Plombée par la crise énergétique, la ville de Paris va augmenter la taxe foncière, la droite dénonce le « revirement » d'Hidalgo

Prise en tenailles entre les coûts liés à la crise sanitaire et l'inflation provoquée par la guerre en Ukraine, la ville de Paris a décidé d'augmenter la taxe foncière de sept points. Sans surprise, l'annonce fait bondir l'opposition qui cite le Code général des impôts pour interpeller Anne Hidalgo. Reste que cet impôt dont s'acquittent seulement les propriétaires est le seul levier fiscal aux mains de la capitale... Explications.
César Armand
(Crédits : DL)

Près de neuf mois après le déclenchement de la guerre en Ukraine, la ville de Paris s'apprête à accoucher d'un budget 2023 dans la douleur. Déjà plombée par la crise sanitaire, qui lui a fait perdre 800 millions d'euros, la capitale voit ses dépenses exploser entre le dégel du point d'indice des fonctionnaires et l'explosion des prix de l'énergie. A une semaine d'un débat d'orientation budgétaire qui se tiendra au Conseil de Paris, la maire (PS) a pris une décision radicale: augmenter la taxe foncière de sept points.

Dans son message adressé aux Parisiennes et aux Parisiens publié sur les réseaux sociaux ce 7 novembre, Anne Hidalgo explique que « toutes les communes sont aujourd'hui confrontées à une situation très difficile qui, malheureusement, n'a pas été prise en compte par le gouvernement: pas d'indexation des moyens pour tenir compte de l'inflation ni de l'augmentation des coûts de l'énergie »Et refuse de « dégrader les services publics » et de "réduire les investissements dans la transition écologique ».

Une nouvelle qui fait bondir l'opposition de droite

À peine annoncée, la nouvelle a fait bondir l'opposition de droite. « La mairie est incapable de sortir du toboggan de la dette »cingle le conseiller (Les Républicains) David Alphand, élu dans le XVIe arrondissement. « Quand je l'ai interrogée sur le sujet le 22 mars, Anne Hidalgo m'avait répondu qu'il n'y aurait pas d'augmentation d'impôts, promesse de campagne oblige. Quel revirement ! » s'exclame l'élu qui siège à la commission des Finances.

Plus tôt dans la matinée, son premier adjoint (PS) et son adjoint (PS) aux Finances justifiaient « un choix évidemment difficile, mais assumé dans l'intérêt des Parisiens et des services publics »D'autant que leurs idées pour améliorer les recettes territoriales ont quasiment toutes été rejetées par le gouvernement dans le cadre de la loi de finances. Leur proposition d'augmenter la taxe sur les résidences secondaires, la taxe sur les logements vacants et la taxe de séjour pour les hôtels de luxe n'a pas été retenue.

Le seul levier fiscal aux mains de la mairie

Faute de pouvoir actionner ces leviers, augmenter la taxe foncière constitue donc le seul levier fiscal aux mains de la mairie. « Nous nous y attendions", confie David Alphand, « mais nous boycotterons la commission des Finances et le débat d'orientation budgétaire, car nous aimerions que les élus d'opposition soient traités avec plus de considération », ajoute le conseiller (LR). Il reproche en effet à l'exécutif parisien d'avoir diffusé l'information sans les en avoir prévenus au préalable.

Le montant de cet impôt, dont s'acquittent seulement et uniquement les propriétaires, reste néanmoins très bas dans la capitale: de 440 euros en moyenne pour un 50 mètres carrés et de 715 euros en moyenne pour un 100 m². Il ne concerne en outre qu'une minorité de contribuables: 32% contre 68% de locataires qui ne paient déjà plus de taxe d'habitation. Toujours est-il que cette hausse devrait rapporter 586 millions d'euros supplémentaires aux caisses de la Ville.

Une référence au Code général des impôts

Deux publics seront toutefois exonérés à 100% de cette augmentation: les propriétaires qui rencontrent des difficultés économiques comme les titulaires de l'allocation de solidarité aux personnes âgées (APSA), ceux de l'allocation supplémentaire d'invalidité (ASI), ou encore les titulaires de l'allocation adulte handicapés (AAH) sous condition de ressources. Mais aussi ceux qui auront investi entre 2020 et 2026 dans la rénovation thermique de leur logement.

Là encore, la droite s'est fait un malin plaisir d'interpeller Anne Hidalgo. Dans un tweet adressé à la maire (PS), la présidente (LR) de la commission des Finances de la ville lui a indiqué que pour cette deuxième catégorie d'exonération, « il [eut fallu] voter une délibération en Conseil de Paris avant le 1er octobre". « Nous sommes le 7 novembre »a insisté Marie-Claire Carrère-Gée, élue du XIVe arrondissement, se référent à l'article 1.383-0 B du Code général des impôts.

Deux adversaires communs pour la droite et la gauche

Reste désormais à voir si la hausse de taxe foncière sera votée, ou non, par le Conseil de Paris de novembre, puis de décembre lors de l'examen du budget. Dans l'intervalle, la Ville l'érige en priorité pour atteindre les 900 millions d'euros d'épargne brute et dégager un niveau d'autofinancement normal. Sauf que l'opposition risque de lui rétorquer que ses recettes ont crû de 9,4% en 2022 par rapport à 2021.

Entre les deux camps, le juge de paix n'est ni de gauche ni de droite, il n'a pas de visage, pas de parti, ne présentera jamais sa candidature, ne sera jamais élu et pourtant il gouverne :  la conjoncture macro-économique depuis début 2022...Sans compter la récession annoncée en 2023.

César Armand

Banque des Territoires | Partenaires

Les territoires qui se renouvellent face à la crise

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 18/11/2022 à 10:21
Signaler
Madame Hidalgo veut augmenter la taxe foncière pour compenser l'inflation ? On constate que Madame Hidalgo ne sait pas réfléchir et serait à sa place ailleurs qu'à la Mairie.. Madame Hidalgo ne connaît pas sa ville; elle ignore que beaucoup de prop...

à écrit le 12/11/2022 à 18:49
Signaler
Bonjour, Ils est si simple de faire portere chapeaux a la crise énergétique... Personnellement, je vois la gestion calamiteux de la ville de paris par les socialistes depuis 20 ans... Bien sur ils ne faut pas le dire...

le 28/11/2022 à 15:08
Signaler
Bienvenue au club. Bah, je ne vais pas plaindre les parisiens. Pour la même valeur vénale, un logement en banlieue est deux fois plus taxé qu'un logement à Paris. Eh oui. Et qu'on ne vienne pas me dire que c'est parce que les communes de banlieue so...

à écrit le 10/11/2022 à 12:40
Signaler
Hidalgo ? elle a gaspillé les colossales ressources de Paris. Après sa déroute à la présidentielle, elle aurait du démissionner et aller vivre aux antipodes !

à écrit le 08/11/2022 à 12:21
Signaler
Pourquoi des guillemets au revirement , Hidalgo s'était engagée à ne pas augmenter l'imposition donc ....

le 09/11/2022 à 11:12
Signaler
ça n'est sans doute pas un revirement mais une nouvelle analyse du contexte financier de la ville. :-) Nécessitant de trahir sa promesse, devenue intenable. Pragmatisme oblige.

à écrit le 08/11/2022 à 11:07
Signaler
France stratégie prés du gouvernement, voulait faire payer un loyer aux propriétaires immobiliers. Mais crainte d'une contestation houleuse, ils ont trouvé un autre combine. Supprimer la taxe d'habitation à tout le monde et ensuite se rattraper sur l...

le 09/11/2022 à 11:15
Signaler
"voulait faire payer un loyer aux propriétaires" non, copier les norvégiens qui sont les seuls à incorporer aux revenus à déclarer les loyers non payés quand on est propriétaire. Acheter évite de payer un loyer, on doit donc imposer cet "état" singul...

le 19/11/2022 à 9:30
Signaler
@photo73 Quel intérêt à être propriétaire si une fois que vous avez remboursé votre prêt vous êtes taxé en proportion, sans compter que vous avez en plus la charge de votre bien contrairement aux locataires ? La solution profiter de son épargne et r...

à écrit le 08/11/2022 à 9:55
Signaler
Bah on s'en fait pas pour le pouvoir d'achat de gens capables de vivre dans une ville à 11000 euros le m2.

à écrit le 08/11/2022 à 9:02
Signaler
nos élus sont hors sols. On supprime des milliers des place de parking, ça fait suer tout le monde et ça baisse les revenus. Et toutes leurs décisions sont à l'avenant, on décide n'importe quoi, on jette l'argent par les fenêtres et on assume pas. La...

à écrit le 08/11/2022 à 0:54
Signaler
Des fonctionnaires qui ne savent rien faire, sauf lever des taxes et impots. Les restes et habitudes de l'ancien regime. On ne va pas plaindre les adeptes qui ont plebicites cette givree.

à écrit le 08/11/2022 à 0:27
Signaler
"Plombée par la crise énergétique [...]" C'est vrai ce mensonge ? MDR !

à écrit le 07/11/2022 à 22:25
Signaler
A force de couvrir d'or les nazis ukrainiens de milliards Hidalgo délaisse le peuple parisien.

à écrit le 07/11/2022 à 21:10
Signaler
Solution de facilité d'augmenter les impôts locaux. Ces politiques ne savent pas faire des économies et Ils ont toujours une bonne raison d'augmenter les impôts. C'est désespérant.

à écrit le 07/11/2022 à 18:58
Signaler
La crise sociale ? Comment elle a mis à mal la mairie de Paris ? Ne sont ils pas des fonctionnaires pour la plupart ? La guerre en Ukraine. C'est Bruxelles qui ne voulait plus de l'energie Russes et ces nos non élus qui ont dégainé l'arme swift qui ...

le 08/11/2022 à 7:54
Signaler
ceux qui a paris doivent etre surtaxe ce sont ceux qui soutiennent la gauche et les ecolos c'est a eux de payer pour leur confort ideologique imposer des contraintes doit avoir pour exemple une participation plus elevé a la vie social de leur id...

le 08/11/2022 à 8:11
Signaler
devant une augmentation de taxes le peuple parisien doit exige la demission de l'equipe de la mairie pour promesse non tenue et que dire des autoritesde control

à écrit le 07/11/2022 à 18:45
Signaler
Tant mieux pour les parisiens, fallait pas voter pour cette maire islamo-gauchiste

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.