Pass Navigo  : hausse de 3 euros à partir du 1er août

 |   |  521  mots
Les usagers des transports en commun et les contribuables franciliens financeront un Pass Navigo à tarif unique.
Les usagers des transports en commun et les contribuables franciliens financeront un Pass Navigo à tarif unique. (Crédits : DR)
La région Île-de-France a conclu un accord avec le gouvernement sur le financement du Pass Navigo. Les usagers seront notamment sollicités, à hauteur de 3 euros supplémentaires par mois à partir du 1er août. Le Medef Île-de-France s'est insurgée contre ce "matraquage" des entreprises.

| Article publié à 11h29, mis à jour à 15h38.

Il manquait environ 300 millions d'euros par an pour garantir le maintien le tarif du Pass Navigo, la carte de transports en commun d'Île-de-France, à 70 euros pour tous les Franciliens. Finalement, la région Île-de-France, dont les transports sont la principale compétence, a trouvé un accord avec le gouvernement pour une hausse mensuelle modérée de ce tarif : 3 euros à 73 euros à partir du 1er août, qui s'accompagnera d'une hausse de la fiscalité régionale. Cette augmentation est « une augmentation normale du titre transport, comme elle avait lieu tous les ans », et servira notamment à « la rénovation et au renouvellement du matériel roulant », a indiqué Stéphane Beaudet, vice-président LR chargé des transports à la Région. Elle ne servira pas à combler le déficit du Pass Navigo, qui sera lui financé par la hausse de deux taxes sur les carburants et entreprises.

Hausse de la fiscalité

Matignon et la région Île-de-France, présidée par Valérie Pécresse (LR) ont ainsi signé un protocole pour assurer de manière pérenne le financement du système de transports francilien. Seront donc sollicités les usagers des transports en commun via le levier tarifaire, mais aussi les usagers des routes via une modulation régionale de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), et « enfin les employeurs de plus de 11 salariés via une hausse du versement de transport, avec notamment une harmonisation progressive des taux applicables dans les départements de petite couronne », indiquent la région et Matignon dans un communiqué commun.

Face à cette hausse de tarifs, le Medef Île-de-France s'est insurgé, dénonçant un "matraquage" des entreprises.

"Nos entreprises, dans le contexte actuel (...), entre les attentats, la loi El Khomri, les inondations, n'en peuvent plus et sont totalement opposées à cette augmentation du versement transport", a déclaré à l'AFP Eric Berger, président du Medef Ile-de-France.

Tarif harmonisé

Le 1er septembre dernier, le tarif du Pass Navigo avait été abaissé à 70 euros, et harmonisé pour tous les usagers des transports franciliens. Cette baisse intervenue au cours de la campagne pour la présidence de la région avait indigné la droite qui dénonçait une mesure à finalité électoraliste. Gênée, la candidate LR Valérie Pécresse indiquait qu'elle ne comptait pas augmenter le tarif du Pass Navigo, mais que d'un autre côté, il n'incomberait pas à la région de combler le trou budgétaire induit par une telle harmonisation tarifaire.

Une position pour le moins ambiguë. Au final donc, un compromis a été trouvé : la hausse tarifaire est donc limitée, mais en même temps la région actionne son levier fiscal par le biais de la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), un des rares impôts qu'elle peut moduler, il est vrai de façon très encadrée. Mais aussi par le biais du versement transport, qui représente les deux tiers des ressources du syndicat des transports d'Île-de-France (Stif), dont Valérie Pécresse a pris la présidence.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/06/2016 à 8:53 :
Toujours des lamentations ! Les grincheux, voyez le verre à moitié plein, pour une fois : ce passe est une merveille : on peut se balader dans toute l'Ile de France avec. Il peut coûter 3 euros de plus par mois, c'est à dire 36 euros de plus par an, si il veut.
a écrit le 27/06/2016 à 14:05 :
Et on raconte qu'il n'y a pas d'inflation, a voir , EDF , les transports , les péages, les assurances etc , le gouvernement se moque du monde , les retraites sont bloquées
depuis 3 ans et le salaire moyen en France est à peine au dessus du Smic . Tellement
près que pour beaucoup, il est préférable de cumuler RSA, CMU, APL, plutôt que d'aller travailler.
a écrit le 27/06/2016 à 12:10 :
Le fameux principe du suppositoire à cliquet, communément connu sous le nom d'Alternance Politique : un coup, on augmente l’impôt en justifiant le service pour le bien de tous, et le tour suivant, on augmente la taxe individuelle, en prétextant qu'il faut payer ce que l'on consomme :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :