Les quatre objectifs d'Anne Hidalgo pour faire de Paris une ville intelligente

 |   |  711  mots
Dans un communiqué publié ce mardi, Anne Hidalgo a annoncé les grands objectifs d’un Paris numérique et responsable de l’environnement. Ce projet, piloté par son adjoint Jean-Louis Missika, repose sur trois modèles de villes : une cité ouverte, connectée, et ingénieuse. 100.000 m² supplémentaires de lieux d'innovation, hébergeant 30% de start-ups étrangères, devront voir le jour d’ici à 2020.
Dans un communiqué publié ce mardi, Anne Hidalgo a annoncé les grands objectifs d’un Paris numérique et responsable de l’environnement. Ce projet, piloté par son adjoint Jean-Louis Missika, repose sur trois modèles de villes : une cité ouverte, connectée, et ingénieuse. 100.000 m² supplémentaires de lieux d'innovation, hébergeant 30% de start-ups étrangères, devront voir le jour d’ici à 2020. (Crédits : reuters.com)
La maire de Paris, Anne Hidalgo, a dévoilé ce mardi son plan stratégique pour une ville « intelligente et durable » au conseil de Paris. Celui-ci prévoit, entre autres, un budget participatif et le déploiement du wifi gratuit à tout l'espace public.

100.000 m² supplémentaires de lieux d'innovation, 100 abribus "intelligents" équipés d'écrans interactifs, déploiement du wifi gratuit à tout l'espace public... Paris devra être "intelligent, connecté, et durable". C'est en tout cas le souhait d'Anne Hidalgo, maire de la ville. Pilotée par l'adjoint à la mairie, Jean-Louis Missika, la mission repose sur quatre objectifs principaux : la transition numérique, le développement des startups, la consommation responsable et la participation citoyenne. Tour d'horizon.

La Ville lumière éclairée par le numérique

Anne Hidalgo veut transformer Paris en une ville numérique. Pour cela, de nombreux programmes, tels que le déploiement du wifi gratuit à tout l'espace public, seront expérimentés.

Dans le même temps, la maire de Paris prévoit l'installation de 100 écrans interactifs sur ses abribus, l'implantation d'une cinquantaine de capteurs de présence sur les places de livraison et les stations de taxis, et, dans le cadre périscolaire, de nouvelles activités numériques seront proposées aux écoliers parisiens à la rentrée prochaine.

Des mesures qui ne vont pas assez loin pour l'opposition, comme l'explique Pierre-Yves Bournazel, conseiller UMP du 18e arrondissement :

La mairie de Paris a un temps de retard, l'administration doit être plus souple, elle pourrait par exemple innover en ligne avec des applications qui permettent de demander un permis de construire ou de pouvoir inscrire son enfant à la crèche. La ville devrait donner de l'énergie à ses habitants, pas leur en prendre.

Consommer moins, ou mieux

Par ailleurs, sans proposer de méthodes claires et efficaces pour y parvenir, la maire de Paris appelle les parisiens à "trouver des solutions pour consommer moins et mieux, en limitant notre impact sur les territoires environnants". Elle invite donc les franciliens à une "nécessaire sobriété".

"La croissance urbaine et le dérèglement climatique constatés à l'échelle mondiale se traduisent par des enjeux considérables liés à l'énergie, à la gestion des déchets, à la végétalisation, à l'approvisionnement, à la mobilité ou encore à la logistique"

Dans le cadre de l'appel à projet sur le métabolisme urbain, treize nouveaux dossiers montés par des citoyens sont en cours d'expérimentation : autopartage entre entreprises, collecte de biodéchets, co-recyclage...

Une carte citoyenne pour les Parisiens

Et pour cause, "L'humain" sera placé "en toutes circonstances, au centre du dispositif", avec la mise en place d'un budget participatif, et d'une carte citoyenne, disponible pour chacun à partir de l'âge de 7 ans.

 C'est dans cette perspective que je défends avec détermination le principe de concertation systématique et approfondie des Parisiens, a appuyé la maire de Paris.

A cet effet, un site permet ainsi aux habitants de la capitale de suggérer des idées ou des améliorations a été mis en place. Pour favoriser l'innovation, toutes les données récoltées de la capitale seront désormais accessibles à tous :

Le plan que je vous propose contribuera à faire de l'open data le moteur de l'innovation et le catalyseur de l'intelligence collective, a assuré Anne Hidalgo.

La mairie propose même de dévoiler les données budgétaires et sociales de la ville.

Les startups en première ligne

Enfin, pour compléter les 130.000 m² d'incubateurs pour start-ups créés au cours des dernières années, deux nouveaux incubateurs géants ouvriront cette année et l'année prochaine, l'un dans les anciens entrepôts du boulevard Mac Donald, l'autre, à la Halle Freyssinet, disposé à devenir le plus grand du monde.

D'ici à 2020, 100.000 m² supplémentaires de lieux d'innovation devront voir le jour. Ces incubateurs, serviront entre autre, à accueillir 30% de start-ups étrangères.

La maire de Paris a également prévu "des mesures d'accompagnement pour épauler tous ceux qui en auraient besoin pour franchir le pas", notamment dans le domaine du commerce de proximité.

 "Elle ferait mieux de s'orienter sur la Smart Santé, plutôt que de s'appuyer sur des projets portés par les start-ups et les entrepreneurs parisiens. La ville et ses habitants donnent l'exemple, tandis que l'administration, elle, n'est pas innovante", a déclaré Pierre-Yves Bournazel.

__________

>>> Trois questions à Jean-Louis Missika, adjoint à la Maire de Paris chargé de l'urbanisme, de l'architecture, des projets du Grand Paris, du développement économique et de l'attractivité / Propos recueillis par Laurent Lequien

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/05/2015 à 11:47 :
A propos de concertation systématique des Parisiens, qu'elle commence déjà à les interroger sur l'interdiction de circuler des vieux véhicules et de l'extension des zones 30, au lieu de leur imposer ce diktat !
a écrit le 27/05/2015 à 0:06 :
En attendant, le Wifi gratuit dans tout l'espace public c'est une super idée. A bon entendeur, salut !' Merci Anne.
a écrit le 26/05/2015 à 19:20 :
Déjà Madame Hidalgo devrait renoncer à soutenir l'absurde et honteux projet d'extension de Roland-Garros sur le terrain des serres de la ville de Paris. Voilà qui serait une preuve d'intelligence, de respect du patrimoine, plus que du respect de l'argent…
a écrit le 26/05/2015 à 18:23 :
Dans une "ville intelligente" l'air est-il pollué ? dans une "ville intelligente" y a-t-il des gros embouteillages ? dans une "ville intelligente" voit-on des mendiants et SDFs dans les rues, sur les trottoirs ? Tant de questions qui demeurent sans réponse car on n'y voit pas des solutions, que de projets, de projets, de projets….
Réponse de le 27/05/2015 à 8:14 :
"Ville intelligente", "French tech", "innovation", "méga-contrats" ne sont que des expressions de presse à la mode pour faire passer le temps, pour le divertissement des nos vrais grands problèmes. Demain on en créera d'autres. Vous connaissez l'histoire du bâton et la carotte ? voilà. :-)
a écrit le 26/05/2015 à 18:16 :
Intelligence et Hidalgo politique, sont deux termes beaucoup trop contradictoires, pour que cela puisse fonctionner.
Réponse de le 27/05/2015 à 9:25 :
Vous me l'avez retiré du clavier...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :