Le port d’Anvers teste un bracelet électronique de distanciation

Le Port d’Anvers s’est associé à l’éditeur belge Rombit, spécialiste de la sécurité au travail en milieu portuaire, pour tester en grandeur nature et en avant-première un nouveau bracelet électronique. Appelé Romware Covid Radius, il garantit la distanciation sociale et le suivi des contacts.

3 mn

(Crédits : Rombit)

Des appels du monde entier. Venus d'Europe, d'Asie ou même des Etats-Unis ! Rombit, entreprise née il y a six ans et demi, n'aurait certainement jamais imaginé qu'à l'heure du Covid-19, son bracelet Romware One puisse susciter autant d'intérêt de la part d'usines, d'aéroports et d'opérateurs de logistique voire même de multinationales...

Car Rombit évolue avant tout dans l'univers de l'industrie portuaire, avec pour cœur de business d'assurer la sécurité de travailleurs dans un environnement encore très peu digitalisé. C'est pourquoi l'éditeur a imaginé un bracelet connecté, capable successivement d'afficher une couleur rouge, de vibrer ou même de demander à retourner en arrière, à l'approche d'un danger.

 Technologie adaptée

« Cette technologie permet au départ d'éviter les accidents survenant en situation de co-activité, par exemple lors des déchargements de conteneurs : les collaborateurs chargés de transporter les conteneurs de 40 pieds de haut n'ont souvent que très peu de visibilité », contextualise John Baekelmans, CEO de Rombit à la tête de 65 employés.

La technologie initiale de ce bracelet, qui a nécessité 9 mois de recherche et développement, mêle le geofencing, permettant d'envoyer des messages ou notifications push aux utilisateurs lors d'entrées ou départs d'une zone prédéfinie ; la détection de distance par l'ultra wideband (UWB), une modulation radio basée sur la transmission d'impulsions de très courte durée ; le contrôle d'accès à la manière de badges d'entrée mais capable d'interagir avec du matériel (pour éviter par exemple qu'une personne ne conduise un engin sans être correctement certifié).

« Rombit a adapté cette technologie en quelques semaines pour proposer le modèle Romware Covid Radius, qui permet de prévenir dès lors que l'on s'approche à moins d'1,5 mètre d'une autre personne. A la différence du Romware One, il ne pas stocke de données personnelles : il n'est pas besoin d'enregistrer un nom pour l'utiliser », précise John Baekelmans. Le prix du bracelet n'a pas été communiqué car il dépend des volumes et du choix des fonctionnalités.

Vie privée

Pour garantir le respect de la vie privée, le dispositif n'envoie à l'employeur aucune information sur la localisation. Le bracelet permet néanmoins le suivi des contacts : si un collaborateur s'avère contaminé, une personne habilitée peut vérifier quels ont été les collègues qui ont travaillé à proximité de cette personne. « C'est un atout majeur pour assurer le retour au travail dans des conditions optimales de sécurité vis-à-vis du coronavirus », souligne John Baekelmans.

Ces nouvelles fonctionnalités aideront les employeurs « à appliquer strictement les recommandations de l'Organisation Mondiale de la Santé, tout en respectant la vie privée des salariés », précise Rombit. Du côté du Port d'Anvers, « il était essentiel que la zone portuaire continue à fonctionner et que la sécurité de nos collaborateurs soit assurée », a souligné Jacques Vandermeiren, le PDG. De son côté, John Baekelmans souhaite « tout ce qui est en notre pouvoir pour produire rapidement ce nouveau bracelet en quantité et contribuer ainsi au redémarrage de l'activité économique dans des conditions de sécurité optimales ».

3 mn

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.