l'avenir. Il est cependant indispensable d'accompagner les communes dans cette démarche, avec les compétences et des analyses de scenarios possibles, pour éviter des catastrophes en série.
a écrit le 18/11/2019 à 16:36 :
Pas un mot sur des économies les roitelets locaux ? Commençons pas là.
a écrit le 18/11/2019 à 16:19 :
C'est pas facile de trouver une chimère
a écrit le 18/11/2019 à 14:56 :
Ils cherchent des financements ? Ils se fout**t de nous ou quoi ? Ils n'ont qu'à faire attention à leurs propres dépenses de petits rois, réduire leurs salaires, arrêter de gaspiller les fonds publics.
Nous en avons des exemples quasi tous les jours qu'ils en font n'importe quoi: des ralentisseurs de vitesse à tout va au lieu de militer d'une autre manière, des dépenses pour Noël, qui ne sont pas forcément nécessaire et qui montre plutôt la consommation : toujours du neuf ou du changement, etc
a écrit le 18/11/2019 à 13:11 :
La gabegie des cllectivites locales cela suffit !
a écrit le 18/11/2019 à 11:42 :
On peut augmenter la taxe foncière,on a des marges fiscales depuis la suppression de la taxe d'habitation.
a écrit le 18/11/2019 à 10:53 :
La France se tire une balle dans le pied avec cette transition écologique. La seule cause qu'il faudrait aborder de face, c'est la démographie galopante du tiers monde qui est la raison de cette mutation climatique.
a écrit le 18/11/2019 à 10:08 :
Lu en juillet 2017 au hasard de mon quotidien rubrique petits bourgs: 52000 euros pour une allée d’un cimetière, 60000 euros pour rénover une salle de classe, énergie positive, le programme prévoit 5 salles, 702000 euros pour une petite garderie/bibliothèque. Ou encore, ce Maire d’un bourg de 3000 habitants qui refait son centre pour 2 millions, sans respect des procédures se qui se transforme en fiasco, sans oublier les manoirs du 18ième, le rachat des terrains littoraux, etc. Le discours est en général bien rodé, la commune ne paiera qu’une petite partie le reste sont des subventions et pour les grandes villes c'est grande gabegies.. Bref, supprimons les subventions.
a écrit le 18/11/2019 à 9:39 :
"Financements verts", "transition énergétique" ou "écologique", les nouvelles martingales pour le gâchis, voire le détournement, d'argent public et/ou européen.. les belges en avance sur les français, comme toujours, et il va être intéressant de voir décortiqués les comptes des Nethys, et autres Elicio...s'il ya un secteur où le journalisme d'investigation a de l'avenir, c'est bien celui-là!
a écrit le 18/11/2019 à 8:59 :
Puisque le pouvoir national est défaillant, incapable de s'opposer au moindre lobby un peu costaud, il va falloir remettre des douanes dans nos régions afin de faire payer les camions pour leur pollution mais surtout pour la destruction de nos infrastructures il est quand même hallucinant que la finance international anéantisse nos biens pour se faire toujours plus de fric sans que l'on puisse s'y opposer, comme si déjà on ne faisait pas assez de cadeaux aux actionnaires milliardaires.

Surtout les régions du centre souvent les plus pauvres dans lesquelles pourtant passent le plus de transports routiers, cela embêterait fortement les entreprises du transport d'avoir à les contourner.

Ben oui les gras vu que nos dirigeants nationaux sont compromis il va falloir que vous vous mettiez non seulement à bosser mais aussi à mordre sinon notre pays va être anéanti.
Réponse de le 18/11/2019 à 10:46 :
Et la profonde faiblesse de nos politiciens face au pouvori d' l'argent commence à devenir un danger immédiats.

Amis maires nous n'avons plus que vous pour essayer de nous sortir de cette impasse morbide même si hélas ils vous ont dépossédé de tout !

Le néolibéralisme ça suffit !!!

"France : Un pont s'effondre près de Toulouse, pas encore de bilan" https://www.latribune.fr/depeches/reuters/KBN1XS10F/france-un-pont-s-effondre-pres-de-toulouse-pas-encore-de-bilan.html

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :