Métro parisien : Valérie Pécresse exige que la RATP rétablisse de bonnes fréquences

Face à la colère des usagers dans des rames bondées, la présidente de la région Ile-de-France renvoie la responsabilité de ces difficultés à la RATP et s'inquiète du manque de conducteur de métro. Ces derniers mois, la région avait pourtant décidé de réduire l'offre de transports moins fréquentés depuis le Covid pour faire des économies.
La région Ile-de-France dirigée par Valérie Pécresse a réduit l'offre de transports pour faire des économies dans un contexte de flambée de l'énergie.
La région Ile-de-France dirigée par Valérie Pécresse a réduit l'offre de transports pour faire des économies dans un contexte de flambée de l'énergie. (Crédits : Reuters)

La présidente de la région Ile-de-France Valérie Pécresse hausse le ton. Dans une missive adressée à la RATP, celle qui est aussi présidente d'Ile-de-France Mobilités (IDFM) a exigé que le gestionnaire du métro prenne immédiatement « les mesures nécessaires » pour rétablir un trafic régulier dans le métro parisien avec de meilleures fréquences de rames.

« La performance de plusieurs lignes de métro (notamment les lignes 3, 6, 8, 11, 12 et 13) s'est significativement dégradée depuis la rentrée scolaire, avec des régularités inférieures à 91% en heure de pointe, ce qui est bien en deçà de vos obligations contractuelles à l'égard d'Ile-de-France Mobilités et donc inacceptable », s'est-elle agacée en disant comprendre l'exaspération « légitime » des voyageurs. La présidente de région demande « une régularité supérieure ou égale à l'objectif contractuel, à savoir 96,5% ».

Mauvais chiffre en septembre et octobre

« Je vous demande de prendre les mesures nécessaires pour redresser rapidement et sans délai la situation, car nous devons un service de qualité aux voyageurs », a-t-elle réclamé dans cette lettre envoyée au directeur général par intérim de la RATP, Jean-Yves Leclercq, en attendant la prise de fonction l'ancien Premier ministre, Jean Castex. « J'attends de votre part un plan de remédiation d'urgence à la situation et un échéancier pour pallier les difficultés de ces 6 lignes », a-t-elle ajouté.

Les derniers chiffres de régularité disponibles en septembre pour le métro parisien témoignent d'une chute de fréquence des rames sur certaines lignes, dans un contexte notamment de pénurie de conducteurs. « On n'a pas encore les chiffres d'octobre, mais on pressent qu'ils sont du même acabit », avait confirmé à l'AFP mercredi Laurent Probst, directeur général d'IDFM.

Pénurie de conducteurs

« Je suis particulièrement inquiète de la propagation du manque de conducteurs au réseau de métro, alors que vous nous aviez affirmé que ces difficultés concernaient exclusivement le réseau de bus - sur lequel 25% du service contractuel n'est pas réalisé », a ensuite pointé Valérie Pécresse qui s'était déjà inquiétée des services d'autobus dans un courrier semblable en septembre. « La Région Ile-de-France est prête à vous accompagner pour faciliter le recrutement de conducteurs, qui est, je le rappelle, de votre ressort ».

En réponse, la RATP assure être « pleinement mobilisée sur le sujet du manque de conducteurs » mais juge que le sous-effectif est « relativement modeste » dans le métro, et « sans commune mesure avec la situation du réseau de bus ». D'après la RATP, « moins de 100 conducteurs sur 3.100 » manquent dans le métro et « des moyens importants » sont déjà en place pour en recruter d'autres. « Le sous-effectif devrait se résorber rapidement dans les prochains mois, pour un retour à l'effectif nominal vers la fin mars », a ajouté la régie des transports parisiens.

La région Ile-de-France a baissé l'offre de transports

Par ailleurs, l'offre de transport a été légèrement réduite ces derniers mois... à la demande de la région via Ile-de-France Mobilités (IDFM) pour faire des économies dans un contexte d'explosion des prix de l'électricité. La fréquentation reste toujours inférieure à ce qu'elle était avant la pandémie, dans un contexte de hausse du télétravail.

Mais là aussi, Valérie Pécresse renvoie la balle dans le camp de la RATP. IDFM a l'intention de commander des « renforcements d'offre » pour accompagner le retour des voyageurs, a-t-elle assuré. « Mais un renforcement de l'offre sera inefficace si la RATP ne réussit pas à produire l'offre commandée par Ile-de-France Mobilités », a insisté la présidente de la région Ile-de-France.

(avec AFP)

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 3
à écrit le 19/11/2022 à 9:56
Signaler
Pecresse? ce n'est pas moi c'est la faute de l'autre. Comme Hildago, sa consoeur. Toujours non responsable, non coupable. c'est ce qu'ils apprennent à l'ENA (Hidalgo l'a appris toute seule, trop nulle pour faire l'ENA). Comment renvoyez la patate cha...

à écrit le 04/11/2022 à 12:41
Signaler
75% de la population française se moque totalement des problèmes quotidiens des franciliens 🤔cet article est sans intérêt.

le 07/11/2022 à 8:07
Signaler
@Jason13 : la Province contre Paris ? C'est un discours un peu éculé... La question des transports en commun est majeure pour toutes les métropoles. Et ce que l'article ne dit pas, c'est que le télétravail, qui est à l'origine des demandes de diminut...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.