Le Nord, terre d'accueil de nouveaux campus

Un campus de la mer. Une nouvelle école d'ingénieurs pour l'agriculture de demain. Une pointure de la formation en arts numériques. En quelques mois, les annonces de l'arrivée de nouvelles formations, avec un projet immobilier à la clef, se sont multipliées.

3 mn

Junia a d'ores et déjà commencé à explorer quelques pistes comme la smart farming (agriculture et numérique), la smartcity (la ville intelligente), les smart grids (réseaux intelligents), etc.
Junia a d'ores et déjà commencé à explorer quelques pistes comme la smart farming (agriculture et numérique), la smartcity (la ville intelligente), les smart grids (réseaux intelligents), etc. (Crédits : Junia)

Avec 230.000 étudiants inscrits dans le supérieur, la région des Hauts-de-France est aujourd'hui la troisième région étudiante de province après Auvergne Rhône-Alpes (350.000) et Occitanie (254.000), hors l'Ile-de-France et ses 723.000 étudiants, d'après les derniers chiffres du ministère. A elle seule, la ville de Lille compte 180.000 étudiants.

L'arrivée de trois grands projets, l'un autour du monde de la mer, l'autre autour du cinéma et l'autre sur l'agriculture de demain ne peut qu'attirer toujours plus de talents dans les Hauts-de-France. Tout en renforçant la visibilité du territoire.

 A Lille, une nouvelle école d'ingénieurs est ainsi née le 1er octobre 2020. Sur la thématique de la smart agriculture, Junia est issue de trois écoles (ISA pour l'agriculture, ISEN pour le numérique et la généraliste HEI, déjà réunies sous la bannière d'Yncréa Hauts-de-France) de l'Université Catholique de Lille. Budget d'investissement : 128 millions d'euros pour amener plus de transdisciplinarité et plus de solutions au monde de demain.

Junia et la smart agriculture

La future école, dont le vaisseau amiral sera situé dans le monument historique du Palais Rameau, aura pour quête de nourrir la planète, de gérer la transition énergétique et le développement urbain, d'imaginer les technologies au service du bien-être et de la santé mais aussi de digitaliser les activités, notamment industrielles. Junia a d'ores et déjà commencé à explorer quelques pistes comme la smart farming (agriculture et numérique), la smartcity (la ville intelligente), les smart grids (réseaux intelligents), etc.

Autre projet d'envergure, dans le cinéma cette fois, l'école des arts numériques ArtFX, considérée comme l'une des dix meilleures écoles d'animation et d'effets visuels au monde, atterrit à La Plaine Images, située entre Roubaix et Tourcoing. Le site d'excellence économique dédié aux industries créatives poursuit ainsi son développement, après avoir accueilli l'école du Fresnoy, Pôle III D et 3 W Academy, avec l'optique de devenir le plus grand campus d'Europe sur le sujet.

Développement de la Plaine Images

En attendant l'inauguration d'un nouveau bâtiment de 18.000 m2 d'ici 2023 qui nécessitera 37 millions d'euros d'investissement, la première promotion d'une douzaine d'étudiants a d'ores et déjà commencé les cours à la rentrée dernière. A terme, le site pourra former jusqu'à 1.000 étudiants.

En parallèle, La Plaine Images a également accueilli Holberton School, école américaine qui veut démocratiser le métier de développeur, en formant des personnes sans exiger aucun diplôme ni pré-requis. Et surtout avec un financement sur le mode « pay when you get a job » (payer une fois le job décroché). Si une formation à distance a déjà été lancée en janvier dernier, l'école a investi depuis juin un campus physique, en partenariat avec Jezby Ventures, un fonds créé par Octave Klaba, le dirigeant d'OVHcloud. On y étudiera le machine learning, la blockchain, le développement web full stack ou encore la réalité augmentée.

Campus de la mer

Sur la Côte d'Opale, Boulogne-sur-Mer va s'offrir un campus de la mer à plus de trente millions d'euros, grâce à un contrat de plan Etat-Région. L'Institut des sciences de la mer et du littoral (ISML), émanation de l'Université du Littoral Côte d'Opale va ouvrir ses portes à la rentrée prochaine. Née en partenariat avec Nausicaá et la communauté d'agglomération du Boulonnais, installée au cœur de zone d'activités dédiées aux produits de la mer de Capécure, l'Institut permettra d'étudier tous les enjeux liés aux ressources de la mer, qu'il s'agisse d'environnement ou de consommation.

D'ici la fin du chantier en 2024, un panel de formations allant de bac+3 à bac+8 sera mise en place, autour des métiers de la mer, de l'agroalimentaire à l'aquatique, en passant par les soins des parcs animaliers marins.

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.