"Lorsque la métropole s'enrichit, c'est au détriment des communes" (Vincent Jeanbrun, Forum métropolitain)

 |   |  757  mots
Vincent Jeanbrun est maire (LR) de L'Haÿ-les-Roses, président du Forum métropolitain du Grand Paris et conseiller régional délégué à l'Emploi, à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage.
Vincent Jeanbrun est maire (LR) de L'Haÿ-les-Roses, président du Forum métropolitain du Grand Paris et conseiller régional délégué à l'Emploi, à la Formation professionnelle et à l'Apprentissage. (Crédits : Région Île-de-France)
Élu le 18 décembre à la tête du syndicat mixte regroupant 141 communes dont la ville de Paris, la métropole du Grand Paris, les trois départements de petite couronne et la région Île-de-France, Vincent Jeanbrun précise ses priorités pour La Tribune.

Le 25 mai dernier, le Forum métropolitain mettait autour de la table le préfet de Paris Île-de-France Michel Cadot, la présidente (LR) du conseil régional Valérie Pécresse et l'adjoint (app. PS) de la maire de Paris chargé du Grand Paris Jean-Louis Missika. L'objet de la réunion : lancer une consultation internationale sur le devenir des autoroutes, du périphérique et des voies rapides du Grand Paris à horizon 2030. Chacun a contribué au budget dédié de 2,675 millions d'euros : un million de la région, un million de la capitale, 200.000 euros de l'Etat, 150.000 euros de trois départements franciliens et le reste par la métropole, les territoires et les communes intéressées.

Sept mois plus tard, un maire élu en 2014, Vincent Jeanbrun, a été porté le 18 décembre 2018 à la tête de ce syndicat mixte représentant 141 communes, dont la capitale, les trois départements de petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis et Val-de-Marne), la métropole, les établissements publics territoriaux et le conseil régional d'Île-de-France. Sa priorité : "accélérer le calendrier" de la consultation. Le 22 janvier prochain, se tiendra ainsi un premier comité de pilotage visant à coordonner les actions en cours. "Dans la foulée, nous présenterons les premiers retours de la population à l'occasion du Salon des maires d'Île-de-France", précise Vincent Jeanbrun. Le territoire Paris Ouest-La Défense, qui comprend notamment le boulevard circulaire qui passe sous le quartier d'affaires, aura entre-temps rejoint le travail. "Cela nous permettra de nous interroger sur cet axe routier majeur", se félicite le maire (LR) de L'Haÿ-les-Roses. "L'étude sera complète et n'oubliera aucun point névralgique majeur."

Autre "grand chantier" : l'après-Autolib. Les communes franciliennes qui ne bénéficient plus de ce service de voitures se sont réunies le 7 décembre pour faire part de leurs contre-propositions. La prochaine étape consistera en l'organisation d'un colloque sur l'autopartage pour "se poser en rassembleur, être en capacité de porter un message et envoyer un signal fort", explique Vincent Jeanbrun. Quand il est question de mobilité en Île-de-France, la Société du Grand Paris, qui pilote la réalisation du Grand Paris Express, revient toujours dans la conversation. Face aux dérapages budgétaires et de calendrier, "nous souhaitons interpeller le gouvernement sur la base de propositions pour rester dans la philosophie de départ et mailler le territoire", promet le maire de L'Haÿ-les-Roses.

Vers une métropole "choisie" du Grand Paris ?

Par ailleurs, la révision institutionnelle du Grand Paris étant toujours dans les cartons, le président du syndicat mixte veut profiter d'une disposition de la loi NOTRe autorisant le débat deux ans après la création de la métropole (MGP). "Le Forum métropolitain, par sa capacité du dialogue transpartisan et trans-collectivité, est le lieu où l'on peut avoir l'analyse la plus objective" vante Vincent Jeanbrun. La loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) a effectivement créé la MGP "sans lui donner les financements" mais poursuit l'élu,"à chaque fois qu'elle s'enrichit, c'est au détriment des communes". La MGP finance en effet les communes à travers l'attribution de compensation métropolitaine, mais ces dernières contribuent ensuite au fonds de compensation des charges transférées (FCCT) de leur territoire."C'est du Picasso, c'est merveilleux !" ironise le maire de L'Haÿ-les-Roses. C'est pourquoi il propose de mettre plusieurs options sur la table dont la métropole à l'échelle de la région ou "la métropole choisie" où chaque collectivité pourrait décider ou non de son intégration. 

Le Forum métropolitain a également reçu l'architecte Roland Castro pour débattre de son rapport "Paris en grand" commandé par le président de la République. Si Vincent Jeanbrun approuve l'idée de "chapelets de communes" qui leur donnerait "la liberté de s'associer entre elles", il refuse d'abandonner son droit à délivrer les permis de construire. "C'est bien utile quand il s'agit de protéger nos communes du tout et du n'importe quoi !" s'exclame l'élu. A propos de pouvoir local, il estime par ailleurs que "la commune est beaucoup moins mise dans la boucle" des Jeux olympiques et paralympiques. "Nous voulons créer cette passerelle, notamment sur l'emploi, entre Paris 2024 et les maires", avance-t-il.

En attendant les décisions du chef de l'Etat sur l'architecture politique de la métropole-capitale, les élus locaux grand-parisiens se projettent déjà en 2030, date butoir de livraison du Grand Paris Express et des infrastructures routières de demain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/12/2018 à 22:26 :
Faut-il comprendre que pour le Président de ce syndicat mixte il faudrait de nouveaux impôts complémentaires pour financer la métropole en plus de ceux de départements ou de communes devenus largement inutiles du fait du transfert de compétences à la métropole ? C'est sans doute un principe de l'action publique : on multiplie toujours les coûts... Il souhaite relancer les gilets jaunes, ou quoi ?
Réponse de le 22/12/2018 à 14:29 :
Il suffit de voir ce que ce monsieur fait dans sa ville de l’Haÿ-les-Roses. Augmentation de la taxe d'habitation dans les faits de 12% en 2018 pour financer des projets immobiliers disproportionnés dans les abords de la Roseraie du Val de Marne et suppression de 4 espaces verts. S'occupe très peu de la ville d'ailleurs à part l'immobilier.
https://www.mesopinions.com/petition/nature-environnement/roseraie-hay-roses-danger/53347
a écrit le 21/12/2018 à 14:15 :
Les communes n'ont plus lieu d'etre dans un métropole regrouper, il ne faut plus qu'un seul maire et conseil municipale comme en Allemagne, 6 000 maires en Allemagne !
Réponse de le 21/12/2018 à 16:01 :
Ce ne sont pas les communes très peuplées de la région parisienne qu'il faut regrouper mais les communes microscopiques des zones rurales.
Un exemple de métropole qui marche bien et depuis 1969, est la métropole de Lyon et Paris ferait bien de s'en inspirer.
a écrit le 21/12/2018 à 10:02 :
Il y a trop de maires et conseillés municipaux et,les communes doivent se transformer en metropole avec 1 seul maire ou en arrondissements pour la petite couronne !
a écrit le 20/12/2018 à 21:43 :
Le grand paris est le truc revelateur de la totale inaction et inefficacite de la bureaucratie française.
Les annes et decennies passent et toujours rien de realise.
Le grand paris = coquille vide.
a écrit le 20/12/2018 à 20:33 :
Idéologie de la dette = spécialité LR
a écrit le 20/12/2018 à 19:23 :
C'est l'idéologie de la dette, comme il faut que l’État donné de plus en plus aux actionnaires milliardaires il est bien évident que tout le monde ne peut pas avoir assez d'argent ! Du coup on privilégie toujours les plus gros et ensuite les moins petits.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :