Quels soutiens aux entreprises des Hauts-de-France ?

 |  | 749 mots
Lecture 4 min.
(Crédits : DR)
Depuis le début de la crise, le plan de relance du conseil régional a injecté 420 millions d'euros dans l'économie et l'emploi. 4500 entreprises qui ont été aidées directement. Sera-t-il suffisant pour les Hauts-de-France encaisse le raz-de-marée à venir ?

« Ce n'est pas encore assez, il est essentiel d'être là pour les urgences : nous n'avons pas les moyens de l'État », a concédé Xavier Bertrand lors un grand débat co-organisé par La Tribune et le Comité Grand Lille en direct de la Lille lundi dernier.

« L'État peut pratiquer le « quoi qu'il en coûte » et être en déficit or nous, en tant que collectivité, nous devons voter un budget à l'équilibre et donc faire des choix ».

La région Hauts-de-France a annoncé cet été un plan de relance d'1,3 milliard à mobilier sur 18 mois (sachant que le conseil régional affiche un budget annuel de 3,5 milliards). C'est bien plus que les toutes premières aides, votées au printemps : le conseil régional avait alors mobilisé 50 millions d'euros pour renforcer directement la trésorerie des entreprises via le fonds de premier secours mais aussi le renforcement des dispositifs existants comme des avances remboursables, des prêts à taux zéro ou des différés de remboursement.

Gérer les urgences

Pour Xavier Bertrand, « le conseil régional gère les urgences en essayant de faire le mieux possible : on se demande chaque matin, s'il n'y a pas de trous dans la raquette. Que le chef d'entreprise qui entend que des milliards sont débloqués à l'échelle d'une région, puisse savoir si lui va être aidé ou non : nous devons en permanence vérifier qu'il n'y a pas d'oubliés ». Un numéro de téléphone unique a été mis en place (03 59 75 01 00) dès le premier confinement pour non seulement aider à s'y retrouver mais également, depuis le second confinement, bénéficier d'un diagnostic « 360 degrés » avec un spécialiste au cours d'une demi-journée. Près de 2000 entreprises ont déjà pris contact depuis de ce « guichet unique ».

Parmi les derniers choix d'urgences, l'aide au paiement des loyers des TPE et PME des entreprises, votée la semaine dernière. Le dispositif a été littéralement pris d'assaut par les candidats, qui n'étaient a priori pas tous concernés. Cette aide concernerait aujourd'hui près 50 000 entreprises qui emploient moins de dix salariés, soit très exactement 35 045 commerces et services et 20 473 restaurants et bars dans l'ensemble de la région des Hauts-de-France.

Aide aux loyers

Des collectivités ont également mis la main à la poche. La Métropole Européenne de Lille a engagé un plan de relance économique massif de 66,1 millions d'euros, complétant les mesures déjà engagées dès le début de la crise à hauteur de 14,6 millions d'euros. Parmi les aides, un « fonds rebonds » qui permet de prendre en charge des loyers ou de verser une aide forfaitaire. 16 000 commerçants et artisans métropolitains seraient éligibles à ce dispositif. La communauté d'agglomération de Compiègne via Initiative Oise Est, le Pays du coquelicot, autour d'Albert dans la Somme et Douaisis Agglo autour de Douai dans le Nord ont également mis en place des dispositifs d'aides au paiement des loyers.

Il y a deux semaines, le conseil régional avait également annoncé une aide à la digitalisation des petits commerces, dans l'esprit du chèque numérique proposé par l'État. Le sujet est d'autant plus fondamental que seuls 12% des entreprises de moins de dix salariés vendent en ligne. La région a annoncé ainsi prendre en charge pendant un an et jusqu'à 500 euros, la création d'un site internet ou l'hébergement dans une market-place déjà existante. Là encore, la région a budgétisé des aides pour 5000 commerces dans la région, soit 6 millions d'euros.

Oui, mais après ?...

Toujours dans la même veine, une aide financière allant jusque 10 000 euros pourra être accordée aux communes et aux intercommunalités souhaitant aider leurs commerçants et artisans en proposant des solutions digitales collectives.

Des mesures d'urgence, oui mais après ? Avec les dernières mesures de confinement, près de 35 000 commerces ont dû fermer dans la région Hauts-de-France. Ce qui représente près de 70 000 emplois, dont près de 60 000 rien que dans l'hôtellerie-restauration... Secteur qui ne rouvrira si tout va bien que fin janvier.

Et c'est sans compter les 16 000 artisans qui ont dû également baisser le rideau. Aujourd'hui, près de 30 000 entreprises artisanales seraient en grande difficulté dans la région. Si on additionne les secteurs plus touchés, à savoir l'hébergement, la restauration, le commerce et la construction, cela totalise 427 000 salariés et 61 000 intérimaires dans les Hauts-de-France.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :