Communication visuelle : Hexis se développe aussi dans les films adhésifs de protection

 |   |  461  mots
Outre les TGV, le nouveau film de protection développé par Hexis est appelé à habiller les empennages d'avion, les coques de bateaux, les carrosseries de voitures ou de camions, comme une protection supplémentaire capable de remplacer la peinture, moins coûteuse à mettre en œuvre et plus facile d'entretien. © Hexis
Outre les TGV, le nouveau film de protection développé par Hexis est appelé à habiller les empennages d'avion, les coques de bateaux, les carrosseries de voitures ou de camions, comme une protection supplémentaire capable de remplacer la peinture, moins coûteuse à mettre en œuvre et plus facile d'entretien. © Hexis (Crédits : Hexis)
Les designers et les architectes d'intérieur sont les premiers clients des adhésifs de cette société devenue championne du « covering » en France, en Europe et aux Etats-Unis. La PME développe actuellement une fine pellicule adhésive destinée à protéger les wagons TGV soumis à la forte abrasion des poussières lorsque le train circule à très grande vitesse.

Locomotives, autos, bateaux, métros, polos et chemisettes : Hexis appose ses films adhésifs sur tout ce qui bouge depuis 1989 date de sa création par l'hyperactif Michel Mateu, à Frontignan (Hérault). Aujourd'hui, Hexis produit 15 millions de m2 d'adhésifs pour donner ou redonner de la couleur aux formes. Et la PME prépare la mise en service d'un second centre de production, implanté à Hagetmau (Landes) qui lui permettra de doubler sa capacité de production.
En France Hexis détient 50 % du marché du « covering », comme par exemple en ce moment les véhicules décorés pour la caravane du tour de France : Cochonou, Justin Bridoux, etc. En 2012, Hexis a réalisé un chiffre d'affaires consolidé de 69,60 millions d'euros, en légère progression dans un contexte de déprime économique mondiale. « Sur le premier semestre, nous sommes à + 3 % sur un marché atone », explique Hervé Cossard, directeur financier qui prévoit un prolongement de cette tendance sur l'exercice 2013.
Cette année sera cependant marquée par de nouveaux bonds technologiques. « Nous allons développer une fine pellicule adhésive qui n'excédera pas 25 microns destinée à protéger les wagons TGV soumis à la forte abrasion provoquée par les poussières en suspension dans l'air lorsque le train circule à très grande vitesse. Cette fine pellicule sera directement incluse dans le vernis. Ce projet fait l'objet d'un dépôt de brevet conjoint avec la SNCF », explique Michel Mateu, le PDG de cette pépite industrielle qui emploie 250 personnes avec des unités de revente installés dans quarante pays, notamment en Europe et aux Etats-Unis.

Etonnante expérimentation à Draguignan

A terme, ce nouveau produit est appelé à habiller les empennages d'avion, les coques de bateaux, les carrosseries de voitures ou de camions, comme une protection supplémentaire capable de remplacer la peinture, moins coûteuse à mettre en ?uvre et plus facile d'entretien. Parmi ses innovations passées, Hexis a développé et mis sur le marché de nouveaux produits à base de films adhésifs, de protection contre les UV, les agressions, y compris contre les microbes (Hexis health).
A cet égard, une étonnante expérimentation est en cours dans les autobus de Draguignan. « A l'intérieur du revêtement de surface, un principe actif empêche le développement des cellules microbiennes manuportées par les voyageurs » explique Michel Mateu considéré comme l'entrepreneur le plus innovant de Languedoc-Roussillon. Le PDG attend les grands rendez-vous de l'automne : le concours national de l'innovation et surtout le congrès européen du rail à Londres. Parmi 300 projets innovants, Hexis a été retenu dans la short list des neuf finalistes. Accessoirement, le groupe possède des intérêts dans une écurie de voitures de course (Mac Laren) et développe une ligne de boisson énergisante.


 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :