À la veille des municipales, Paris veut montrer qu'elle lutte contre les bâtiments vides

 |   |  516  mots
(Crédits : Compte Twitter de Plateau urbain)
À six mois et demi des élections municipales, la capitale et dix-neuf opérateurs immobiliers privés et publics ont signé, ce 26 août 2019, une charte "en faveur du développement de l'occupation temporaire comme outil au service du territoire parisien". Mais déjà, des acteurs, qui accompagnent ces parties prenantes dans l'aménagement des espaces vacants, pensent à l'après.

"Occupation temporaire", "urbanisme transitoire"... pour le commun des mortels, ces expressions ne signifient pas grand-chose. Pour les professionnels de l'immobilier, il s'agit de la période entre l'acquisition d'un terrain ou d'un bien et le début des travaux où le propriétaire des lieux peut louer le site à des acteurs divers et variés, plutôt que de payer des maîtres-chiens qui gardiennent un lieu vide 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24. Entre l'obtention du permis de construire et le bouclage des études techniques, voire de faisabilité, il s'écoule en effet en moyenne entre 12 et 24 mois.

À Paris, où le prix de l'immobilier atteint des sommets, la Ville et dix-neuf acteurs privés et publics ont signé une charte "partageant [cette] ambition collective de concevoir et faire la ville autrement". Par exemple, le capital-investisseur Novaxia, qui achète des immeubles avant de leur donner une seconde vie, possède un hôtel particulier rue Lacépède (Paris Ve). Pendant deux ans, il l'a loué 15 euros le mètre carré à des startuppeurs, et 8 euros à l'association Aurore, spécialisée dans l'hébergement d'urgence de sans-domicile-fixe ou de réfugiés.

Partager des expériences et des bonnes pratiques

Outre cet acteur de la reconversion urbaine, Colliers International, la Banque des territoires (Caisse des Dépôts), Elogie Siemp et Soreqa, Gecina, Kaufman & Broad, Icade (CdC encore), Paris Commerces, Paris Habitat, Paris Métropole Aménagement, PariSeine, la RATP, la Régie immobilière de la ville de Paris (RIVP), la SEMAEST, la SEMAPA, SNCF Immobilier, Sogaris et Quartus se sont notamment engagé à "diversifier au maximum les activités", à "assurer la mise en place de critères de sélections transparents" ou encore à "mobiliser l'ensemble des autorités publiques afin d"assurer un examen rapide des autorisations".

Mais pour la coopérative Plateau urbain, qui accompagne ces parties prenantes dans l'aménagement des espaces vacants, il faut déjà penser à l'étape d'après. "Que la signature débouche sur la constitution d'un groupe de propriétaires pour partager des expériences et des bonnes pratiques", plaide ainsi son directeur du développement Paul Citron.

Un événement à six mois et demi des élections municipales

La paraphe de ce document intervient par ailleurs à six mois et demi des élections municipales, mais l'adjoint à la maire de Paris chargé, entre autres, de l'urbanisme et de l'architecture se défend de tout action de communication. "Ça fait deux ans que nous préparons cette charte !" réplique Jean-Louis Missika, sans nier l'objectif politique d'un tel événement : "C'est un outil du nouvel urbanisme parisien. Nous ne pouvons plus nous permettre de perdre des milliers de mètres carrés.

"Ce ne sont pas des squats, synonyme d'occupation illégale et de mise devant le fait accompli, mais des partenariats pour construire des projets et recréer des liens de confiance", insiste l'élu parisien. "Que les sans-abris ne soient plus isolés, mais au contact de la population, des startups, des artisans, des artistes... Cela leur donne un fort pouvoir d'insertion avec parfois des promesses d'embauche à la clé."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/08/2019 à 9:21 :
Les apparences, tout ce qu'il reste à notre classe dirigeante dégénérée.
a écrit le 26/08/2019 à 22:18 :
Et pour la propreté de la ville, priorité n° 1 des habitants, on fait quoi ??? On noie le poisson comme la mairie l’a fait jusqu’a présent !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :