Paris veut recenser les "personnes fragiles et isolées" et maintenir les marchés

 |   |  407  mots
(Crédits : Réa)
La Ville de Paris lance un recensement de toutes les "personnes fragiles et isolées" et s'oppose par ailleurs à la fermeture des marchés alimentaires.

 La Ville de Paris lance un recensement de toutes les "personnes fragiles et isolées", et demande aux "gardiens des logements sociaux" et du privé de les y aider, selon un communiqué mercredi.

"Notre attention doit se porter aujourd'hui en priorité sur les personnes fragiles et isolées, dont les aidants rencontrent des difficultés pour être à leurs côtés", estime la maire PS Anne Hidalgo.

Ainsi, l'élue a demandé à son adjoint (PCF) en charge du Logement, Ian Brossat, "de mettre en place un dispositif de recensement des situations dans tous les immeubles parisiens".

Les gardiens des logements sociaux de la Ville de Paris vont être mobilisés, et un contact sera pris "dès aujourd'hui (mercredi) avec les gardiennes et les gardiens des immeubles privés", ajoute l'édile.

"Toutes les informations devront être remontées au 3975, le centre d'appel de la Ville de Paris", est-il détaillé dans le communiqué, précisant qu'"un dispositif adapté sera mis en œuvre dans les jours qui viennent pour tous les immeubles ne comptant pas de gardien".

Opposée à la fermeture des marchés alimentaires

La mairie de Paris s'oppose par ailleurs à la fermeture des marchés alimentaires, alors que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a déclaré plus tôt dans la matinée que les marchés "où l'on voit des foules et qui ont beaucoup d'étals" seront "amenés à fermer".

Les marchés alimentaires "resteront ouverts" pour "continuer à permettre les courses en produits frais des Parisiennes et des Parisiens", répond la Ville, qui veille par ailleurs au "respect de strictes consignes d'espacement des étals et de respect des gestes barrière, dont la préservation d'une distance minimale entre les personnes". "Ces consignes seront systématiquement rappelées à l'entrée des marchés."

Interrogé par l'AFP au lendemain de la diffusion d'images montrant un afflux de consommateurs dans un marché populaire du nord de la capitale, un cadre de la mairie de Paris a affirmé qu'"hier c'était le +bordel+, parce que les gens faisaient leurs courses avant le confinement à midi", mais "ce matin, ça se passait beaucoup mieux".

"On ne va pas fermer les marchés parisiens. Dans les quartiers populaires, les gens ne sont pas partis, et une partie (d'entre eux) ne vont pas aux supermarchés parce que  c'est trop cher", a-t-il insisté.

Lire aussi : Coronavirus et confinement : et les sans-abri dans tout ça ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/03/2020 à 9:33 :
Dans ce que peux faire, un maire c'est de faire des actions de simple police. Qu' a fait cette personne depuis janvier pour protéger les gens. Des voix se sont élevées dès janvier pour cette pandémie, elle a été elle aussi sourde. Je pense que le moins qu'elle puisse faire c'est de prendre en charge les frais d'obsèques victimes de l'aveuglement de certains.
a écrit le 18/03/2020 à 19:57 :
Les mairies parisiennes possèdent déjà les listings des personnes vulnérable à surveiller pendant les périodes de canicule.
C'est peu ou prou le public exposé au covid19, des personnes agées, à faible revenu, esseulées.

Il suffit juste de remettre les listes à jour.
Par contre, il va falloir trouver un moyen d'autoriser les aidants à circuler et qu'ils soient protégés afin de ne pas semer la mort derrière eux.
a écrit le 18/03/2020 à 17:09 :
Encore une qui n'a rien compris. CONFINEMENT TOTAL. Pas de marché, que l'équipe de la mairie, elle en tête se dévoue pour les vieux les isolés les faibles les malades. Trois mois que tout cet appareil politique et médical a fermé les yeux. Au boulot Madame !
Réponse de le 18/03/2020 à 17:55 :
Tout à fait, avec livraison de repas réguliers, sinon ils vont mourir de faim. Le confinement avec les placards vides, ça ne dure pas très longtemps.
Pas sortir contre livraisons (avec mains désinfectées, un livreur pourrait contaminer quantité de gens fragiles).
Une fois, y a qq années, il a neigé assez fortement ici la nuit (340m alt), je venais d'acheter des fruits, suis resté une semaine sans sortir, pain au congèl au cas où (je fais des rotations, le frais en trop -> congèl, mange l'ancien décongelé).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :