Paris relance sa carte du premier confinement pour aider les petits commerçants

La capitale vient de relancer sa carte de petits commerçants, à laquelle elle a rajouté les fleuristes et les librairies. En réalité, l'initiative servira surtout à limiter la casse.
César Armand
(Crédits : POOL)

[article publié le 9 novembre 2020 à 12h22, mis à jour le 9 novembre 2020 à 14h56 avec le nombre d'inscrits à date]

Nom ? Adresse ? Code postal ? Type de commerce: Bricolage ? Poissonnerie ? Quelques mots sur votre commerce ? Je propose un service de livraisons à domicile ? De retrait de commandes en magasin ? Mail ? Numéro de téléphone ? Site Internet ? C'est seulement après avoir répondu à toutes ces questions que les petits commerçants peuvent espérer se retrouver sur la carte que vient de relancer la ville de Paris après l'avoir expérimentée pendant le premier confinement.

"La période est très dure. C'est une mesure de soutien pour éviter qu'Amazon ne se frotte les mains", déclare, à La Tribune, Olivia Polski, adjointe (PS) à la maire de Paris chargée du commerce, de l'artisanat, des professions libérales et des métiers d'art et mode.

Les librairies et fleuristes rajoutés

Tout en décidant avec la préfecture de police d'un couvre-feu pour certains commerces, la Ville a rajouté les librairies et les fleuristes -pour les sapins notamment- à la liste des commerçants autorisés. "Ces commerçants font quasiment la totalité de leur chiffre d'affaires en ce moment", explique Olivia Polski. A 14h30 ce 9 novembre, le site recensait 1.620 inscrits pour 62.000 enseignes (petits et grands magasins).

"C'est une très bonne initiative ! Nous invitons tout le monde à s'inscrire", enjoint, à La Tribune, Dominique Restino, président de la chambre de commerce et d'industrie (CCI) Paris.

Avec sa grande sœur la CCI Paris Ile-de-France, la CCI parisienne s'est d'ailleurs inspirée de la municipalité et a lancé une plateforme régionale baptisée "J'aime mes commerces à domicile". Au risque du doublon ? "Plus il y a d'initiatives qui permettent aux commerçants de traverser cette période, mieux c'est", assure l'élue Olivia Polski.

Une mesure qui limitera la casse

D'autant qu'en réalité, cette mesure servira surtout à limiter la casse. "C'est 15-30% de leur chiffre d'affaires habituel, ce n'est pas la panacée", lâche l'adjointe d'Anne Hidalgo. Du côté des principaux concernés, il est d'ailleurs trop tôt pour se projeter sur le succès de telles opérations. "Dans l'absolu, c'est super, car cela peut permettre de maintenir du lien, mais les gens vont-ils aller sur ce site ou se rendre sur les plateformes ?" s'interroge-t-on à l'union des entreprises de proximité (U2P) Ile-de-France.

ParisCommerce

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.