CES 2020 : Outsight invente la caméra 3D du futur

 |   |  692  mots
Dotée d’un signal multispectral, la caméra (ci-dessus, dans une version expérimentale) mise au point par Outsight pourrait équiper les voitures autonomes. Une ligne de production doit voir le jour d’ici à 2021 grâce à une récente levée de fonds de 18 millions d’euros.
Dotée d’un signal multispectral, la caméra (ci-dessus, dans une version expérimentale) mise au point par Outsight pourrait équiper les voitures autonomes. Une ligne de production doit voir le jour d’ici à 2021 grâce à une récente levée de fonds de 18 millions d’euros. (Crédits : Outsight)
Lancée en juillet, la startup parisienne développe un capteur 3D d’un genre nouveau, à mi-chemin entre la caméra et le laser. Elle pourrait équiper les futurs véhicules autonomes, entre autres.

Elle perçoit les couleurs comme une caméra, analyse la profondeur de champ comme un laser et détermine la composition physique des matériaux. C'est la caméra 3D du futur, reposant sur un nouveau type de laser élaboré par Outsight. « Notre technologie permet d'obtenir un signal multispectral, c'est-à-dire composé de plusieurs signaux lumineux de couleurs d'ondes différentes, explique Raul Bravo, président et cofondateur de la startup. Chaque matériau physique - comme la peau, le coton, la neige... - renvoie des couleurs spécifiques et possède donc une "signature", qui permet d'identifier sa composition. » L'intérêt : améliorer la perception d'un environnement donné sur plusieurs centaines de mètres avec un seul appareil, revendique l'entreprise.

Infiltrer le marché du « BtoB »

La startup se rendra en janvier au CES de Las Vegas pour faire connaître sa technologie. « C'est un rendez-vous incontournable. Cela va nous permettre de rencontrer ou revoir des partenaires industriels et commerciaux, mais aussi des investisseurs. Tout le monde est réuni au même endroit, en même temps, donc cela permet un gain de temps considérable pour le développement d'une startup », avance le cofondateur.

Lire aussi : CES 2020 : moins de paillettes, plus de business pour les Français

Outsight, qui vise exclusivement un marché « BtoB », exposera au sein de l'espace North Hall, dévolu aux voitures et aux smart cities. Sa caméra propose en effet deux types d'usage. Le plus évident: une version embarquée pour équiper véhicules et robots mobiles afin de proposer de l'aide à la conduite, comme le freinage d'urgence.

La jeune pousse propose également une solution de smart monitoring (« surveillance intelligente », en français) à destination des aéroports, des centres commerciaux ou des gares.

« Notre système permet de fournir des informations sur le nombre de personnes, leurs trajectoires et leur utilisation des objets afin d'optimiser les flux, liste Raul Bravo. Par exemple, notre caméra peut déterminer le temps passé par une personne devant un panneau pour trouver le renseignement souhaité. L'infrastructure peut ainsi réaliser plusieurs versions d'un même panneau pour déterminer laquelle est la plus pertinente. »

Maturité

La quasi totalité de l'équipe d'une trentaine de personnes - répartis entre Paris, Helsinki et San Francisco - est composée d'ingénieurs. Elle a créé en interne l'intégralité de la solution, c'est-à-dire le produit et le logiciel d'analyse des données. Cette maturité après seulement quelques mois d'existence vient du fait que Outsight est née de l'expertise de Dibotics, une entreprise spécialisée dans la localisation et cartographie 3D fondée par Raul Bravo et Olivier Garcia en 2015, et de l'association de ses fondateurs avec Scott Buchter (ancien président de Lasersec) et Cédric Hutchings (cofondateur de Withings). « Notre valeur ajoutée est de concevoir à la fois le hardware et le software. Actuellement, les capteurs de type lidar sont généralement fournis sans logiciel, ce qui réduit considérablement le marché aux seuls clients ayant la capacité de les développer en interne », estime Raul Bravo.

L'ambitieuse pépite a déjà bouclé une première levée de fonds de 18 millions d'euros en décembre. Notamment pour ouvrir une ligne de fabrication pilote en France d'ici à 2021. La startup souhaite également s'agrandir et devrait recruter « une centaine de personnes », principalement des ingénieurs et des profils marketing.

___

ENCADRÉ

Les pépites franciliennes assurent le show à Las Vegas

Les startups d'Île-de-France seront toujours nombreuses cette année au CES. Surfant sur le succès des applications qui notent les produits alimentaires, myLabel exposera son service lancé en avril. Contrairement à ses concurrents, qui recommandent des aliments en fonction de leurs qualités nutritionnelles, la startup ajoute des critères d'ordre environnemental ou social. De son côté, Daan Tech présentera Bob, son mini lave-vaisselle made in France pensé pour les petits espaces. Les premières livraisons sont prévues à l'automne 2020. Actronika planche sur une technologie dite « haptique » pour simuler le toucher via un logiciel et des minivibreurs. L'entreprise vise le marché médical, notamment les systèmes de chirurgie à distance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :