Paris, la Métropole et la Région débloquent 100 millions d'euros pour les PME franciliennes

 |  | 739 mots
Lecture 4 min.
Le conseil régional accueillera, dès demain, sur son site Internet un portail dédié pour permettre aux sociétés d'obtenir une avance remboursable de 3.000 euros à 100.000 euros sur six ans avec un remboursement différé de deux ans.
Le conseil régional accueillera, dès demain, sur son site Internet un portail dédié pour permettre aux sociétés d'obtenir une avance remboursable de 3.000 euros à 100.000 euros sur six ans avec un remboursement différé de deux ans. (Crédits : Jacky Naegelen)
Avec la Banque des territoires, la capitale, la métropole du Grand Paris et le conseil régional d’Île-de-France ont fédéré 68 collectivités locales au service des TPE-PME franciliennes passées entre les mailles du filet des aides.

La crise de la Covid-19 aura eu un mérite sur le plan économique... et politique: celui de réconcilier la maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, et la présidente (Libres!) de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, ainsi que cette dernière avec le président (LR soutenu par LREM) de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier.

Lire aussi : CCI, Métropole, Région, CDC: les derniers dispositifs d'aides aux entreprises franciliennes


À eux trois et accompagnés de 68 autres collectivités territoriales franciliennes, ils ont lancé, le 10 juin 2020, un fonds "Résilience" doté de 100 millions d'euros. Accompagnés par la direction régionale de la Banque des territoires à hauteur de 25 millions d'euros, les élu(e)s viennent d'installer un "filet de sécurité" pour les TPE-PME les plus fragiles ainsi que pour l'économie sociale et solidaire (ESS). Ces sociétés n'ont pas pu ou partiellement bénéficié du prêt garanti par l'État (PGE), de même qu'elles n'étaient pas nécessairement éligibles aux premiers dispositifs de la région.

Lire aussi : Coronavirus: que contient le plan d'aide de la région Île-de-France?

"L'impact économique est brutal. Aussi la réponse doit être collective et solidaire", explique Valérie Pécresse. "C'est le plus gros fonds régional que nous montons", renchérit le directeur général de la Banque des territoires Olivier Sichel. "Je suis heureux que la Région et la MGP avancent de concert", se félicite son président Patrick Ollier. "Cette initiative qui nous réunit est un dispositif simple et agile avec une entrée facilement identifiable", appuie Anne Hidalgo.

Lire aussi : "Le confinement a un impact global sur les collectivités" Olivier Sichel, Banque des territoires

De 3.000 euros à 100.000 euros

Après avoir en effet lancé de nombreuses aides et participé au fonds de solidarité État-régions, le conseil régional accueillera, dès demain, sur son site Internet un portail dédié pour permettre aux sociétés d'obtenir une avance remboursable de 3.000 euros à 100.000 euros sur six ans avec un remboursement différé de deux ans. Précisément, une entreprise individuelle pourra bénéficier de 10.000 € maximum, une de moins de dix salariés de 50.000 € et une de moins de 20 salariés de 100.000 euros. "Le délai d'instruction est d'une semaine dès le dépôt du dossier et le paiement se fera à J+12", a précisé la vice-présidente chargée de l'attractivité et du développement économique, Alexandra Dublanche.

La Région investit 25 millions d'euros, la Métropole 14 millions, Paris 10 millions, suivis par 68 autres collectivités territoriales franciliennes qui abondent le fonds à hauteur de 26 millions d'euros. À l'image de Paris-Saclay qui met sur la table 3 millions d'euros, les départements de Seine-et-Marne, de l'Essonne, des Hauts-de-Seine et du Val-d'Oise, les onze établissements publics territoriaux de première couronne, les cinquante intercommunalités de deuxième couronne et la commune de Savigny-sur-Orge flécheront directement vers leurs entreprises locales. Logiquement, un euro d'argent public devrait permettre de lever quatre euros de financements supplémentaires.

La liste des collectivités


Il faut y ajouter les communautés d'agglomération: Coulommiers Pays de Brie, Cergy-Pontoise, Cœur d'Essonne Agglomération, Grand Paris Sud - Seine Essonne Sénart, Etampois Sud-Essonne, Marne et Gondoire, Melun Val de Seine, Paris - Vallée de la Marne, Plaine Vallée, Rambouillet Territoires, Roissy Pays de France, Saint-Germain Boucles de Seine, Saint-Quentin-en-Yvelines, Val d'Europe Agglomération, Val d'Yerres Val de Seine, Val Parisis, Versailles Grand Parc, Pays de Fontainebleau et Pays de Meaux.

Ainsi que les communautés de communes: Bassée-Montois, Brie des Rivières et Châteaux, Carnelle Pays-de-France, Gâtinais Val-de-Loing, Brie Nangissienne, Haute vallée de Chevreuse, Vallée de l'Oise et des Trois Forêts, L'Orée de la Brie, Moret Seine et Loing, Val Briard, Deux Morin, Deux Vallées, Portes Briardes entre Villes et Forêts, Portes de l'Île-de-France, Cœur d'Yvelines, Dourdannais en Hurepoix, Haut Val-d'Oise, Pays de Limours, Pays de l'Ourcq, Pays de Montereau, Pays de Nemours, Pays Houdanais, Provinois, du Val d'Essonne - Vexin Val de Seine, Entre Juine et Renarde, Gally-Mauldre, Plaines et Monts de France, Sausseron-Impressionnistes et Vexin Centre.

Les conseils départementaux de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne n'ont en revanche pas rejoint l'aventure, "souhaitant se concentrer sur leurs trop grandes urgences sociales", a précisé Valérie Pécresse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :